Connect with us

Régions News

Côte d’Ivoire: La société de gestion du patrimoine immobilier de l’Etat et le préfet d’Agboville cités dans un scandale immobilier

Published

on

la sogepie et le préfet d’Agboville cités dans un scandale immobilier

Côte d’Ivoire – Agboville – Une autre affaire d’abus de pouvoir met en cause le préfet de région qui préfère prendre parti dans un dossier encore pendant au tribunal d’Agboville. Il y’a déjà des grincements de dents dans le milieu des affaires et de la politique dans la capitale de l’Agneby-Tiassa

En février 2019 l’opérateur économique M. Koké Kouamé Alexis Luc passe un accord de gérance libre d’un hôtel situé à Agboville avec le sénateur Ekissi Behou qui dit être propriétaire. C’est un domaine délabré et laissé à l’abandon que va mettre en valeur l’opérateur économique.


Selon l’accord d’exploitation qui dure 10 ans, il devra être versé chaque mois un loyer de 2 millions au sénateur. Les deux parties tombent d’accord pour la réalisation des travaux de réfection de l’édifice. Tout semble bien allé car l’opérateur paie chaque mois au sénateur les 2 millions de loyer malgré qu’il soit en chantier. Mais quand M. Koké Kouamé réclame le contrat de bail au sénateur, il trouve toujours quelque chose à dire pour reporter le rendez-vous.


Au mois d’août 2019 chose bizarre, des agents de la SOGEPIE (société de gestion du patrimoine immobilier de l’Etat) arrivent pour demander qui a donné ordre d’entreprendre les travaux et qu’il fallait les stopper car c’est un patrimoine de l’Etat.
M. Koké Kouamé va se référer à son bailleur qui n’est autre que le sénateur Ekissi pour comprendre. En réponse, il lui dit de ne pas s’en faire et rassure que la situation « était gérée ». L’opérateur économique soupçonne là quelque chose de louche.

Le domaine après les travaux de réfection


Le 16 août 2019, ils sont tous convoqués au siège de la SOGEPIE au Plateau. M. Koké va tomber des nus quand il va apprendre que le bâtiment n’est pas la propriété du sénateur Ekissi qui lui donne en location. Séance tenante M. Camara Moumouni, sous-directeur de la transaction à la SOGEPIE demande à M. Koké de ne plus verser de loyer au sénateur.
Mais curieusement il demande aux deux parties de trouver un terrain d’entente. Sorti de la SOGEPIE, l’opérateur économique va porter plainte auprès du substitut résident de section du tribunal d’Agboville contre le sénateur pour escroquerie. Celui-ci à son tour, avec des loubards fait arrêter les travaux de l’hôtel en réfection.

Face au dossier pendant à la justice et à la situation qui était en train de dégénérer, le préfet de région et préfet d’Agboville, Coulibaly Sinhindou prend un arrêté le 1er avril 2020 qui dit que:
 » L’hôtel La Kokette, objet d’un contentieux, est fermé jusqu’à nouvel ordre ». Au cours de la réunion qui a précédé l’arrêté, décision a été prise par le préfet en présence des deux parties que « l’hôtel resterait fermé jusqu’à ce qu’une décision de justice intervienne ou que la SOGEPIE clarifie la situation et les clés devraient être confiées au commissaire de police d’Agboville« .


Contre toute attente juste quelques jours seulement après cette décision préfectorale, le sénateur Ekissi a pris possession de l’hôtel et a même remplacé l’écriteau sur le mur où était inscrit hôtel Kokette pour mettre  » Hôtel Malthus 2″. Interrogé par notre confrère de l’Elephant Déchainé pour avoir sa version des faits, le sénateur a repondu ceci:

« Je suis sénateur; je n’ai rien à avoir avec l’hôtel La Kokette. Ce n’est pas mon affaire; Koké n’est plus à Agboville, il se trouve à Abidjan, rencontrez-le pour regler vos affaires. Adressez-vous au président de la republique par ce que je ne suis pas informé de ce que vous dites. Je n’ai absolument rien à vous dire ».


La décision de fermeture de l’hôtel en attendant une décision de justice était une manœuvre pour mettre dehors l’opérateur économique?
Le préfet d’Agboville serait-il devenu complice du sénateur dans ce litige immobilier?
Beaucoup de questions qui n’ont pas de réponse surtout quand la SOGEPIE reste elle aussi muette sur l’exploitation d’un patrimoine de l’Etat.

©CotedivoireNews

Parfait Dié

Régions News

Tabou: Les travaux de construction de la sous-préfecture de Djamadioké lancés

Published

on

Tabou

Côte d’Ivoire – Région de San-Pedro – Érigée en circonscription administrative depuis le 25 août 2010, les travaux de construction de la sous-préfecture de Djamadioké localité située à la frontière du Libéria, département de Tabou, région de San Pedro, ont démarré dimanche, 27 septembre 2020 dans la liesse populaire. Ce jour-là, Félix Anoblé, ministre de la promotion des PME, a procédé au lancement desdits travaux en présence, notamment des autorités préfectorales, politiques et coutumières de la cité du Djibetoua.

Estimé à 52 millions de francs Cfa, le coût de réalisation des travaux de construction du bureau du sous-préfet est, entièment, porté par le ministre Anoblé qui, en amont, il a participé de la construction du logement du « commandant ».

Revenant sur le contexte de sa présence aux côtés des populations du Canton Bapo, Félix Anoblé a rappelé qu’il s’agit pour lui de respecter la promesse qu’il avait faite sa qualité de député de San Pedro et parrain de la cérémonie d’investiture du chef de plôrô. Lequel chef, a-t-il ponctué ses propos, avait plaidé auprès du tout nouveau député de San Pedro afin que celui-ci pèse de son poids de parlementaire dans le but de faciliter le processus de l’érection du gros village de Djamadioké en sous-préfecture en construisant le logement et le bureau du sous-préfet.

 » Je formule le vœu que nous nous retrouvions tous ici dans quelques mois pour fêter ensemble l’inauguration des locaux de la sous-préfecture avec l’installation du nouveau sous-préfet  » a-t-il promis le ministre-maire.

©CotedivoireNews  avec SERCOM

Suivez toute l’actualité sur Côte d’Ivoire News.Info

Lire Plus

Régions News

Côte d’Ivoire: Le ministre Danho Paulin lance les travaux de réhabilitation de la piscine de Bouaké

Published

on

réhabilitation piscine de Bouaké

Côte d’Ivoire – Sport – Les travaux de réhabilitation la piscine de Bouaké ont été lancés le vendredi dernier en présence des ministres Paulin Claude Danho et  Amadou Koné, ainsi que maire Nicolas Djibo. Une renaissance pour cet édifice qui jadis faisait la fierté de la ville du centre-nord de la Côte d’Ivoire. 

Tombée en ruine et en état de délabrement avancé en raison d’un manque d’entretien et de suivi, la piscine de Bouaké va enfin revivre.

À l’issue des travaux de réhabilitation d’une durée de 8 mois, la piscine de Bouaké deviendra un complexe sportif, culturel et des loisirs qui portera l’illustre nom de l’ancien  Premier Ministre, Amadou GON Coulibaly. L’inauguration est prévue pour le mois de juin 2021.

En effet, les travaux de réhabilitation de cette piscine qui a fait les beaux jours de la capitale du Gbêkê, ont débutés. Selon le plan directeur, la rénovation concernera les deux  anciennes piscines pour la baignade. De nouvelles infrastructures seront bâties autour de ces deux piscines.

A LIRE AUSSI// Top Actions Mairie de Bouaké: La police municipale renforce son effectif

Il s’agit notamment d’un restaurant d’une capacité d’accueil de 165 places, d’une salle de sport d’une pour 120 personnes, une salle polyvalente de 200 personnes, d’un amphithéâtre à ciel ouvert d’une capacité d’accueil de 500 places, un kiosque et 7 toilettes d’une capacité d’accueil de 50 personnes, d’une salle de mariage et bien d’autres.

©CotedivoireNews 

Akinbola Djamal

Suivez toute l’actualité sur Côte d’Ivoire News.Info

Lire Plus

Régions News

Korhogo: Une culture de cannabis découverte au sein de la prison civile

Published

on

Côte d’Ivoire – Région du Poro – Ce vendredi 19 septembre 2020, ce sont au total 280 plants de cannabis qui ont été découverts et détruits par les agents de la Police des Stupefiants et des Drogues au sein de la prison civile de Korhogo.

Selon une source policière, les agents se sont rendu au sein de la prison civile suite à une information anonyme faisant état de la présence de plants de cannabis dans le jardin pénitencier.

Une fois sur les lieux, les agents de la Direction de la Police des Stupéfiants et des Drogues (DPSD) ont procédé à la destruction de 280 plants de cannabis.

Par ailleurs, selon la direction de la police nationale, une enquête est ouverte afin de démanteler ce réseau.

Abran Saliho avec DGPN

Lire Plus
Advertisement Enter ad code he
re

Tendances

Copyright © 2019 By ZKF Agency - +225 07 34 0909 6 Tous droits réservés