Connect with us

Cotedivoirenews

Côte d’Ivoire – Politique : Adjoumani répond à Bédié : Le RHDP n’a forcé personne à faire le déplacement

Published

on

Adjoumani - répon - au - président - Bédié

Suite aux propos tenus par le président Bédié ce samedi 26 janvier lors d’une rencontre avec la jeunesse du PDCI, à Daoukro, dans lesquels, il a traité le pagne du RHDP de chiffon, le porte-parole du RHDP, Kobenan Kouassi Adjoumani, a répondu à Bédié. C’était lors d’une conférence de presse animée ce mardi 29 janvier 2019. Ci-après l’intégralité de ses propos liminaires.

Mesdames et Messieurs les journalistes

Le samedi 26 janvier dernier, le Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) a organisé au stade Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan-Plateau, son premier Congrès Ordinaire. Ce rassemblement d’envergure exceptionnelle a connu un succès franc, à tous les niveaux. Le RHDP a, en effet, enregistré à l’occasion une mobilisation extraordinaire qui dépasse de loin tout ce que nous avons pu voir de pareille dans notre pays depuis des années. Une mobilisation gigantesque à faire pâlir de jalousie tous ceux qui avaient parié sur l’échec du RHDP et particulièrement de ce grand rendez-vous historique.

Les Ivoiriens se sont levés comme un seul homme. Ils sont venus de toutes les contrées du pays et même de l’extérieur, pour répondre à l’appel au rassemblement, à l’unité nationale, à la paix, à la stabilité et au développement lancé par le Président Alassane Ouattara.

Le RHDP voudrait profiter de l’opportunité que lui offre cette conférence de presse pour leur manifester toute son admiration, son infinie reconnaissance et ses très vifs remerciements.

Ils ont démontré de manière fort éloquente qu’ils sont un peuple viscéralement attaché au Président Félix Houphouët-Boigny et aux valeurs de la paix, de l’unité, de la stabilité, du dialogue et de la concorde qui incarnent sa philosophie politique.

Mesdames et Messieurs les journalistes,

S’adressant aux militants de son parti réunis le samedi 26 janvier dernier à Daoukro, le Président Bédié a dit entre autre :

  • « L’esprit de Félix Houphouët-Boigny se trouve ici et nulle part ailleurs
  • Les membres du RHDP sont des fils adultérins de l’houphouétisme
  • Le RHDP est le rassemblement des détourneurs de deniers publics ».

Le RHDP a tenu à organiser la présente conférence de presse pour se pencher spécifiquement sur ces propos tenus par le Président Henri Konan Bédié, en réaction à son congrès ordinaire.

Des propos choquants et d’une gravité inouïe qui n’honorent pas celui que nous avons toujours considéré comme un sage.

Certes, nous sommes en politique, mais le jeu politique n’autorise pas toutes les dérives langagières, les discours haineux et mensongers qui traduisent  tout le mépris qu’un homme d’Etat de la stature du Président Henri Konan Bédié peut avoir pour le peuple Ivoirien.

En effet, comment le président du PDCI-Daoukro que nous avons toujours placé sur un piédestal, que nous considérions comme un sage, un référent politique, un homme respecté, peut-il descendre dans l’arène en disant que cette mobilisation a été possible parce qu’on aurait distribué de l’huile, du riz et des chiffons aux congressistes ? L’utilisation du mot « chiffon » à la place de « pagne » est l’expression la plus achevée du mépris qu’il a pour le peuple Ivoirien.

Si tant est que l’huile, le pain, les chiffons et le riz, cités plus haut, constituent la panacée pour mobiliser le peuple Ivoirien, pourquoi le Président Bédié n’en avait-il pas fait usage, au moment où il lançait son appel en 1999, pour emmener les Ivoiriens à descendre dans la rue quand il avait été débarqué du pouvoir ?

Alors, que le Président Bédié sache que le RHDP n’a forcé personne à faire le déplacement du stade Félix Houphouët-Boigny. C’est fort de leur conviction et de leur foi en la paix en Côte d’Ivoire, que tous les militants, militants et sympathisants du RHDP ont effectué ce grand pèlerinage qui suscite déjà la jalousie chez nos adversaires.

Devrions-nous nous taire, face aux attaques perpétrées par le Président Bédié, qui deviennent de plus en plus récurrentes ces derniers temps ?

Non, chers amis de la presse, le président du PDCI-Daoukro ne devrait pas descendre aussi bas.

Mais qu’il sache, comme aimait à le rappeler le Père fondateur, le crachat jeté en l’air vous retombe toujours sur le front.

Quand on aspire à reconquérir le pouvoir d’Etat, on prend de la hauteur. Quand on s’autoproclame dépositaire authentique de l’Houphouétisme, on ne tient pas des propos qui ne sont pas dignes du Président Houphouët-Boigny et de sa philosophie politique, surtout quand on s’adresse à une assemblée constituée de la jeunesse de son parti. Le Président Henri Konan Bédié a le devoir d’éduquer les jeunes du PDCI-RDA au respect des valeurs qui incarnent cette philosophie politique.

En outre, dans sa volonté de faire mal, il va jusqu’à tenir des propos offensants pour la mémoire du Président Houphouët-Boigny, en taxant ce dernier d’avoir laissé à la postérité des « fils adultérins ». Le dire, c’est accuser implicitement le Père-fondateur, cette illustre personnalité de notre pays, d’avoir entretenu des relations politiques extraconjugales ou parallèles desquelles seraient issus des « fils adultérins ».

Mesdames et Messieurs les journalistes, le RHDP s’interroge.

Entre un prétendu fils légitime qui a commis le parricide, dès son avènement au pouvoir, en retirant les posters d’Houphouët-Boigny de tous les bureaux, en supprimant les pensées du jour publiées par Fraternité Matin et diffusées sur les antennes de la RTI, en laissant tomber en ruine et dans la broussaille, la maison du PDCI-RDA de Yamoussoukro, en poussant le rubicon jusqu’à vouloir remplacer le PDCI-RDA par le Cercle National Bédié et un « fils adultérin » qui a choisi d’immortaliser Houphouët-Boigny en créant un parti qui porte son nom, entre les deux dis-je, qui est, en réalité le fils légitime ? En d’autres termes, ce  prétendu fils légitime d’Houphouët-Boigny, qu’a-t-il fait de l’héritage à lui légué par le père ?

De grâce, que le Président Bédié n’engage pas la Côte d’Ivoire dans un autre concept nocif, plus dangereux que celui de l’ivoirité dont il est le père légitime et qui a fait tant de mal au pays. En effet, Houphouët-Boigny a toujours été le père de la nation toute entière. Il ne faisait aucune distinction entre ses enfants, qu’ils soient du nord, du sud, de l’est ou de l’ouest en passant par le centre.

Une telle façon de faire de la part du Président Bédié en parlant « d’héritiers légitimes » et de « fils adultérins » est révélatrice de sa volonté de réveiller encore les vieux démons de la division en catégorisant les Ivoiriens. En effet, en traitant les membres du RHDP de « fils adultérins », c’est une véritable insulte que M. Bédié leur administre. Car, si l’on se réfère au concept d’ « enfant adultérin », il est conçu comme enfant né hors mariage, donc un enfant illégitime. Mais, qui a dit que l’esprit d’un père ne se trouve pas sur l’enfant qu’il a conçu hors mariage ?

Qu’il soit entendu du Président Bédié et de ses suiveurs que dans le contexte qui nous préoccupe, les enfants de Félix Houphouët-Boigny ne sont pas ceux qui sont issus de sa famille biologique, mais plutôt ceux qui se réclament de son héritage spirituel dont n’ont jamais fait partie, les militants du Front Populaire Ivoirien (FPI) qui sont aujourd’hui adulés par M. Bédié.

En tout état de cause, quel qualificatif  le Président Bédié trouvera-t-il pour la dénomination de ces opposants irréductibles d’Houphouët-Boigny avec lesquels il négocie, par opportunisme, une plateforme politique ?

Acceptera-t-il de brader l’héritage d’Houphouët-Boigny avec ses nouveaux alliés qu’il appelait naguère des « hypocondriaques endurcis », au détriment de ses supposés frères « adultérins » ?

N’est-ce pas une façon de s’attaquer à l’héritage d’Houphouët-Boigny que le Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix veut sauvegarder ?

Nous comprenons aujourd’hui que le Président Henri Konan Bédié voulait être un autre Houphouët qu’il n’a jamais été. Que le Président Bédié sache qu’il a échoué et c’est ce qui explique son agacement.

Poursuivant son envolée, le Président du PDCI-Daoukro a osé déclarer, par ailleurs que la mobilisation exceptionnelle du stade Félix Houphouët-Boigny serait le fait d’un « rassemblement des détourneurs de deniers publics ».

Pour le respect que le RHDP manifeste au Président Bédié qu’il continue de considérer comme un acteur essentiel de la vie politique en Côte d’Ivoire, il s’est toujours abstenu de lui répondre du tac au tac. Toutefois, face à la gravité singulière des propos qu’il a tenu à Daoukro et compte tenu du fait que la plupart des Ivoiriens ont une parfaite connaissance de l’histoire récente de notre pays, le RHDP voudrait ici élever juste quelques interrogations.

Mais avant, dire que le RHDP est le « rassemblement des détourneurs de deniers publics » nous semble un peu fort et n’est même pas digne d’un militant lambda du PDCI-RDA, à plus forte raison sortant de la bouche de son chef pour qui chaque mot, en son temps, avait une valeur pédagogique.

Pour en venir aux questions, est-ce de cette façon que le Président Bédié entend rassembler tous les fils de Félix Houphouët-Boigny en traitant ceux qui refusent de le suivre dans sa nouvelle aventure, de voleurs et de « détourneurs de deniers publics » ?

Pourquoi en 1977, le Président Houphouët-Boigny a-t-il bruyamment relevé le Président Henri Konan Bédié de ses fonctions de ministre de l’économie et des finances ?

Pourquoi au soir de son règne, en 1998-1999, avant le coup d’Etat, tous les bailleurs de fonds lui avaient fermé tous les robinets ?

Que dire de cette scabreuse affaire des 18 milliards de l’Union Européenne ?

M. Guikahué qui était tout heureux lorsque le Président Bédié prononçait son discours à Daoukro, oublie-t-il qu’il était l’épicentre de ce scandale financier, qui a fait trembler le Gouvernement Bédié ?

Est-ce le même Président Bédié qui hier réclamait un second mandat pour le Président Alassane Ouattara, au regard de ses prouesses de grand bâtisseur à la tête de l’Etat, lors de l’inauguration du pont qui porte son nom ?

Est-ce encore le même Bédié, qui faisait l’éloge de la bonne gouvernance du Président Alassane Ouattara  dans tous ses discours ? Depuis qu’il est passé du statut d’allié à celui d’opposant, a-t-il subitement changé les lunettes avec lesquelles il ausculte désormais la gouvernance du Président Alassane Ouattara, au point de voir en noir aujourd’hui ce qui était blanc hier ?

Manifestement, ces propos qui transpirent la haine et la rancune relèvent d’un adversaire politique en déroute qui dit et se dédit.

Pour le RHDP, le Président Henri Konan Bédié dont le parti, le PDCI-RDA a pris une part effective à la gestion des affaires de l’Etat, de 2011 à juin 2018, ne saurait se dérober de celle-ci, en taxant, le RHDP de « rassemblement des détourneurs de deniers publics ». En d’autres termes, si par extraordinaire, il y a eu détournement effectif de deniers publics, comme il le prétend, le PDCI-RDA et son président doivent accepter d’assumer leur part de responsabilité. Ils sont co-auteurs ou à tout le moins receleurs, surtout que c’est le Président Henri Konan Bédié, lui-même, qui avait affirmé que « le parti unifié est dénommé  RHDP ».

Mesdames et Messieurs les journalistes,

Au regard de ce qui précède, le RHDP voudrait élever ici une vive protestation contre toutes ces attaques et accusations gratuites qui relèvent de la seule imagination de M. Bédié et de ses suiveurs, comme il se plaît à les qualifier.

Le RHDP en appelle à la responsabilité du Président Henri Konan Bédié qui doit éviter d’inoculer le venin de la violence, de la division et de la stigmatisation à la jeunesse.

Pour le RHDP, la paix est une œuvre, une construction perpétuelle. Comme le dit le Président Félix Houphouët-Boigny, « la paix, ce n’est pas un mot mais un comportement ». Tachons donc d’agir en homme de paix en désarmant nos langues. Cultivons l’amour et la concorde malgré nos divergences politiques et religieuses, pour nous rendre dignes des héritiers du Président Félix Houphouët-Boigny qui n’a jamais fait de différence entre ses enfants, parce que pour lui, la Côte d’Ivoire, une et indivisible, doit demeurer le pays de la vraie fraternité.

Pour terminer, le RHDP voudrait spécialement féliciter et encourager le Président Alassane Ouattara dans sa quête inlassable de rassemblement de tous les Ivoiriens, de toutes les forces vives de la nation, autour de l’idéal de paix, de pardon et de réconciliation, dans le droit fil des enseignements du Père-fondateur de la Côte d’Ivoire moderne, le Président Félix Houphouët-Boigny dont il est  aujourd’hui, le digne héritier.

Le RHDP voudrait enfin remercier les militantes, militants et sympathisants du RHDP qui ont eu foi en notre chef et qui ont adhéré de façon délibérée à ce parti.

Le RHDP prie le Président Alassane Ouattara de poursuivre ses efforts en faveur du développement, de la paix et de la cohésion sociale et de ne point se laisser distraire par ces agitations et attaques, qui n’ont pour seul but que de le détourner des objectifs nobles qu’il s’est fixés.

Vive le RHDP, parti créé pour servir et bâtir la Côte d’Ivoire.

                                  Pour le RHDP

                                                     Le Porte-parole Principal

KOBENAN Kouassi Adjoumani

@CôtedivoireNews

NB: Le titre et le chapeau sont de la rédaction

Cotedivoirenews

Abidjan – Cocody: Un incendie se déclare dans la salle de jeu d’un hôtel

Published

on

sapeurs-pompiers-hotel-incendie

Côte d’Ivoire – Groupement des sapeurs pompiers militaires – GSPM – Un incendie s’est déclaré ce jeudi 18 avril à 14h55, dans l’enceinte de l’hôtel Sunrise sis à Cocody Riviera Attoban non loin du 30e arrondissement.

A lire aussi// Abidjan: Grave incendie près de Prima Center à la veille de la Saint Valentin

Selon les pompiers qui ont pu éteindre le feu, il s’agissait de la salle de jeu de l’hôtel logée au 2ème étage qui avait pris feu.
A partir d’une lance hissée de l’extérieur du bâtiment les pompiers ont pu vaincre le feu. Il faut signaler que les causes de cet incendie n’ont pas été révélé par les soldats du feu.

©CotedivoireNews

Parfait Dié


Lire Plus

Cotedivoirenews

Côte d’Ivoire -Yopougon: Mgr Lezoutié suspend la Communauté de « Maman Pauline »

Published

on

Suspension de la communauté de Maman Pauline

Côte d’Ivoire – Religion – A la messe chrismale qu’il a présidée, jeudi 18 avril, Mgr Jean Salomon Lezoutié a annoncé la suspension de la communauté catholique Maria Rosa Mystica, dirigée par « Maman Pauline », au centre d’une polémique suscitée par les propos d’une de ces disciples. A la télévision publique.

Mgr Jean Salomon Lezoutié, l’évêque de Yopougon, a réagi, jeudi 18 avril face à la polémique suscitée par l’affaire « Maman Pauline », la bergère dela communauté Maria Rosa Mystica, une communauté nouvelle controversée qui exerce ses activités dans son diocèse. « J’ai demandé au curé de dire à cette communauté nouvelle de suspendre ses activités puisqu’on ne pas faire comme si de rien n’était, a annoncé Mgr Jean

Salomon. J’ai demandé qu’ils arrêtent d’avoir leurs rencontres habituelles les mercredis et les vendredis. »

L’ordinaire de Yopougon a pris cette décision en attendant le rapport écrit des investigations menées par le curé de la paroisse Sainte Thérèse d’Avila de la Maca à laquelle est rattachée cette communauté nouvelle, et de la décision du conseil presbytérale du diocèse. « A Rome, on m’a déjà interrogé sur le cas « Maman Pauline » à la congrégation pour la liturgie et les chants sacrés quand nous étions en visite ad limina, a-t-il encore révélé. Nous sommes obligés cette fois-ci, de traiter assez sérieusement cette question, car ils sont informés de ce qui vient de se passer et ils attendent notre réaction.»

Polémique

Depuis l’après-midi du jeudi 11 avril, sur les réseaux sociaux ivoiriens, l’on a beaucoup parlé, sur les réseaux  sociaux ivoiriens, de « Maman Pauline » et de son disciple Adjoua qui la prend pour Dieu.

L’histoire s’est déroulée pendant la diffusion en direct de l’émission C’midi de la RTI1, la première chaîne de télévision ivoirienne. Invitée, une certaine Adjoua livre son témoignage de conversion. Se disant « ancienne sorcière», elle prétend avoir « tué » des dizaines de personnes avant sa conversion. Elle dit même avoir participé à la crise post-électorale 2010-2011 en envoûtant les protagonistes pour les pousser à s’entre-tuer. Elle ajoute avoir été « délivrée » par « Maman Pauline », la responsable de la communauté Maria Rosa Mystica.

L’ex sorcière Adjoua, délivrée par  »Maman Pauline »

Pour elle Adjoua, Maman Pauline est Dieu et elle aurait sauvé la Côte d’Ivoire par sa lumière. Recadrée par l’animatrice de l’émission, Caroline Da Sylva, elle quitte le plateau de la RTI1, furieuse. Entre railleries et indignation, les internautes, notamment ceux du groupe Observatoire démocratique de Côte d’Ivoire (ODCI) – qui compte près de 300 000 abonnés – se sont saisis de l’histoire. De leur côté, de nombreux catholiques, prêtres et laïcs ont exprimé leur incompréhension.

Qui est Maman Pauline?

La bergère Pauline – reconnaissable par ses longues robes souvent blanches et sa couronne – est la responsable de la communauté catholique « Maria Rosa Mystica » dans la commune de Yopougon et qui existe depuis 2002. Elle tient ses prières publiques les mercredis et les vendredis. « Maman Pauline » est aussi membre de la Coordination diocésaine des communautés nouvelles de Yopougon qui est sous la responsabilité de la Direction diocésaine des œuvres de Yopougon.

À cette communauté est liée une fondation « Maria Rosa Mystica » créée par un « disciple » de Maman « Pauline », Lucien Kouassi Kouadio. La première pierre de cette fondation qui fait de l’humanitaire et qui sera composée d’un sanctuaire, d’un hôpital, d’une école et d’un centre de formation –a été posée par le président de l’Assemblée nationale du Sénégal, Moustapha Niasse, le dimanche 8 avril 2018. La communauté Maria Rosa Mystica est, par ailleurs, connue pour ses pratiques controversées, notamment les bains de purification du corps dans une « piscine » et ses rituels de délivrance.

©CotedivoireNews avec La croix Africa

Lire Plus

Cotedivoirenews

Agriculture – Mévente de l’anacarde: Le groupe parlementaire PDCI interpelle le gouvernement sur la misère des producteurs

Published

on

Mévente de l'Anacarde déclaration du PDCI

Côte d’Ivoire – Agriculture – Anacarde – Face à la mévente de la production de l’anacarde en Côte d’Ivoire, le groupe parlementaire PDCI-RDA, a dénoncé la misère des producteurs avant d’exhorter le gouvernement à garantir le prix d’achat qu’il a lui-même fixé à 375 FCFA/KG. C’était dans une déclaration produite ce mercredi 17 avril 2019. Ci-après l’intégralité de ladite déclaration.

DECLARATION DU GROUPE PARLEMENTAIRE PDCI-RDA RELATIVE A LA MEVENTE DES NOIX DE CAJOU

Le Conseil des Ministres, lors de sa session du mercredi 06 février 2019, a annoncé l’ouverture de la campagne 2019 de commercialisation de noix cajou avec un prix planché bord champ fixé à 375 Fcfa/Kg. La campagne 2019 a démarré ainsi le 15 février 2019, avec un prix en baisse de 125 FCFA soit 20% par rapport à 2018.

Pour cette campagne 2019, des mesures ont été annoncées afin de développer la transformation, de maintenir l’équilibre de la filière et d’optimiser les revenus des producteurs. Ces mesures tiennent, notamment, à l’amélioration de la qualité marchande, au financement durable des acteurs de la commercialisation et au renforcement des mesures incitatives pour l’augmentation du taux de transformation locale.

Malheureusement, force est de constater une mévente bord champ des noix de cajou. Cette mévente se caractérise par le non-respect des prix fixés mais surtout par la rareté des acheteurs. En effet, pour cette campagne 2019, le prix fixé aux planteurs qui est de 375 FCFA par Kilogramme n’est pas respecté par les rares acheteurs qui se présentent dans nos campagnes. Les prix proposés aux bravent producteurs varient entre 100 et 250 FCFA selon les localités. Ainsi, malgré la forte paupérisation de nos concitoyens qui vivent de cette culture, aucune mesure sérieuse n’est prise par le Gouvernement pour trouver des solutions durables à cette situation qui perdure depuis la campagne 2018. Les producteurs se trouvent donc livrés à eux-mêmes dans une misère qui va crescendo.

C’est pourquoi le Groupe parlementaire PDCI-RDA tient à rappeler que dès l’accession de notre pays à l’indépendance, le Président Felix Houphouët BOIGNY, père fondateur de la Côte d’Ivoire moderne a fait le choix de baser l’économie nationale sur le secteur agricole. Ce secteur a été très rapidement le moteur de la croissance économique de la Côte d’Ivoire. Les principales cultures de rente sont le café, le cacao, l’hévéa et le palmier à huile dans les zones forestières, le coton et récemment l’anacarde dans les zones de savane. Aujourd’hui encore, ce secteur demeure la principale source de richesse du pays, lui conférant un poids économique et une puissance agricole en Afrique et dans le Monde.

L’anacarde qui a été introduit comme plante de reboisement dans les zones de savanes du centre et du Nord de la Côte Ivoire s’est avéré être une source de diversification agricole dans notre pays. En effet, la noix de cajou, produit de l’anacardier est commercialisée avec beaucoup de succès dans les pays asiatiques, américains et européens.

Le rôle stratégique joué par cette filière dans notre économie n’est plus à démontrer. En effet, la production nationale de noix de cajou est passé de 180 000 tonnes en 2005 à 715 000 tonnes en 2015 et à 761 000 tonnes en 2018, faisant de la Côte d’Ivoire, le premier pays producteur mondial de noix de cajou. Cette filière touche directement 450 000 producteurs et fait vivre indirectement environ 4 500 000 ivoiriens.

Afin de rendre cette filière plus performante, l’Etat de Côte d’Ivoire a procédé à la réforme des filières coton et anacarde en 2013 en introduisant un nouveau cadre institutionnel avec la loi n°2013-656 du 13 septembre 2013 qui crée le Conseil du Coton et de l’Anacarde en remplacement de l’ARECA. Cette réforme vise l’amélioration des performances de la filière par :

• La recherche dans la filière ;

• L’encadrement des planteurs ;

• L’organisation du circuit de commercialisation ;

• L’accroissement de la transformation locale ;

• L’organisation des acteurs et la gouvernance de la filière.

Cette réforme en termes de résultats attendus devrait permettre d’assurer un prix rémunérateur aux producteurs (60% du prix CAF) et faciliter l’écoulement de leur récolte.

Cependant, nonobstant quelques avancées observées notamment l’accroissement de la production, l’objectif principal de garantir un prix rémunérateur aux producteurs n’est pas atteint et les planteurs peinent à écouler leurs récoltes. Plus grave, le prix officiel bord champ de la noix de cajou n’est pas respecté et ce, dans l’indifférence du Gouvernement.

Le Groupe parlementaire PDCI-RDA constate, en effet, avec regret que face aux difficultés actuelles des producteurs, aucune solution ni aucun secours ne sont proposés par le Gouvernement qui garde un silence incompréhensible sur cette grave conjoncture dans la filière.

Au regard de cette situation dramatique le Groupe parlementaire PDCI-RDA :

Interpelle le Gouvernement sur la misère que vivent les producteurs d’anacarde dans nos campagnes ;

Invite le Gouvernement à trouver des moyens appropriés pour l’achat de toute la production des noix de cajou ;

Exhorte le Gouvernement à garantir le prix d’achat qu’il a lui-même fixé à 375 FCFA/KG et à mettre en place une politique plus efficace pour assurer la première transformation d’au moins 50% de la production au niveau local.

Le Groupe parlementaire PDCI-RDA, dans ces moments de difficultés, apporte son soutien aux producteurs abandonnés à leur propre sort et les assure que le PDCI-RDA, Parti fondé sur les bases du Syndicat Agricole Africain, se tient à leurs côtés et sera leur porte-voix partout où besoin sera.

Dans cette perspective, comme pour l’affaire du riz avarié, le Groupe parlementaire PDCI-RDA adressera une question orale avec débat au Ministre de l’agriculture et du développement rural et à son collègue de l’Industrie sur la commercialisation et l’industrialisation dans la filière anacarde afin que tous les Ivoiriens soient informés sur la gouvernance de cette importante filière.

Fait à Abidjan le 17 Avril 2019

Pour le Groupe Parlementaire PDCI-RDA

L’Honorable ADI Kouamé Isac

©CotedivoireNews

Lire Plus

Tendances

Copyright © 2019 By ZKF Agency - +225 07 34 0909 6 Tous droits réservés