Connect with us

Cotedivoirenews

Côte d’Ivoire: Communiqué du conseil des ministres du mercredi 29 avril 2020

Published

on

conseil des ministres

Côte d’Ivoire – Politique – Le mercredi 29 avril 2020, un Conseil des Ministres s’est tenu de 10h00 à 13h15, au Palais de la Présidence de la République à Abidjan, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République, Chef de l’Etat. Ci-après l’intégralité dudit communiqué.

L’ordre du jour de cette réunion comportait les points suivants :

A/-Mesures Générales
Projets de décrets
B/-Mesures Individuelles

C/-Communications

D/-Divers

A/– MESURES GENERALES

PROJETS DE DECRETS
Au titre du Ministère d’Etat, Ministère de la Défense, en liaison avec le Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile, le Ministère de la Justice et des Droits de l’Homme, le Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique et le Ministère des Transports;
Le Conseil a adopté un décret portant prorogation de l’état d’urgence.

Ce décret, qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du plan national de riposte à la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19, proroge l’état d’urgence déclaré le 23 mars 2020 sur l’ensemble du territoire national, pour une nouvelle période allant du 1er au 15 mai 2020.

Au titre du Ministère des Eaux et Forêts, en liaison avec le Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural, le Ministère des Mines et de la Géologie et le Ministère de l’Environnement et du Développement Durable;
Le Conseil a adopté un décret fixant les conditions de déboisement et de défrichement dans le domaine forestier national.

Ce décret soumet, en cohérence avec la politique de préservation, de réhabilitation et d’extension des forêts, le déboisement ou le défrichement à l’autorisation préalable de l’administration forestière, en vue de préserver durablement le patrimoine national forestier résiduel. Toutefois, l’autorisation de déboisement ou de défrichement de forêt est assujettie au maintien d’au moins 30% d’état boisé de la superficie concernée.
Au titre du Ministère des Eaux et Forêts, en liaison avec le Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation et le Ministère de la Culture et de la Francophonie;
Le Conseil a adopté un décret définissant les modalités de protection des forêts sacrées.

Ce décret vise à protéger toutes ces forêts naturelles d’environ 44 000 hectares, qui par la force des us et coutumes demeurent relativement bien préservées, des phénomènes de déforestation. A cet effet, il interdit dans les forêts sacrées, toute activité de déboisement ou de défrichement que constituent le prélèvement illicite de bois, les activités agricoles et minières, ainsi que les feux de brousse. En outre, il soumet à autorisation préalable des communautés rurales concernées, les activités de recherche scientifique, ainsi que le prélèvement et le ramassage de fruits et de produits forestiers ligneux dans les forêts sacrées.

Au titre du Ministère des Eaux et Forêts, en liaison avec le Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural et le Ministère de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme;
Le Conseil a adopté un décret définissant les limites de la forêt classée d’Anguededou.

Ce décret distrait de l’emprise de cette forêt classée, les sites concernés par des projets de haute portée socioéconomique. Il porte la nouvelle superficie de la forêt classée d’Anguededou à 8 501 hectares et 49 ares.
Au titre du Ministère du Commerce et de l’Industrie, en liaison avec le Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural et le Ministère des Ressources Animales et Halieutiques;
Le Conseil a adopté un décret portant plafonnement des prix de certains produits de grande consommation.

Cette mesure vise à lutter contre les pratiques spéculatives nées du fait de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Ainsi, après avis favorable de la Commission de la Concurrence, ce décret fixe, pour une période de trois mois, des prix plafonds pour certaines denrées de première nécessité, à savoir le riz, le sucre, l’huile de table, la tomate concentrée et la viande.

Toutefois, les commerçants sont autorisés, conformément au principe de la libre concurrence, à pratiquer des prix en deçà des prix maxima fixés.

B/– MESURES INDIVIDUELLES

Au titre du Ministère des Transports ;
Le Conseil a adopté un décret portant nomination de Monsieur Abel GBAKAYOKO DJORE en qualité de Représentant du Président de la République au Conseil d’Administration de la Société d’Exploitation et de Développement Aéroportuaire, Aéronautique et Météorologique (SODEXAM) en remplacement de Monsieur Martin KOHEMUN GBANDA.

Au titre du Ministère des Affaires Etrangères;
Le Conseil a donné son accord en vue de la nomination de Monsieur Ali Yousef Obaid Jasem Alnuaimi, en qualité d’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de l’Etat des Emirats Arabes Unis près la République de Côte d’Ivoire, avec résidence à Abidjan.

C/– COMMUNICATIONS
Au titre du Ministère des Affaires Etrangères, en liaison avec le Ministère des Transports, le Ministère de l’Economie et des Finances, le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat;
Le Conseil a adopté une communication relative au rapatriement des Ivoiriens retenus à l’extérieur, suite à la fermeture des frontières consécutive au COVID-19.

Le Conseil a instruit le Ministre des Affaires Etrangères et l’ensemble des Ministres concernés à l’effet de prendre les dispositions diligentes en vue de procéder au rapatriement des compatriotes retenus à l’extérieur du pays consécutivement au déclenchement du plan de riposte sanitaire lié à la pandémie de Covid-19.

Cette opération concerne les nationaux Ivoiriens se trouvant au Cameroun, au Sénégal, au Maroc et en Tunisie, détenteurs de titres de transport acquis avant la fermeture des frontières et prêts à se soumettre aux mesures sanitaires en vigueur dans notre pays.

Au titre du Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique, en liaison avec le Ministère de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat ;
Le Conseil a adopté une communication relative à la mise en œuvre du plan de riposte sanitaire et du plan de riposte économique, sociale et humanitaire.

Compte tenu du nombre croissant de personnes contaminées par le coronavirus 2019, le Conseil a décidé de maintenir et de renforcer le dispositif opérationnel de prévention et de prise en charge des malades prévu au Plan de riposte. Ainsi, l’état d’urgence instauré depuis le 23 mars 2020 est maintenu et prorogé de même que les mesures barrières induites. La stratégie d’isolement du Grand Abidjan, de détection précoce des malades, à travers des tests systématiques ciblés sur la population à risque et le suivi des contacts, est en cours de consolidation avec la réalisation de nouveaux sites de prélèvement et de sites de soins.

Ce dispositif devrait permettre de contenir la pandémie à Abidjan, de relever significativement le taux de guérison et de rompre la chaîne de contamination.

Au titre du Ministère des Mines et de la Géologie;

Le Conseil a adopté une communication relative au bilan 2019 et aux perspectives 2020 du secteur minier (hors produits pétroliers et gaziers).

Au cours de l’année 2019, 17 permis de recherche minière ont été attribués et 27 permis de recherche, arrivés à terme, ont été retirés du cadastre minier, portant à 168, le nombre de permis actifs au 31 décembre 2019, contre 178 en 2018. La production industrielle de l’or, objet de 86,90% des permis de recherche attribués, est de 32,478 tonnes et celle de la petite mine de 90,657 kilogrammes, soit une production globale de 32,568 tonnes en 2019, contre 24,488 tonnes en 2018, soit une hausse de 33%. Cette hausse de la production d’or est due à l’accroissement de la capacité de production du complexe minier Ity-Daapleu, au renforcement des mesures de contrôle des exploitations minières, ainsi qu’à la répression de l’orpaillage illicite.

La production de métaux de base issue de quatre (04) mines de manganèse et de la mine de nickel latéritique de Biankouma-Touba s’élève à 1,2 million de tonnes pour le manganèse, contre 797 911 tonnes en 2018, soit une hausse de 48,11% et pour le nickel à 660 144 tonnes en 2019, contre 889 585 tonnes en 2018, soit une baisse de 25,79%.

Relativement à l’exploitation de substances de carrière, le volume de matériaux concassés produit au cours de l’année 2019 s’élève à 10 millions de tonnes et à 2 millions de mètres cube de matériaux meubles pour 13 autorisations en cours de validité.

Ainsi, au 31 décembre 2019, les sociétés d’exploitation du secteur minier ont généré un chiffre d’affaires de 761,995 milliards de francs CFA contre 582,298 milliards de francs CFA en 2018, soit une hausse de 30,86% pour 136,346 milliards de francs CFA d’investissements et 13 993 emplois directs créés. Les recettes fiscales induites s’établissent à 94,562 milliards de francs CFA contre 65,841 milliards de francs CFA en 2018, soit une hausse de 43,62%, à fin 2019.

Pour l’année 2020, les prévisions annoncent la poursuite de la tendance haussière de la production minière avec le développement du secteur de la petite mine et l’entrée en production de la mine de bauxite de Bénéné dans le département de Bongouanou.

D- DIVERS

Le Conseil a été informé de la tenue du prochain Conseil National de Sécurité le jeudi 07 mai 2020.

Fait à Abidjan, le 29 avril 2020

Sidi Tiémoko TOURE

Ministre de la Communication et des Médias,

Porte-parole du Gouvernement

porteparolat@communication.gouv.ci

Cotedivoirenews

Côte d’Ivoire: Le Fond des Nations Unies pour la Population tire la sonnette d’alarme sur le taux élevé de la mortalité maternelle

Published

on

Le Fond des Nations Unies pour la Population tire la sonnette d’alarme sur le nombre élevé de la mortalité maternelle

Côte d’Ivoire – Société – D’après le rapport annuel 2019 du Fond des Nations Unies pour la Population (UNFPA), la Côte d’Ivoire enregistre un niveau élevé de mortalité maternelle avec un ratio estimé à 614 décès pour 100 000 naissances vivantes. 

Malgré sa croissance économique estimée à 7% depuis 2012, la Côte d’Ivoire fait face à des défis sociaux, tels que le niveau élevé de mortalité maternelle. En effet, sur 100.000 accouchements réalisés, 614 femmes meurent du fait des complications liées à la grossesse. Un ratio qui s’explique selon l’UNFPA, par le manque d’assistance d’un personnel qualifié, les grossesses précoces, le manque de structures sanitaires en zone rurale et le dédain des populations à l’utilisation des méthodes contraception et de planification familiale. 

En effet, selon les données statistiques du rapport annuel 2019 de l’UNFPA, trois (3) femmes sur 10 accouchent sont sans assistance d’un personnel de santé qualifié. Une situation à laquelle s’ajoute une faible prévalence contraceptive qui est de 14,3 %.

À côté de cela, le rapport indique une proportion élevé des jeunes filles en âge d’aller à l’école à contracter une grossesse. Puisque selon le rapport une (01) adolescente sur 4 à déjà contracté une grossesse. De plus 32,1% des femmes se marient avant l’âge de 18 ans et 1 nouvelle infection sur 5 du VIH concerne un jeune de 15 à 24 ans. 

Concernant les violences basées sur le genre (VBG) et les mutilations génitales féminines, l’UNFPA souligne que près de ¼ des femmes en union ont subi des violences physiques de la part de leur partenaire, alors qu’environ 2 femmes sur 5 ont subi une mutilation génitale féminine. 

En dépit de ces chiffres qui traduisent une réalité qui n’est guère reluisante, l’instance des Nations Unies en charge de la population, entend poursuivre ses actions avec ses partenaires que sont le gouvernement, la société civile et les représentants des communautés pour contribuer à la réduction du nombre de décès maternels et ce à travers le renforcement des capacités du système et des prestataires de santé, la mise en place d’un réseau de maternité de référence pour la pratique des soins obstétricaux et néonataux d’urgence (Réseau SONU), la prévention et le traitement des fistules obstétricales, la promotion de la planification familiale et la mobilisation des communautés en faveur de la santé de la reproduction comme « L’Ecole des Maris ». 

Pour le représentant de l’UNFPA en Côte d’Ivoire, Caspar Peel, des défis restent encore à relever pour atteindre les Objectifs de Développement Durables (ODD). C’est pourquoi, selon lui, le gouvernement et la société civile, doivent mettre un accent sur l’amélioration du mécanisme de réduction de la mortalité maternelle.

« Le combat étant loin d’être achevé, notre vision est de poursuivre notre engagement en faveur de l’autonomisation de la femme. Cette autonomisation va permettre à la femme de décider d’espacer les naissances, d’aller au centre de santé pour ses soins quand elle est enceinte et de prévenir toutes formes de violences. Pour y parvenir nous allons proposer pour les années à venir des initiatives à fort impact notamment à travers les approches plus innovantes qui peuvent toucher les femmes, les hommes et les jeunes », affirme t-il.

©CotedivoireNews

Akinbola Djamal

Lire Plus

Cotedivoirenews

Prix Nobel de la Paix 2021: Dr Arsène Ouattara déterminé à proposer le Président Bédié

Published

on

Dr Arsène Ouattara fondation Bédié

Côte d’Ivoire – Dr Arsène Ouattara, fondateur de la Fondation Internationale Henri Konan Bédié, a annoncé la candidature du président Bédié à l’édition 2021 du Prix Nobel de la Paix.

Cette décision résulte de la rencontre qu’a eu le Président de cette Organisation non gouvernementale avec ses représentants résidents en France.

Le Bureau de Paris de cette Fondation a en effet décidé de faire de ce projet, une priorité absolue au regard, de ce que représente le Président Bédié pour l’humanité et ses nombreuses actions en faveur de la paix en Côte d’Ivoire, selon son Responsable Etude et Développement, Dr Logossina Ouattara médecin en France, spécialisé en gériatrie.

A LIRE AUSSI// Politique: Niamien N’Goran parle du président Bédié

Et pour ce faire, Dr Arsène Ouattara qui pilote personnellement cette initiative, a déclaré avoir adressé plusieurs courriers à des parlementaires européens, africains et à des organisations habilités à proposer des candidatures auprès de l’institution norvégienne en charge de ce Prix. Il a également annoncé qu’à cet effet, la Fondation a sollicité l’expertise d’un grand cabinet norvégien qui lui permettra de proposer un bon dossier aux responsables du Prix.

Interrogé sur les motivations et les chances qu’un tel projet puisse aboutir, Dr Arsène Ouattara, a fait savoir que le Président Bédié a beaucoup d’atouts qui militent en sa faveur. Son charisme, le don de sa personne pour la paix chaque fois que cela est nécessaire, constituent autant de raisons pour convaincre le jury du Prix.

Il reconnaît néanmoins que ce ne sera pas du tout une partie de plaisir pour l’aboutissement d’une telle initiative. Toutefois insiste-t-il, « aucun obstacle ne nous fera reculer encore moins abandonner». Car à l’en croire, cela constitue pour lui et la fondation,  un devoir moral, d’immortaliser le Président Henri Konan Bédié et ses œuvres.

A LIRE AUSSI //Politique – Azoumana Moutayé: « Le MFA soutiendra la candidature du Président Bédié s’il est retenu à l’issue de leur convention »

« Ma prochaine mission, c’est les différentes rencontres que nous entreprendrons très bientôt mon équipe et moi, dans les différents parlements européens et organisations en attendant l’ouverture des frontières aériennes des pays africains, pour en faire de même afin qu’ils acceptent tous, européens et africains, de porter la candidature de notre repère, à savoir le Président Henri Konan Bédié », a-t-il conclu au terme de cette réunion.

©CotedivoireNews

Abran Saliho avec Sercom

Lire Plus

Cotedivoirenews

Côte d’Ivoire: Le Communiqué du conseil des ministres du mardi 30 Juin 2020

Published

on

conseil-des-ministres

Côte d’ivoire – Politique – Le mardi 30 juin 2020, un Conseil des Ministres s’est tenu de 11h00 à 12h30, au Palais de la Présidence de la République à Abidjan, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République, Chef de l’Etat.

L’ordre du jour de cette réunion comportait les points suivants :

A/- Mesures Générales
− Projets de décrets

B/- Divers

A/– MESURES GENERALES

PROJETS DE DECRETS

1- Au titre du Ministère des Affaires Etrangères, en liaison avec le Ministère de l’Economie et des Finances, le Ministère de la Ville, le Ministère de l’Assainissement et de la Salubrité et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat ;

Le Conseil a adopté un décret portant ratification de l’Accord de prêt N°6686-CI, d’un montant total de deux cent quatre-vingt-sept millions sept cent mille (287 700 000) euros, soit cent quatre-vingt-huit milliards sept cent dix-huit millions huit cent vingt-neuf mille neuf cents (188 718 829 900) francs CFA, conclu le 19 juin 2020 entre l’Association Internationale de Développement (AID) et la République de Côte d’Ivoire, en vue du financement du Projet d’Assainissement et de Résilience Urbaine (PARU).

Ce projet vise, d’une part, à réduire les risques d’inondation dans les zones vulnérables du District Autonome d’Abidjan, ainsi que des principales villes de l’intérieur du pays et, d’autre part, à améliorer la gestion des déchets solides dans les municipalités concernées. Il comprend, notamment la construction de nouveaux systèmes de drainage primaire et secondaire, la réhabilitation de ceux existant, la réalisation de travaux routiers associés au drainage et le réaménagement de certaines zones de rétention d’eaux.

Le PARU permettra également de développer et de mettre en œuvre les meilleures pratiques en matière de réduction des déchets, de recyclage et d’économie circulaire, d’élaborer un programme de formation afin de développer les compétences des Petites et les Moyennes Entreprises (PME) portant sur les outils et les techniques de recyclage appropriées.

2- Au titre du Ministère des Affaires Etrangères, en liaison avec le Ministère de l’Economie et des Finances, le Ministère de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de la Lutte contre la Pauvreté, le Ministère de l’Assainissement et de la Salubrité et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat ;

Le Conseil a adopté un décret portant ratification de l’accord de Prêt n° 6659-CI d’un montant de cinquante-quatre millions huit cent mille (54 800 000) euros, soit trente-cinq milliards neuf cent quarante-six millions quatre cent quarante-trois mille six cents (35 946 443 600) francs CFA, conclu le 19 juin 2020, entre l’Association Internationale de Développement (AID) et la République de Côte d’Ivoire, en vue du financement additionnel du Projet régional d’Autonomisation des Femmes et de Dividende Démographique au Sahel (SWEDD).

Ce projet vise, non seulement, à accroître l’autonomisation des femmes et des adolescentes, mais également à faciliter leur accès à des services de santé reproductive, infantile et maternelle de qualité.

Il comprend, notamment l’amélioration de l’accessibilité des contraceptifs et la performance de leur chaîne d’approvisionnement, ainsi que l’amélioration de la disponibilité des agents de santé génésiques dans les zones rurales par le renforcement des capacités des sages-femmes et des autres membres du personnel impliqués dans les services de prestation de Santé de la Reproduction Maternelle, Néonatale, Infantile et Nutritionnelle (SRMNIN).

3- Au titre du Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation ;

Le Conseil a adopté un décret portant prorogation de la période de révision de la liste électorale.

Au moment où le deuxième délai accordé aux Ivoiriens pour l’inscription sur la liste électorale arrive à échéance, l’engouement qui avait justifié la première prorogation n’a pas faibli et de nombreux Ivoiriens ne pourront pas s’inscrire sur la liste électorale, si cette opération s’arrête définitivement à la date du 30 juin 2020.

Aussi, à la demande des parties prenantes au processus électoral et soucieux de la participation massive des Ivoiriens aux élections, le Conseil des Ministres, sur proposition de la Commission Electorale Indépendante (CEI), a décidé de proroger, à nouveau, la période de révision de la liste électorale jusqu’au dimanche 05 juillet 2020 à 12 heures.

B/- DIVERS

Au titre du Ministère de l’Assainissement et de la Salubrité ;

Le Conseil a été informé de la situation des inondations après les fortes pluies qui se sont abattues sur le District Autonome d’Abidjan et sur plusieurs villes de l’intérieur du pays.

Le Conseil des Ministres a exprimé ses condoléances aux familles des personnes décédées et sa compassion aux populations sinistrées.

Le Président de la République a instruit l’ensemble des Ministres concernés à l’effet de procéder à la libération des voies d’eau.

Le Conseil invite, à nouveau, les populations vivant dans les zones à risque à les quitter sans délai.

Fait à Abidjan, le 30 juin 2020
Sidi Tiémoko TOURE
Ministre de la Communication et des Médias,
Porte-parole du Gouvernement
porteparolat@communication.gouv.ci

©CotedivoireNews

Lire Plus
Advertisement Enter ad code he
re

Tendances

Copyright © 2019 By ZKF Agency - +225 07 34 0909 6 Tous droits réservés