Connect with us

Cotedivoirenews

Bouaké: « Le procureur de la république dit qu’il a reçu ordre pour garder le président Mangoua Jacques à la brigade de recherche »

Published

on

Bouaké – Politique – La troisième session du conseil régional de gbêkè qui devrait se tenir le samedi 28 septembre n’a pas pu se tenir. La raison, la veille, le président Mangoua Jacques a été mis aux arrets.

Kouadio Kouadio Nestor, 2ème vice-président du conseil régional, représentant le président Mangoua Jacques à cette session, a présidé la session.

Le conseil a enregistré 39 conseillers présents sur 60, alors le corum étant atteint, la session a pu se tenir avec un ordre du jour modifié. Il y avait deux points à l’ordre du jour que sont : informations et les divers.

La raison a été donnée par le 2ème vice-président qui représentait le président du conseil régional Mangoua Jacques.
Au premier, en information, Kouadio Nestor a expliqué les raisons et les conditions dans lesquelles Mangoua Jacques a été mis en garde à vue. « suite à la découverte de machettes et munitions au domicile du président Mangoua Jacques, dans son village à N’guessankro, il a informé le procureur de la république qui lui a demandé de venir déposer une plainte. Alors le vendredi 27 septembre, Mangoua Jacques s’est rendu à la brigade de recherche de la gendarmerie de Bouaké en présence du procureur de la république. Il a été mis en garde à vue sans être entendu. Le procureur nous a laissé à la gendarmerie pour se rendre à Marabadiassa.

L’avocat du président Mangoua a tenté de le joindre par téléphone en vain. Et le lendemain, c’est le procureur lui-même qui a joint l’avocat par téléphone pour l’informer de ce qu’il a reçu des instructions pour garder le président Mangoua Jacques. Alors c’est quand il recevra des ordres pour le libérer qu’il le fera » a expliqué, Kouadio Nestor. Pour le deuxième points, il n’ya eu d’intervention.

La séance a été levée après les informations. La troisième session n’a duré qu’une quinzaine de minutes. Côte d’Ivoire News s’est rendu à la brigade de recherche de la gendarmerie, ce sont des femmes et des hommes assis à même le sol qui attendent la libération du président du conseil régional de gbêkè. Nous avons joint par téléphone, Moïse Konan, son chargé de mission, ce dimanche 29 à 14h 43min, il nous a fait savoir que Mangoua Jacques croupit toujours dans les geôles de la brigade de recherche de la gendarmerie de Bouaké. Nous y reviendrons.

©CotedivoireNews

Aka Djamla, correspondant régional


COTEDIVOIRE.CI

Libre Opinion: Côte d’Ivoire, l’impossible alternance

Published

on

élections-cote-divoire

Publié ce lundi 18 Novembre 2019, à 12h35min (Temps de lecture: 2min)

Côte d’Ivoire – Comme à son habitude l’essayiste et Analyste Politique, Lebel N’goran trempe dans le futur d’une élection très attendue, celle de 2020. Que va t-il se passe à l’élection présidentielle prochaine?

En 2020, il y’aura deux options. La première pas d’élection. La seconde une élection sous tension. Dans ces deux cas, une seule option valide…

INCOHÉRENCE

En 2010, tous les opposants branches armées et civiles se sont ligués contre le pouvoir en place. Le pouvoir inconstant et totalement irresponsable, avait dans des manœuvres dilatoires profané la constitution, les règles de bonnes gouvernance. Nous avons abouti au 11 avril 2011. Effondrement de L’Etat, destruction de tout les bourgeons de la république en construction.

La nouvelle constitution de 2016, plébiscitée par le parti universel, unifié a réuni toutes les modifications des futurs ex-associés : limite d’âge abaissée, plus de limitations d’âge, plus d’examens de santé, et un flou sur la possibilité de participation du président en place pour un 3, voire 4 ème mandat. La nouvelle constitution fut un as pour tous les leaders du groupement politique RHDP. Elle est devenu un os pour les anciens alliés, la société civile et l’opposition classique.

LES CLIENTS DU RESTAURANT

Ce que les associés avaient oublié, c’est le calcul du locataire de la présidence. Allait-il partir ? Quitter le pouvoir ? Hélas non.

Le président sera candidat et rien le l’y empêche. La constitution laisse un boulevard. Sa probable candidature, à disloqué le RHDP. L’actuel président peut être vice-président dans le prochain ticket par exemple. Une chose est sûre, il détient les cartes. La CEI, les rênes de l’État. L’homme qui a vaincu le pouvoir de 2010 n’est pas un homme sans ressources. Il débauche la nouvelle opposition, neutralise les pions de l’opposition, met de la pression. On dit, vous êtes au restaurant où vous sortez. C’est un rouleau compresseur silencieux.

L’HOMME COHÉRENT.

Dans le marigot politique ivoirien. Un seul homme est cohérent. Alassane Ouattara. Il avance toujours vers ses buts. Il se donne les moyens. Pragmatique. Il a sû se faire petit. Il a sû se servir des uns contre les autres. Il est le seul qui peut décider de l’alternance politique pacifique. La Côte d’Ivoire est curieuse. Si l’avenir nous réserve l’inexpérience et l’adolescence de Soro Guillaume, ou la sénilité et l’obsolescence de Henri Konan Bedié, nous sommes vraiment au pied du mur.

Sont-ils une alternance ? A l’évidence non. Ils sont les rebelles d’un mouvement qui les a protégé et nourrit. On ne peut pas parler d’alternance ! En dehors, le FPi est lobotomisé, pendu à son passé et à ses prisonniers exilés. Mamadou Koulibaly porte un message trop intelligent pour les populations et les autres candidats sont aussi audibles que le silence dans un bocal vide et fermé. La classe politique ivoirienne est majoritairement très mercantiliste et affairiste. Aucun idéal pour la plupart. Le Langage politique est une suite d’invectives, de provocations, de règlements de compte. Vu les rêves de vengeances qui se dessinent, comment le RHDP peut-il envisager une alternance ?

Notre système politique est très violent, humiliant. Les prises de pouvoir sont chaotiques, et l’exercice du pouvoir est peu porter sur la projection pacifique. La politique actuelle ivoirienne semble nous conduire inéluctablement vers une alternance impossible. Une alternance avec les mêmes acteur n’est pas une alternance. Ne faut-il pas rechercher un système politique plus adapté et plus consensuel ?

Le suffrage universel depuis 1999 nous a apporté que de la souffrance et des pleurs. Il nous appartient tous d’agir pour éviter ces violences, qui au finish ne nous rapporte rien. Ce pays a toutes les ressources pour éviter un second chaos. Faisons mentir ceux qui nous envoie vers une impossible alternance.

©CotedivoireNews

Une contribution libre de Lebel N’GORAN

Lire Plus

Cotedivoirenews

Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF): Les barrières tarifaires et non tarifaires supprimées à partir de juillet 2020

Published

on

Les barrières tarifaires et non tarifaires supprimées à partir de juillet 2020

Publié ce samedi 16 Novembre 2019, à 08h50min (Temps de lecture: 2min)

Côte d’Ivoire – Commerce – Selon le Comité national de la zone de libre-échange continentale africaine ( CN-ZLECAF), les barrières tarifaires et non tarifaires seront supprimées à partir de juillet 2020. Cette information a été donnée par la secrétaire exécutif, lors d »une rencontre avec les acteurs du commerce de la Région du Gbêkê.

Cette rencontre a permis d’informer puis  sensibiliser les parties prenantes que sont l’administration publique, le  secteur privé et la société civile sur ce projet continental africain en Côte d’Ivoire.

Fofana Fatoumata, secrétaire exécutif du CN-ZLECAF, a indiqué que ce projet  vise à approfondir l’intégration économique du continent africain à travers la création d’un marché unique pour les marchandises, les services et la circulation des personnes. Elle vise également à la suppression des barrières tarifaires et non tarifaires qui représentent les vrais obstacles du commerce intra-africain. Mme Fofana a indiqué qu’à  partir du 1er juillet 2020, tous les pays africains signataires et qui ont ratifié l’accord pourront échanger leurs produits et marchandises sans droits de douanes. 

Poursuivant, elle a invité les opérateurs économiques à se tenir prêts pour conquérir les nouvelles opportunités d’affaires qui s’ouvriront à eux.

«  Veuillez-vous approprier cet accord, allez-y à la recherche d’informations, faites des études de marchés, des prospections des pays de l’Afrique, surtout se structurer et devenir formelle »,  a-t-elle exhorté.

 Plusieurs thématiques ont été traitées au cours de cette rencontre, notamment les enjeux de l’élaboration d’une stratégie nationale de mise en œuvre de la ZLECAF, l’état des lieux au niveau national et continental,  la stratégie nationale d’exportation de la Côte d’Ivoire.

©CotedivoireNews 

Eliezer de Kékrenou (Correspondant Régional)

Lire Plus

Cotedivoirenews

Côte d’Ivoire: Un jeune ivoirien invente une machine de levage pour aider les ouvriers de chantiers

Published

on

Publié ce vendredi 15 Novembre 2019, à 10h 20min (Temps de lecture: 1min)

Côte d’Ivoire – Jeune ivoirien, passionné d’invention, N’Dri Koffi Paulin a inventé une machine de levage assez atypique pour faciliter la tâche des ouvriers sur les chantiers de construction.

Partant du constat qui est que sur les chantiers de constructions à Abidjan et dans les grandes villes du pays, le transport de sable et de gravier se faisait encore manuellement, N’Dri Koffi a décidé de soulager ces milliers d’ouvriers à travers son invention qui est une forme de machine de levage jouant le rôle d’une poulie. Avec le moteur d’une vielle moto pour créer la rotation et à l’aide d’une corde cette machine fait monter du sable, du gravier et même du béton. N’Dri Koffi Paulin, dit pouvoir déplacer trois camions de sables par jour grâce à son invention.

En tout cas cela reste une belle aubaine pour les ouvriers des chantiers qui verront leur tâches allégées grâce à la trouvaille du jeune N’Dri. Ils endurent toute une souffrance à faire monter les matériaux sur les toits des maisons à étage en construction.

Abran Saliho

©CotedivoireNews 

Lire Plus
Advertisement Enter ad code he
re

Tendances

Copyright © 2019 By ZKF Agency - +225 07 34 0909 6 Tous droits réservés