Deprecated: WPSEO_Utils::get_title_separator est obsolète depuis la version WPSEO 15.2, aucune alternative n’est disponible. in /home/cotedivo/public_html/wp-includes/functions.php on line 4787
Biographie: Assalé Tiémoko, le parcours d'un journaliste d'investigations
Connect with us

Biographie

Biographie – Maire de Tiassalé: Assalé Tiémoko, le parcours d’un journaliste d’investigations

Published

on

Biographie Assalé Tiémoko

Côte d’Ivoire – Biographie – Maire de la commune de Tiassalé, Assalé Tiémoko est patron de presse. Découvrez  l’histoire de ce journaliste d’investigations.

Antoine Assalé Tiémoko, est journaliste d’investigations, fondateur et directeur général du bi-hebdomadaire satirique ivoirien (Côte d’Ivoire), « L’ELEPHANT DECHAINE ».

En sa qualité de journaliste professionnel, Assalé Tiémoko travaille essentiellement sur les questions touchant à la gouvernance publique en Côte d’Ivoire, sur les rapports entre les dirigeants et les responsables de grandes entreprises privées nationales ou internationales (passation des marchés publics), le comportement des dirigeants nationaux hors du pays, le fonctionnement des institutions de la République, la défense des droits des citoyens ayant maille à partir avec plus puissants qu’eux, etc.

Il adore le journalisme, un métier qu’il a été amené à exercer par accident après avoir passé un an en prison de décembre 2007 à décembre 2008, pour avoir dénoncé dans un article de presse, la corruption dans le système judiciaire d’un pays imaginaire qui avait d’étranges ressemblances avec un pays réel appelé la Côte d’Ivoire.

 Il était alors étudiant en quatrième année de Droit à l’Université d’Abidjan.

En prison, grâce à un photo-reporter de l’Agence « Gama » appelé Jean Paul Ney, incarcéré à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA) dans le cadre d’une sombre affaire de tentative de déstabilisation du régime de l’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo, Assalé Tiémoko découvre pour la première fois « Le Canard Enchaîné », le grand journal satirique français.

A la première lecture, Il fût tombé amoureux de ce journal.

Sortie de prison, à la première occasion en octobre 2011 (alors qu’il avait fait deux ans de stage et finalement employé par un journal ivoirien proche d’un parti politique donc pas indépendant, il créé « L’Eléphant Déchaîné » sur le modèle du « Canard Enchaîné ».

C’est un peu classique mais c’est là toute son histoire et il rêve de faire de « L’Eléphant Déchaîné », un journal à l’image, par son sérieux et son style, de « Le Canard Enchaîné » ou de « Mediapart ». C’est un immense défi vu le contexte qui est le nôtre, mais malgré les risques (des menaces régulières de mort, deux tentatives d’assassinat, placé sous protection policière pendant un an, etc), Assalé Tiémoko ne compte pas arrêter.

Du journalisme à la politique, quand une défaite appel une victoire

Assalé Tiémoko aime les défis alors atterrir en politique était un tout nouveau défis pour lui. Comme il le dit lui même, il faut participer à faire changer les choses et pour y arriver il faut être aux postes de décisions pour prendre les meilleures décisions dans l’intérêt des populations.

Son premier coup d’essai en politique est sa participation aux élections législatives dans sa circonscription natale de Tiassalé. Il est vaincu à ces élections avec quelques voix seulement de moins de son adversaire. Il prend cette défaite pour un exploit car lui un inconnu dans l’arène arrive en deuxième position devant tous les ténors politiques de la région.

Il récidive deux ans plus tard en se présentant cette fois-ci aux élections municipales dans la même circonscription de Tiassalé. Cette fois est la bonne. Il passe haut les mains ce scrutin avec plus de milles voix d’écart de son poursuivant direct. Assalé Tiémoko devient ainsi le nouveau maire de Tiassalé.

« L’aventure ne fait que commencer, nous allons donner de nous même pour aider les populations à sortir de la misère. »

© Côte d’Ivoire News

Biographie

Côte d’Ivoire: « Nous devons compter d’abord sur nous-mêmes en faisant aboutir toutes nos revendications… avant de compter sur la communauté internationale »

Published

on

le communiqué de Bédié

Côte d’Ivoire – Partis politiques – Le président Henri Konan Bédié a donné les motivations de son courrier adressé au sécrétaire général des nations unie qu’il appel de tout son coeur, à s’impliquer dans la crise ivoirienne.

Ivoiriens, ivoiriennes

Mes chers compatriotes.

J’observe chaque jour, de plus en plus, la montée de votre colère et de vos peines devant le simulacre d’élection présidentielle que veut organiser, par tous les moyens et à tous les prix, Monsieur Alassane OUATTARA, le 31 Octobre prochain.

Dans votre grande majorité, et dans toute la diversité que compose notre Nation, vous vous opposez à cette forfaiture qui piétine, sans scrupule au vu et su de la communauté internationale, notre Constitution et les règles élémentaires de la démocratie.

J’observe surtout votre détermination à tout mettre en œuvre, chacun à son niveau, pour éviter à notre beau pays une nouvelle fracture qui, cette fois, risque de plonger notre Nation dans une situation désastreuse préjudiciable à nous tous, à nos enfants et aux générations futures.

Vous savez que nous devons compter d’abord sur nous-mêmes en faisant aboutir toutes nos revendications par l’exécution rigoureuse du mot d’ordre de désobéissance civile que nous avons lancé, et compter ensuite sur la Communauté Internationale.

C’est pour cela que j’ai publiquement, le 10 octobre dernier, au Stade Félix Houphouët Boigny, adressé en votre nom, un appel solennel à Monsieur Antonio GUTERRES, Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies, pour demander son implication personnelle dans la résolution de la grave crise politique qui secoue encore notre pays par la faute de Monsieur Alassane OUATTARA qui ne veut écouter personne et qui refuse tout dialogue.

J’ai confirmé vos aspirations profondes pour l’engagement urgent d’un dialogue responsable entre toutes les filles et fils de notre pays dans un courrier, transmis à Monsieur le Secrétaire Général de l’ONU par l’intermédiaire de Monsieur le Coordonnateur du Système des Nations Unis à Abidjan le mardi 12 octobre 2020.

Compte tenu de la gravité de la situation que nous traversons ainsi que des enjeux stratégiques que représente la Côte d’Ivoire pour la stabilité durable de la sous-région, j’espère que notre requête trouvera une écoute favorable auprès des Nations Unies.

Ivoiriens, ivoiriennes

Mes chers compatriotes.

Nous avons des raisons d’espérer qu’une analyse profonde de la situation aboutisse à la mise en œuvre de solutions qui préservent la paix et les droits de notre peuple.

Avec le soutien du Président Laurent GAGBO, du Président Guillaume SORO, du Président Pascal Affi N’GUESSAN, de tous les leaders de l’opposition ivoirienne ainsi que celui de l’ensemble de la population, notre ambition est de restaurer un Etat de Droit dans notre pays et de construire, avec l’implication de tous, une nation véritablement réconciliée avec elle-même, unie et prospère.

Comme vous et avec vous tous, je garde une grande confiance en Monsieur Antonio GUTERRES, un homme de dialogue et d’engagement.

Restons unis, solidaires et mobilisés dans l’action concertée pour le dialogue, la paix et le bonheur partagé par toutes nos populations qui ont tant souffert et pour l’avenir de nos enfants.

Fait à Abidjan le 17 Octobre 2020

Henri KONAN BEDIE

Président du PDCI-RDA,

Candidat à l’Election présidentielle.

Lu par le Pr Maurice KAKOU GUIKAHUE Directeur de Campagne.

Lire Plus

Biographie

Biographie: Le journaliste Jean Paul Adomon parle de son parcours

Published

on

Jean-Paul Adomon

Côte d’Ivoire – Communication – Le milieu journalistique Ivoirien fait peau neuve. De nouveaux journalistes, hommes et femmes de médias s’engagent de jour en jour. Parmi ces nouveaux noms, on retrouve avec plaisir Jean Paul Adomon. Loin d’être un bleu de la télé (c’est sa première expérience en tant que présentateur sur une chaîne ivoirienne), JP, comme on l’appelle affectueusement, est en fait un virtuose déjà connu dans le milieu des médias tant en Côte d’Ivoire qu’à l’international. Il vous accroche tout de suite par son timbre vocal particulier, son aisance devant la caméra et son naturel taquin.

De façon brève, qui est Jean Paul Adomon ?

Je suis Jean Paul Adomon, né le 19 juillet 1986 à Abidjan. J’ai 34 ans cette année. Je suis titulaire d’un diplôme d’ingénieur informaticien option réseaux télécoms et titulaire d’une licence en journalisme. Je suis de nationalité ivoirienne.

Parlez-nous de votre passion pour la télé et les médias. Comment est née cette envie et comment se sont faits vos premiers pas ?

Déjà au lycée classique d’Abidjan où j’ai obtenu mon BAC série C, il m’arrivait souvent de pratiquer l’école buissonnière pour aller à Cocody FM me frotter au micro et aux hommes du milieu des médias. Je lisais beaucoup les journaux et je suivais les émissions télé où je découvrais des présentateurs modèles comme Claudy Siar, Yves De Mbella, Robert Brazza. Cocody FM avait ses locaux pas loin de mon lycée, raison pour laquelle j’avais la facilité d’y aller. J’y ai par exemple fait la connaissance d’un devancier comme Désiré Adou à qui je partageais ma passion pour le micro. Un concours d’animateur radio y a été lancé. J’y ai postulé et j’ai fini parmi les meilleurs. Cela m’a permis d’avoir du temps d’antenne.

Un jour, j’avais rendez-vous au Plateau, non loin du siège de Nostalgie. Pendant que je patientais dans les environs, j’aperçois un certain Zoumana Bakayoko qui à l’époque avait organisé le concert de Fally Ipupa à Abidjan. J’avais lu son interview dans le journal Gbich. Je l’aborde et je lui explique ma passion pour le métier. On échange puis il me laisse son contact. Quelques jours plus tard, il m’appelle et me demande de le retrouver à Nostalgie. Il m’explique qu’il organise un événement dénommé la Saint Sylvestre du Rire avec tous les comédiens ivoiriens, il souhaiterait que j’assure son temps d’antenne sur Cocody FM. J’en étais tout heureux vu que c’est une radio que je connais bien. Il a apprécié ma prestation. Vient alors le temps d’antenne de Nostalgie, également partenaire de l’événement. Je m’y rends et pendant que je passe à l’antenne, le PDG de l’époque est séduit par ma voix. Il demande à son équipe de me faire monter juste après. Il me propose de présenter ses soirées dans son établissement privé où il reçoit des personnalités de la musique. Et c’est comme ça que j’ai commencé à me familiariser avec l’équipe de Nostalgie en partageant par exemple des plateaux avec Eric Didia.

En plus d’avoir des temps d’antenne sur les radios, j’assurais aussi les premières parties des événements organisés par Zoumana Bakayoko.

J’ai eu un déclic grâce à l’émission littéraire que je présentais sur Radio Amitié Yopougon avec d’illustres écrivains ivoiriens. Je reçois de grands noms, Bernard Dadié, Josué Guebo, Alafé Wakili et même des ministres. J’ai reçu une fois Monsieur Modem Lawson, qui était à l’époque chef du département politique de l’ONUCI, qui a fait un livre sur la crise ivoirienne. Après l’émission, il m’a coopté pour que je présente le lancement officiel de son livre au Palm Club. C’était devant un parterre de personnalités politiques. C’est là que j’ai été repéré par un mécène qui m’a demandé si j’étais intéressé par la télé. C’est cette personne qui m’a fait intégrer la chaîne panafricaine Business 24 qui venait d’ouvrir. J’ai commencé comme chroniqueur avant d’obtenir une émission à moi, basée sur les télécoms. Une expérience qui a duré 4 ans durant lesquels je présentais la matinale, les forums et salons où Business 24 est partenaire. J’ai même présenté le journal !

Après cette belle aventure, j’en ai entamé une autre pendant un an avec Vox Africa. Je faisais des directs depuis Abidjan sur tous les forums et événements organisés ici.

Comment s’est opéré le contact avec Life TV ? Qu’est-ce qui vous a séduit dans ce projet ?

 Le premier contact avec la direction de Life TV s’est fait à un événement que j’animais, l’anniversaire des 15 ans d’existence du journal L’Intelligent d’Abidjan. C’est là que j’ai pu rencontrer pour la première fois Guy Sahouegnon, représentant Fabrice Sawegnon récipiendaire d’un Prix ce soir-là. Depuis, chaque fois que je présente un événement je lui envoie mes prestations dans sa messagerie Whatsapp. C’était compliqué d’avoir un rendez-vous pour un entretien avec lui. Il y avait toute une procédure à suivre, passer par l’assistante et tout. Lorsque s’est présentée la première occasion, je n’ai pu l’honorer, vu que je devais voyager pour une maîtrise de cérémonie d’un événement panafricain à Lomé. Et le temps s’écoulait. J’ai pu le rencontrer des mois plus tard. Il m’a un peu tiré les oreilles rappelant les rendez-vous manqués. Directeur de programmes Life TV, Guy Sahouegnon affirme avoir pratiquement bouclé sa liste. Néanmoins, il pourrait me confier une place sur le plateau d’une nouvelle émission, le Life Shop. Accompagné de deux charmantes présentatrices, j’avais le profil parfait pour tenir le public en haleine et inciter à l’achat des articles qu’on présentait. C’était pour moi une nouvelle expérience dont je ne pouvais me priver tant je suis assoiffé de découverte et friand de challenge.

Ce qui m’a séduit c’est d’abord la simplicité du logo, Life TV. C’est écrit comme si c’était un enfant qui l’avait ébauché de sa main. Ensuite, l’identité sonore tout aussi simple. Ajoutez-y les programmes de qualité, on ne peut pas demander plus pour tomber sous son charme.

Quelles sont vos impressions sur le début de l’aventure Life TV ?

Mes premières impressions pour un début sont très bonnes. Tout comme un enfant qui se met à marcher, il y a des soucis pour faire des pas, mais avec le temps on se bonifie. L’action humaine n’est pas parfaite à 100%.

Outre Life TV, quels sont vos autres centres d’intérêt et activités ?

J’aide toujours des personnalités, des entreprises à gérer leur communication en mettant en place des stratégies et moyens pour leur image et leur visibilité. À côté de la télé, la gestion de relation presse, la communication institutionnelle, c’est aussi mon affaire. Je fais aussi des voix-off pour des publicités, des communiqués, des films institutionnels.

Je fais également la modération de soirées de networking,de B2B ,de forums, et même de panels de haut niveau quand le temps et l’occasion s’y présente..

 Quelle est votre situation matrimoniale ? Êtes-vous un cœur à prendre ? (Tous les lifeurs raffolent de ce sujet)

Comme le dit un adage, c’est de l’abondance du cœur que la bouche parle. Donc si mon cœur est pris, ma bouche le dira. Tout se passe dans le cœur, et le cœur transmet ce qu’il ressent. Merci à tous les lifeurs et à tous ce qui nous suivent. Life TV est une aventure, belle, folle, mais vivante puis que Life, c’est la vie, et il faut vivre.

©CotedivoireNews 

Suivez toujours l’actualité sur Côte d’Ivoire News

Lire Plus

Biographie

Politique: Le PDCI-RDA lance un appel à candidature pour les élections présidentielles de 2020

Published

on

appel a candidature du PDCI RDA pour les élections de 2020

Publié ce mardi 09 juin 2020, à 11h05min (Temps de lecture: 1min 30″)

Côte d’Ivoire – Politique – Les dés sont jetés au Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA). En effet, après la session extraordinaire du bureau politique du parti qui s’est tenue la semaine dernière, le parti dirigé par Henri Konan Bédié a lancé un appel à candidature pour les potentiels candidats qui veulent aller sous la bannière du parti aux élections présidentielles de 2020. 

Pour ce faire, ils devront se munir des documents ci-après pour établir leurs dossiers de candidature.

1-Une lettre d’intention de candidature ;

2-Une déclaration écrite sur l’honneur, aux termes de laquelle, le candidat :

• Certifie qu’il n’a pas renoncé à la nationalité ivoirienne ;

• Qu’il n’a pas d’autre nationalité que la nationalité ivoirienne ;

• S’engage à ne pas se présenter comme candidat indépendant à l’élection présidentielle d’octobre 2020, s’il n’est pas élu comme candidat du PDCI-RDA lors de la Convention d’investiture ;

• S’engage à ne pas quitter le PDCI-RDA s’il n’est pas élu.

3-Deux (2) Photos d’identité ;

4-Un (1) extrait d’acte de naissance ou du jugement supplétif tenant lieu, établi depuis moins de trois (3) mois

5-Un (1) certificat de nationalité ;

6-Un (1) extrait du casier judiciaire établi depuis moins de trois (3) mois ;

7-Un (1) certificat de résidence établi depuis moins de 3 mois;

8-Une (1) attestation de régularité fiscale ;

9-Les photocopies des cartes de membre du PDCI-RDA des cinq (5) dernières années ou une attestation de paiement des cotisations des cinq (5) dernières années délivrée par le Secrétaire Exécutif du Parti, Chef du Secrétariat Exécutif ;

10-Une (1) photocopie de la carte d’électeur des derniers scrutins nationaux ou la preuve d’une inscription sur la liste électorale ;

11-La quittance du paiement à la Direction Financière du Parti, en espèces ou par chèque certifié, de la somme de Vingt-cinq Millions (25.000.000) de FCFA, non remboursable, représentant la contribution du candidat à la candidature à l’organisation de la convention d’investiture ;

12-La fiche technique du candidat, remplie et signée par lui, sur le modèle du Parti ;

13-La fiche technique du candidat délivrée par la délégation dont il dépend, accompagnée du rapport du Bureau de la délégation.

Les dossiers de candidature sont reçus par la Cellule électorale de la Convention d’Investiture, du mercredi 10 Juin 2020 à 10 H00 au mercredi 24 juin 2020, à 23H30, au siège du Parti sis à Cocody.

©CotedivoireNews 

Akinbola Djamal

Lire Plus
Advertisement Enter ad code he
re

Tendances

Copyright © 2019 By ZKF Agency - +225 07 34 0909 6 Tous droits réservés