Connect with us

Régions News

Bouaké – Cohésion sociale: Amadou Koné, il faut évacuer les rancœurs pour rattraper le retard de notre région

Published

on

Le ministre Amadou Koné entretenait la jeunesse de gbeke sur la paix et la cohésion.

Publié ce lundi 07 octobre 2019, à 16h30 min (Temps de lecture :1min)

Côte d’Ivoire – Société – Bouaké (Région du Gbêkê) –  Le Ranhôtel a servi de cadre pour la rencontre d’échange avec les jeunes, initiée par le ministre des transports Amadou Koné, en vue de les sensibiliser sur la nécessité de la paix et de la cohésion sociale dans la région. Cette cérémonie s’est tenue le samedi 05 octobre 2019 au Ranhôtel, à Bouaké.

Le ministre des transports, initiateur de cette cérémonie, a indiqué qu’en tant que cadre de la région, leur rôle, c’est d’écouter tout le monde sans distinction de bords politiques. Il a fait comprendre à ces jeunes venus, notamment, de Sakassou, de Béoumi, Botro, Brobo et Bouaké que la situation de crise permanente que vit la région du Gbêkê depuis près d’une vingtaine d’années (depuis 2002) ne profite à personne. Il est donc temps, selon lui, de se parler franchement pour évacuer les rancœurs et réapprendre à vivre ensemble dans la fraternité et la solidarité.

« Il est de notre responsabilité, en tant que fils de la région, de sensibiliser les jeunes, notamment, ceux qui sont instrumentalisés, pour leur dire de faire la part des choses entre la politique politicienne pour accéder au pouvoir et le développement « , a-t-il confié à la presse à l’issue de la rencontre.

Le ministre Amadou Koné a, également, fait part de sa ferme volonté de poursuivre cette campagne de sensibilisation en l’endroit des jeunes de tous bords afin de sortir de leur esprit les sentiments de haine et de les amener plutôt à cultiver l’amour et la tolérance, gage de stabilité et de paix dans la région du Gbêkê qui connait un grand retard à l’image du taux d’électrification qui est d’à peine 40 %.
Les différents porte-paroles des jeunes, qui ont pris la parole, ont salué cette « initiative louable » du ministre Amadou Koné tout en promettant de jouer leur partition pour atteindre l’objectif escompté qui est la paix et la cohésion sociale dans la région de Gbêkê.
Ces jeunes ont profité de cette opportunité pour exprimer quelques doléances à leur hôte du jour qui a promis de les analyser avec une oreille attentive et de les soumettre également à ses collègues compétents en la matière.

Pour finir, le ministre des transports s’est appesanti sur l’arrestation du président du conseil régional, Mangoua Jacques qui est aussi cadre de la région. Il a demandé aux uns et autres de faire confiance à la justice en se posant quelques questions << je voudrais demander à tous de faire confiance à la justice ivoirienne. De notre comportement dépendra la suite de cette affaire. Pour des questions de sécurité, comment ce qui peut tuer, peut se retrouver dans le domicile de quelqu’un ? Je veux aussi savoir, comment ce colis a pu traverser les frontières pour se retrouver dans notre région ? Donc tout dépendra de notre comportement. Que chacun de nous respecte la loi >> a inqué, le ministre des transports.

©CotedivoireNews

Aka Djamla, (correspondant régional)

Régions News

Gagnoa: De retour d’Abidjan, une institutrice rattrapée par la Covid 19 à Dahiépa-Kéhi

Published

on

une-institutrice-testée-positive-a-Gagnoa-1

Côte d’Ivoire – COVID-19 – Rentrée d’Abidjan samedi sans le résultat de son test, une institutrice reconnue infectée par le Covid 19 et exerçant dans le village de Djédjédigbeupa, dans la sous-préfecture de Dahiépa-kéhi (23 km de Gagnoa),  a été isolée et ramenée sur Abidjan, dimanche 24 mai, pour une prise en charge, a annoncé officiellement, le directeur départemental de la Santé de Gagnoa, docteur Boukalo Kouassi Célestin.

L’institutrice dont le nom n’a été rendu publique, était arrivée à bord du convoi affrété par les autorités de l’Education Nationale. Elle avait été soumise comme tous les autres, aux mesures sanitaires de prise de température, d’enregistrement et au questionnaire, par l’équipe médicale mise ne place au district sanitaire de Gagnoa.

De retour d’Abidjan, l’institutrice rattrapée à Djédjédigbeupa, n’avait rien laissé transparaitre, jusqu’à ce que dimanche 24 mai, les responsables du ministère de la Santé à Abidjan, informe Gagnoa, que le résultat du test de cette institutrice retournée à son poste à Gagnoa, est positif à la pandémie du Covid 19.

« Nous sommes en contact avec tous ceux rentrés d’Abidjan », assurait le directeur départemental de la Santé, à l’arrivée des convois.

Aussitôt, elle a été isolée et reconduite aux environs de 16H00, à Abidjan, pour être prise en charge, par les autorités compétentes.

Les premiers convois d’enseignants et élèves sont rentrés à Gagnoa, le lundi 18 mai. L’institutrice rattrapée à Djédjédigbeupa, fait partie des environs 400 à avoir rejoints leurs postes, sur les 694 officiellement attendus dans la Direction Régionale de l’Education Nationale du Gôh.

©CotedivoireNews 

Yrebo Ben Youssef (Correspondant régional)

Lire Plus

Régions News

Région de l’Agnéby-Tiassa: Le grand marché de Sikensi parti en fumée

Published

on

marché de Sikensi parti en fumée

Côte d’Ivoire – Le grand marché de Sikensi (Région de l’Agnéby-Tiassa) a été ravagé par un incendie ce dimanche 24 mai 2020, sous le regard impuissant de la population.

Ce dimanche 24 mai 2020, aux alentours de 13 heures, un incendie a été signalé au marché de la ville de Sikensi. Selon les témoins sur place, plusieurs magasins et commerces ont été ravagés. Les habitations situées dans les environs n’ont pas été épargnées.

Suite donc à ce drame, le président des commerçants du département de Sikensi, Abro Dibo, a lancé un appel à l’aide à l’endroit des autorités et des bonnes volontés.

“Nous sommes terriblement touchés quand on sait que les affaires tournaient déjà au ralenti en raison de la crise sanitaire liée à la Covid-19. C’est pourquoi nous sollicitons le soutien des autorités”, a plaidé Abro Dibo.

A l’en croire, en plus des bâtiments touchés par le feu, d’autres magasins situés dans les environs, ont été pillés par des inconnus qui ont donné l’impression d’aider les sinistrés à sauvegarder leurs marchandises.

La douleur des commerçants de Sikensi est grande. Ils appellent donc les autorités à faire preuve de solidarité.

©CotedivoireNews 

Abran Saliho

Lire Plus

Cotedivoirenews

Côte d’Ivoire : Les enseignants des écoles de Yamoussoukro rentrent en grève à cause d’un cas de Covid-19

Published

on

Les enseignants des écoles de Yamoussoukro rentrent en grève à cause d'un cas de Covid-19

Côte d’Ivoire – Education nationale – Les syndicats d’enseignants à Yamoussoukro ont décidé de rentrer en grève pour une période de deux semaines après qu’un élève dans une école de la capitale politique ivoirienne ai été testé positif au coronavirus.

“Les cours sont arrêtés depuis vendredi pour une période de 14 jours jusqu‘à nouvel ordre”, a déclaré le secrétaire général du syndicat national des enseignants du secondaire de Côte d’Ivoire, Ouly Adama, joint par téléphone.

Cette grève a été lancée lors d’une assemblée générale de sept syndicats d’enseignants au lycée scientifique de Yamoussoukro, qui ont décidé de l’arrêt des cours dans toutes les écoles de la ville, selon plusieurs enseignants.

“S’il y a des rencontres avec les autorités et qu’on nous fait des propositions pour notre sécurité, l‘école pourra reprendre”, a précisé Ouly Adama, professeur d’histoire-géographie au collège moderne 2 de Yamoussoukro.

“Les autorités ont d’abord nié la contamination de l‘élève alors que nous l’avons appris de sources hospitalières sûres”, a-t-il affirmé.

Selon plusieurs sources hospitalières à Yamoussoukro jointes par l’AFP, un élève de terminale du lycée scientifique de la ville a été testé positif au covid-19 et transféré à Abidjan pour être pris en charge.

Le site du lycée scientifique abrite trois lycées, qui comptent un “effectif énorme de vingt mille élèves”, a souligné Ouly Adama.

“Nous exigeons que la classe et les professeurs avec qui l‘élève est rentré en contact soient mis en observation”, a-t-il dit.

Aucun kit de protection

Selon lui, il n’y a aucun kit de protection ni de dispositif sanitaire dans les écoles à Yamoussoukro. “Même pour les caches-nez (masques), on nous demande de les acheter”.

Le gouvernement ivoirien a autorisé la réouverture des écoles depuis lundi, après deux mois de fermeture pour lutter contre l‘épidémie de coronavirus.

Le gouvernement a aussi autorisé tous les élèves qui avaient rejoint leurs familles à Abidjan pendant la fermeture à regagner leurs établissements à l’intérieur du pays pour la reprise des cours, ce qui était le cas de l‘élève infecté détecté à Yamoussoukro.

“Il a fait son test à Abidjan le 12 mai et sans attendre le résultat, il est venu à Yamoussoukro le 16 mai. Le lundi 18 mai, l‘élève est allé au cours comme tous ses camarades. Dans la soirée, le directeur régional de la santé de Yamoussoukro a été informé de son résultat positif. Il a été soustrait discrètement et conduit à Abidjan”, a expliqué un enseignant sous couvert d’anonymat.Selon le dernier bilan officiel vendredi, la Côte d’Ivoire a enregistré 2.341 cas de coronavirus dont 29 décès.

©CotedivoireNews  avec AFP

(Le Titre et le chapeau sont de la redaction)

Lire Plus
Advertisement Enter ad code he
re

Tendances

Copyright © 2019 By ZKF Agency - +225 07 34 0909 6 Tous droits réservés