Connect with us

Cotedivoirenews

Côte d’Ivoire – Abidjan: Les épreuves orales du BEPC se déroulent dans la sérénité malgré le stress

Published

on

Epreuves orales du BEPC 2019

Côte d’Ivoire – Région des Lagunes – Les épreuves orales d’Anglais du Brevet d’Etude du Premier Cycle (BEPC), qui ont débuté ce mardi 11 juin 2019, se déroulent bien dans les communes d’Abobo et Cocody.

Au lycée Moderne Adama Sanogo où l’équipe de Côte d’Ivoire News, était présente, tout se déroule bien.

« Nous sommes là depuis ce matin pour les épreuves orales. Et moi j’ai fini, j’attends mon cousin qui passe certainement dans l’après-midi, car les épreuves n’ont pas vite commencé, donc cela a changé un peu le programme » a, fait savoir Diomandé Mohamed élève dans un collège d’Abidjan.  Et d’ajouter : « Je trouve que les épreuves ne sont vraiment pas dures pour un élève qui a vraiment suivi ses cours en classe. Il suffit juste du peu d’efforts et le tour est joué ».

Pendant ce temps, d’autres candidats sont en entente avec le stress qui se dessine sur leurs visages.

« Moi je ne suis pas encore passée. Vu que c’est par ordre alphabétique et j’attends mon tour. Même si je suis stressée, je mets tout dans les mains de Dieu. Je prie juste que je puisse passer aujourd’hui, car je n’habite pas le quartier donc ne pas composer aujourd’hui me fera plus de dépenses », a fait savoir Kouadio Anne Andréa.

La présence des forces de l’ordre rassure les responsables

Après Dokui, le Cap est mis sur la commune de Cocody, au lycée Cocody-Angré où tout se passe dans la sérénité et le calme sous la surveillance des forces de l’ordre.

Selon le directeur de centre, A. Coulibaly, aucune anomalie n’a été signalée depuis 8 heures, heure de début des épreuves.

 « Tout se déroule bien depuis ce matin. Nous avons la présence des forces de l’ordre qui nous rassure. Et avant le début des épreuves nous avions pris la peine de rassurer également les candidats. Car, nous le savons, beaucoup d’entre eux sont stressés. Il faut donc les encourager et les accompagner », a-t-il indiqué.

Après les épreuves orales qui se dérouleront du mardi 11 au vendredi 14 juin, suivront les épreuves écrites du  lundi 17 juin au vendredi 21 juin.

Notons que ce sont au total 439.529 candidats dont 200.571 filles, 238.958 garçons qui prennent part à la session 2019 du BEPC en Côte d’Ivoire.
391.173 candidats sont déclarés officiels contre 48.256 libres seront répartis dans les 749 centres répertoriés sur tout le territoire national.

©CotedivoireNews 

Nestor Al-Firdaws

Cotedivoirenews

Côte d’Ivoire: Plusieurs experts en management formés par le cabinet 2HCI

Published

on

Publié ce mardi 17 septembre 2019 à 18h30min (Temps de lecture: 2min)

Côte d’Ivoire – Le Cabinet d’Etude, de Formation de Recrutement, de Conseil et de Gérance, Harry Horatio Consulting International (2HCI), sis à Abidjan-Cocody-Riviera Palmeraie, a organisé les 12, 13 et 14 août dernier,  au sein de ses locaux, une formation qui avait pour thème : « Le Management du Processus d’innovation en Entreprise ». Cette formation a été animée par Dr Pierre Adou Kouadio, Enseignant Chercheur à l’Université Félix Houphouët Boigny et anciennement Chef de Cabinet du Ministre l’Entrepreneuriat National, de l’Artisanat et de la Promotion des PME.

Cette formation s’adressait à un public de Managers ou futurs Managers issus de toutes les fonctions de l’entreprise ayant en charge la mise en place et l’animation de l’innovation, Chefs de projet de développement de produits/services nouveaux, Responsables R&D, Responsables commerciaux, Startups, Porteurs de projets et les Etudiants. Elle avait pour objectif général, la maîtrise les leviers pour permettre aux organisations d’innover en continu et de se différencier sur les marchés nationaux, sous régionaux, régionaux et internationaux.

M. Améyao Camille, Directeur Technique et d’Exploitation de 2HCI a, dès l’entame, fait la présentation du Cabinet Harry Horatio Consulting International (2HCI), structure initiatrice de cette Formation. Quant au Professeur des Universités, Monsieur Akpabli Octavianus, Directeur Général et Fondateur de 2HCI,  il a procédé à l’ouverture solennelle des travaux non sans inviter les participants à plus d’attention afin de tirer le meilleur des différents modules qui leur seront soumis.

Après ces formalités d’usage, Dr Pierre Adou Kouadio le formateur, a présenté la méthodologie de travail qui devait guider les travaux. Il s’agit de l’auto diagnostic initial, ensuite l’exercice, ensuite la synthèse sous forme de fiche pédagogique et enfin, le texte final de restitution sous forme de questions à choix multiples, d’étude de cas, des jeux de rôles ou des cas pratiques.

Cette formation qui devrait permettre aux postulants de booster efficacement leurs entreprises et services était articulée autour de trois (3) modules :

  • les fondements du management de l’innovation ;
  • la description du Processus d’innovation 
  • le Processus d’innovation (Etude de cas).

Pour le formateur, Dr Pierre Adou Kouadio, les apprenants au terme de ces trois modules de formation, seront désormais à mesure de conduire un projet d’innovation à partir de l’Intention jusqu’à la mise en œuvre, de mettre en place un programme d’appui à l’innovation (statut « d’Entreprise innovante ») et de mener à bien un projet et être une force de proposition et de créativité.

A la fin des travaux, les bénéficiaires n’ont pas caché leur joie et leur satisfaction d’avoir participé à cette formation qui vient, pour certains, étoffer leurs acquis managériaux et pour d’autres combler un vide. C’est donc par la remise des Certificats de Formation dans une ambiance très conviviale que cette rencontre de formation a pris fin.

Il est bon de rappeler que ce programme de formation a vu la participation d’experts venus de pays de la sous-région ouest africaine, notamment du Benin et du Burkina Faso.

Les prochaines formations pour le dernier trimestre de l’année seront :

  • Renforcement de capacités et formation initiale au métier de l’Assistanat de Direction ;
  • Bien-être au travail et prévention des risques psychosociaux ;
  • Maitriser l’entretien d’embauche ;
  • Manager les tensions et stress en entreprise ;
  • Leadership et conduite du changement ;
  • La gestion du temps, des priorités et du stress.

Nestor Al-Firdaws

©CotedivoireNews

Lire Plus

Cotedivoirenews

Enseignement technique et formation professionnelle: Le secrétaire d’Etat Brice Kouassi prend officiellement fonction

Published

on

Passation de charges

Publié ce mardi 17 septembre 2019 à 10h30 (Temps de lecture: 1min

Côte d’Ivoire – Nommé secrétaire d’Etat chargé de l’enseignement technique et de la formation professionnelle le 4 septembre dernier, Brice Kouassi a pris officiellement pris fonction ce lundi 16 septembre 2019, lors de la cérémonie de passation des charges.

Enseignant-Chercheur à l’Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody, Officier de l’Ordre National, Dr. KOUASSI Brice est également Maire de la Commune de Didiévi, et Coordonnateur du RHDP de Didiévi commune.

Abran Saliho

©CotedivoireNews

Lire Plus

Cotedivoirenews

CPI: Des victimes saluent l’appel de Bensouda contre l’acquittement de Gbagbo et Blé Goudé

Published

on

Des victimes saluent l’appel de Bensouda contre l’acquittement de Gbagbo et Blé Goudé

Côte d’Ivoire – Justice – Le Collectif des victimes en Côte d’Ivoire (CVCI) salue la décision d’appel de la Cour pénale internationale (CPI) contre l’acquittement de Laurent Gbagbo et son co-accusé Charles Blé Goudé, a dit lundi à APA son président, Issiaka Diaby.

« On salue cette action, c’est une suite logique, parce que les victimes risquaient de voir leurs droits violés et la crédibilité de la Cour pénale internationale, entamée », a déclaré Issiaka Diaby, en réaction de l’appel de la procureure contre l’acquittement de MM. Gbagbo et Blé Goudé.

Selon lui, « si madame la procureure n’avait pas agi ainsi, c’est les fondamentaux de la Cour pénale internationale qui allaient être atteints ». Il a en outre invité la juridiction et le procureur à travailler en synergie avec les acteurs sur le terrain pour « corriger les manquements ».

« Heureusement que la Cour reconnaît qu’ il y a eu des victimes. Et s’il y a eu des victimes, qui est à l’origine, c’est Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé », a-t-il clamé, souhaitant que les victimes obtiennent « justice et réparations ».

Kouadio Konan Bertin dit KKB, un cadre du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci, opposition), avoue ne plus rien comprendre, personnellement, dans le fonctionnement de la Cour pénale internationale.

« Des gens sont innocentés, il y a une volonté manifeste de les maintenir loin de leur pays, je ne comprends plus rien à cette justice-là », a-t-il dit, tout en insistant « je ne comprends vraiment plus rien sur les vraies intentions de la CPI ».

Dans un communiqué, le Front populaire ivoirien (Fpi, parti fondé par M. Gbagbo), notamment la frange qui le reconnaît comme président, a soutenu que la procureure, Mme Fatou Bensouda a « décidé d’assumer un rôle politique » dans cette affaire.

« Nous allons donc nous employer à lui donner la réponse politique qui convient à cet acharnement », affirme le parti qui se dit « serein et confiant pour la suite des événements dans la mesure où l’innocence de Gbagbo et Blé Goudé a été établie et reconnue par la Chambre de 1ère instance ».

Le FPI (camp Gbagbo) estime qu’ « il n’y a donc pas de raison que le droit ne soit pas dit par les juges de la Chambre d’appel. C’est pourquoi le peuple de Côte d’Ivoire est déjà engagé dans la dynamique de paix et de réconciliation ».

« La procureure n’a jamais fait reposer sa démarche sur des principes de justice, mais sur de la politique » et « les observateurs attentifs qui ont suivi ce procès depuis huit ans le savent », soutient le parti de M. Gbagbo.

Pour le président du Conseil d’administration de la Coalition ivoirienne de la Cour pénale internationale (CPI), Ali Ouattara, cette décision juridique qui suit son cours, devrait permettre d’apporter des éléments nouveaux.

Le bureau de la procureur dans l’affaire Gbagbo et Charles Blé Goudé a déposé lundi l’acte d’appel. Il aura « désormais 30 jours pour le dépôt de son mémoire d’appel détaillant les motifs juridiques de son appel (en tout 90 jours depuis la notification de la décision d’acquittement) ».

Après avoir reçu le mémoire d’appel du Procureur et entendu les points de vue des parties sur les motifs d’appel, les juges de la Chambre d’appel examineront ensuite si la décision en première instance doit être confirmée ou non, mentionne le texte de la CPI.

©CotedivoireNews avec APA

Lire Plus
Advertisement Enter ad code he
re

Tendances

Copyright © 2019 By ZKF Agency - +225 07 34 0909 6 Tous droits réservés