Connect with us

COTEDIVOIRE.CI

Côte d’Ivoire – Politique: La PEC-CI demande la libération immédiate de tous les prisonniers Politiques de l’opposition et des acteurs de la Société Civile

Published

on

Le président du PEC-CI Rémi Ebrin Yao à Emmanuel Macron

Côte d’Ivoire – Politique – Suite à la situation socio-politique que vivent les Ivoiriens aux lendemains de l’élection présidentielle, la Plateforme l’Engagement Citoyen de Côte d’Ivoire PEC-CI, avec son président Ebrin Yao demande la libération immédiate de tous les prisonniers politique de l’opposition Ivoirienne ainsi que les acteurs de la société civile arrêtés. Ci-après la déclaration produite le samedi 21 novembre 2020.

Mesdames et Messieurs de la Presse Nationale et Internationale

Chers invités,

Permettez-moi au nom du Comité Exécutif de la Plate-forme pour l’Engagement Citoyen de Côte d’Ivoire PEC-CI et ses 35 Organisations de la Société Civile Ivoirienne que nous présidons, de vous adresser nos vifs remerciements pour avoir répondu massivement à notre invitation.

A LIRE AUSSI// Interpellation de 08 élèves -maîtres du CAFOP de Yamoussoukro: Le Collectif des syndicats de l’enseignement primaire public demande leur libération immédiate

Mesdames et Messieurs les journalistes, notre Point-Presse de ce jour est relatif à la proposition de DIALOGUE sollicité par le Président sortant, Monsieur Alassane Dramane Ouattara au Président HENRI KONAN BEDIE, Président du PDCI-RDA, Président de la coalition de toute l’opposition ivoirienne.

Le Comité Exécutif de la Plate-forme pour l’Engagement Citoyen de Côte d’Ivoire PEC-CI et ses 35 Organisations de la Société Civile Ivoirienne que nous présidons, se sont réunis en urgence le Dimanche 15 Novembre 2020, sur convocation expresse du Président EBRIN Yao Rémi, pour analyser le bien-fondé de ce Dialogue que nous jugeons tardif, car depuis plus d’un an, notre Organisation a eu à adresser plusieurs lettres au chef d’Etat sortant Monsieur Alassane Dramane Ouattara, afin qu’il donne une chance à cette denrée rare qu’est la PAIX. Malheureusement, Monsieur Ouattara et son RHDP-UNIFIE n’ont jamais voulu donner une chance au Dialogue tant recherché par l’opposition ivoirienne et la Société Civile significative. 

Mesdames et messieurs les journalistes, l’année de 2020 restera dans l’histoire de notre pays la Côte d’Ivoire, une année sombre pour notre Génération, car beaucoup de nos frères et sœurs jeunes dans la fleur de l’âge ont été arrachés à l’affection de leurs différentes familles, dans des circonstances atroces qui ne peuvent être guidées que par le diable.

Les crimes de ces frères et sœurs tombés sous les balles assassines des miliciens, microbes et mercenaires du pouvoir RHDP-UNIFIE, aura été leur courage, leur détermination et leur engagement pour avoir assumé leur devoir républicain et

civique en manifestant  pacifiquement contre la violation de la Constitution de notre pays, la Côte d’Ivoire.  

Il ressort donc de notre analyse 05 constats :

L’Obsession du Président sortant, Monsieur Alassane Dramane Ouattara de briguer par tous les moyens un 3ème Mandat illégitime et anticonstitutionnel a entrainé le CHAOS dans notre pays avec malheureusement, des centaines de pertes en vie humaine, la destruction de plusieurs villages entiers et des dégâts importants de matériels et de biens, aussi le déplacement massif de nos concitoyens vers les pays limitrophes.

C’est le lieu d’adresser nos condoléances les plus attristées aux familles éplorées, notre compassion et vœux de prompt rétablissement aux nombreux blessés.

A cet effet, la Plate-forme pour l’Engagement Citoyen de Côte d’Ivoire PEC-CI  et ses 35 Organisations de la Société Civile Ivoirienne que nous présidons, tiennent pour seuls responsables de tous ces morts le RHDP-UNIFIE, son Président Monsieur Alassane Dramane OUATTARA et la France qui a décidé de cautionner cette forfaiture en violation de la Constitution ivoirienne au détriment de ses intérêts économiques.

Nous rappelons à toute fin utile, qu’en 2010 la Commission Electorale Indépendante de Côte d’Ivoire avait donné les résultats qui ont été par la suite  validés par le Conseil Constitutionnel donnant le Président Laurent GBAGBO vainqueur de ces élections. Malheureusement, ces résultats n’avaient pas été reconnus par la Communauté Internationale avec à sa tête la France.

Il s’en est suivi dès lors une crise post-électorale dont les conséquences avaient été imputées au Pouvoir du Président Laurent GBAGBO qui s’est retrouvé par la suite à la CPI.

Ces faits graves emmènent la Plate-forme pour l’Engagement Citoyen de Côte d’Ivoire PEC-CI à poser une seule interrogation : « Est-ce que Monsieur Alassane Dramane Ouattara et son clan, qui ont rejeté en 2010 les décisions de la Cour Constitutionnelle lors des présidentielles, peuvent aujourd’hui obliger le peuple souverain de Côte d’Ivoire à s’aligner sur la décision de la Cour Constitutionnelle dirigée par Monsieur KONE Mamadou, un militant actif du RDR, qui vient de torde le cou au droit?»

La Plate-forme pour l’Engagement Citoyen de Côte d’Ivoire PEC-CI et ses 35 Organisations de la Société Civile Ivoirienne que nous présidons, informent la Communauté Nationale, Internationale, et le peuple souverain de Côte d’Ivoire que, depuis le 1er novembre 2020, toutes les décisions qui sont prises par le Président sortant Monsieur Alassane Dramane Ouattara et son Gouvernement à la tête de l’Etat, sont de notre point de vue, illégales, anticonstitutionnelles et ne respectent aucun principe juridique.

A LIRE AUSSI// Politique-Le président du PEC-CI, Rémi Ebrin Yao à Emmanuel Macron: «respecter purement et simplement notre constitution »

La Plate-forme pour l’Engagement Citoyen de Côte d’Ivoire PEC-CI et ses 35 Organisations de la Société Civile Ivoirienne, demandent à son Excellence Monsieur Emmanuel MACRON, Président de la République Française de ne pas privilégier l’intérêt économique de son pays, et cautionner le Génocide en Côte d’Ivoire. Oui Monsieur Macron, nous vous demandons de respecter purement et simplement notre Constitution, car l’histoire retiendra que c’est au cours de votre mandat présidentiel que la France a cautionné la forfaiture d’un 3ème Mandat du Président sortant Monsieur Alassane Dramane Ouattara, qui a fait à ce jour, plus de 100 morts parmi nos concitoyens.

Quant au DIALOGUE en cours sollicité par le Président sortant Monsieur Alassane Dramane Ouattara, la Plate-forme pour l’Engagement Citoyen de Côte d’Ivoire PEC-CI et ses 35 Organisations de la Société Civile Ivoirienne, adhèrent au principe. Cependant, nous rappelons au Président Henri KONAN BEDIE, qu’il est le porte flambeau de tout un peuple. Par conséquent, il doit se rappeler de tous ces morts causés par cette forfaiture de 3ème mandat de Monsieur Alassane Dramane Ouattara,  tenir compte des intérêts et de la volonté du peuple ivoirien.

La Plate-forme pour l’Engagement Citoyen de Côte d’Ivoire PEC-CI et ses 35 Organisations de la Société Civile Ivoirienne que nous présidons, apporte leur soutien total à son Excellence, Monsieur le Président HENRI KONAN BEDIE, qui a décidé de sacrifier le reste sa vie au service du peuple ivoirien.                                  

Nous demandons à Dieu Tout Puissant, à NANAN HOUPHOUET et à tous nos ancêtres qui ont sacrifié toute leur vie pour l’indépendance de la Côte d’Ivoire, de se lever de leur tombe, afin d’aider le peuple ivoirien à vaincre le diable qui a pris notre pays en otage.

Pour que ce Dialogue demandé par le Président sortant, Monsieur Alassane Dramane  Ouattara se poursuive, nous demandons la libération immédiate de tous les prisonniers Politiques de l’opposition ivoirienne et les acteurs de la Société Civile arbitrairement arrêtés (le cas de notre camarade de lutte Pulchérie GBALE);

Aussi, nous demandons l’implication réelle de la Société Civile Ivoirienne à ce dialogue, ainsi que sa supervision par la Communauté internationale sous le leadership de l’ONU, car il ressort de notre analyse que certains acteurs de la scène politique ivoirienne n’ont aucune parole donnée, et que le mensonge, la roublardise et diviser pour régner constituent leur programme de société. 

Apportons notre soutien indéfectible à toute l’opposition ivoirienne pour la mise en place effective d’une Transition Civile de large ouverture, avec une pleine implication de la Société Civile pour apaiser le climat social, et créer toutes les conditions pour une vraie réconciliation en Côte d’Ivoire; entre autres :

Le retour effectif de toutes les filles et tous les fils encore en exil, sur le sol ivoirien ;

L’organisation d’élections libres, transparentes et inclusives avec de nouvelles institutions crédibles, dont les différents animateurs n’émanent pas de Partis politiques ;

La Plate-forme pour l’Engagement Citoyen de Côte d’Ivoire PEC-CI et ses 35 Organisations de la Société Civile Ivoirienne, sollicitent l’implication réelle de la Communauté Internationale pour accompagner le peuple de Côte d’Ivoire dans la mise en place de cette transition, afin d’éviter le chaos à notre pays, qui est aujourd’hui à la solde des mercenaires, miliciens et microbes du RHDP-UNIFIE.

La Plate-forme pour l’Engagement Citoyen de Côte d’Ivoire PEC-CI et ses 35 Organisations de la Société Civile Ivoirienne que nous présidons, rejettent aujourd’hui, demain et toujours cette parodie d’élection du Président sortant Monsieur Alassane Dramane Ouattara, que ses deux laboratoires (la Cour Constitutionnelle et la CEI) ont décidé d’imposer par tous les moyens aux ivoiriens.   Nous invitons toutes les forces vives de la nation à s’unir plus que jamais afin de faire barrage à cette autre forfaiture.

La Plate-forme pour l’Engagement Citoyen de Côte d’Ivoire dénommée PEC-CI et ses 35 Organisations de la Société Civile Ivoirienne, demandent officiellement à l’ONU, à la Cour  Pénale Internationale(CPI) et plus particulièrement au Bureau de Madame Fatou Bensouda, Procureure Générale, de se saisir du dossier ivoirien, afin d’enquêter sur le Génocide en cours dans notre pays, depuis l’annonce de cette forfaiture de 3ème Mandat illégitime et anticonstitutionnel du Président sortant, Monsieur Alassane Dramane Ouattara, qui a déjà fait des centaines de morts de nos concitoyens et d’importants dégâts matériels.

Que DIEU Tout Puissant, Maître du Temps et de la Vérité, donne la victoire au peuple souverain de Côte d’Ivoire dans ce combat qui nous est imposé, afin que nous puissions lui rendre témoignage.

                                                                 Fait, à Abidjan le 21 Novembre 2020

              Je vous remercie

©CotedivoireNews

Abran Saliho

Suivez toute l’actualité sur Côte d’Ivoire News

COTEDIVOIRE.CI

Côte d’Ivoire – Suppression des cotisations COGES: La FESCI salue cette décision du Président Alassane Ouattara

Published

on

Côte d'Ivoire - Suppression des cotisations COGES: La FESCI salue cette décision du Président Alassane Ouattara

Côte d’Ivoire – Education – Suite à la déclaration faite ce lundi 14 décembre lors de son discours d’investiture, quant à la suppression des cotisations des frais COGES dès janvier 2021, la FESCI salue cette décision du président Alassane Ouattara et rend hommage aux élèves et Etudiants qui se sont engagés dans cette lutte. C’était ce mardi 15 décembre 2020, dans une déclaration qu’elle a produite. Ci-après l’intégralité de ladite déclaration.

DÉCLARATION BEN-FESCI

Suppression des cotisations COGES par le Président de la République

Ce Lundi 14 Décembre 2020, lors de son discours à la nation à l’occasion de son investiture.

Le Président de la République de Côte d’Ivoire a décidé de la suppression des cotisations COGES dans tous les établissements d’enseignement préscolaire, primaire et secondaire à compter du 1er Janvier 2021.

Il faut rappeler que la suppression des cotisations COGES constitue avec la réintégration des élèves arbitrairement exclus sur la base d’une simple présomption de fraude, les deux points de revendication qui sont à la base de la grève nationale lancée depuis le 19 Octobre 2020 par la Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI).

Cette suppression constitue donc une victoire pour l’ensemble des élèves et étudiants de Côte d’Ivoire qui depuis plusieurs années n’ont cessé de se battre pour l’obtenir. Elle est le fruit des humiliations, des blessures, des meurtrissures, des exclusions, des emprisonnements que nous avons subis.

C’est le lieu pour la Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d’Ivoire (FESC1) de les féliciter pour leur engagement sans faille et leur rendre un vibrant hommage.

 Hommage à vous, vaillants camarades, militantes et militants de la cause estudiantine et scolaire, votre engagement est le moteur de la défense des intérêts des élèves et étudiants de Côte d’Ivoire.

De même, la Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) voudrait saluer chaleureusement cette décision historique et rendre un hommage appuyé à son auteur, le Président de la République de Côte d’Ivoire, son Excellence, Monsieur ALASSANE OUATTARA qui vient ainsi de soulager l’ensemble des élèves de Côte d’Ivoire et leurs familles.

Excellence, monsieur le Président de la République, votre décision de suppression des cotisations COGES donne tout son sens à la politique de gratuité de l’école à laquelle vous êtes tant attaché et qui souffrait gravement desdites cotisations.

La Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) vous traduit la reconnaissance de l’ensemble des élèves et étudiants de Côte d’Ivoire.

Par ailleurs, la Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) voudrait également saluer le Premier Ministre de la République de Côte d’Ivoire, son Excellence, monsieur FIAMED I3AKAYOKO pour avoir su conduire les négociations qui ont abouti à la suspension de notre mot d’ordre de grève du 19 Octobre 2020 et surtout pour avoir certainement facilité la prise de cette décision historique par le Président de la République.

Enfin, La Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d’Ivoire (FESCi) souhaiterait rappeler que la question de la réintégration des milliers d’élèves arbitrairement exclus des établissements secondaires de Côte d’Ivoire sur la base d’une simple présomption de fraude demeure sur la table et appelle également une décision historique dans ce sens.

Abidjan, le 14 Décembre 2020

Le Secrétaire Général Saint-Clair ALLAH (NL MAKÉLÉLÉ)

Lire Plus

COTEDIVOIRE.CI

Gagnoa-Éducation: L’Ong Boby offre une école primaire Franco-Arabe

Published

on


Côte d’Ivoire – Éducation -Regoon du Goh – L’Ong Boby de droit Français a offert officiellement une école primaire Franco-Arabe, au sous-quartier Cimetière du Grand Dioulabougou de Gagnoa, le dimanche 06 décembre, lors d’une cérémonie ouverte à tous.

D’une valeur globale de cinq millions FCFA, cet établissement acceuille depuis octobre 2020, un total de 115 élèves, repartis dans les deux classes de Cp1 et Cp2, où 60 table-bancs équipent chacune des salles, a expliqué le donateur, Sylla Mohamed, président de l’Ong.

L’Ong Boby a offert l’école primaire Franco-Arabe, à titre gracieux aux enfants, aussi bien en ce qui concerne l’inscription ainsi que les cours à donner tout au long de l’année. « Nous voulons mettre cet établissement à la disposition des enfants qui sont dans le besoin », a assuré Sylla Mohamed.

D’un coût de cinq millions FCFA, l’établissement dispensera une formation du programme officiel ivoirien, ainsi que celui Arabe et coranique.

Pour l’ouverture officielle, chaque enfant a bénéficié gratuitement d’un kit scolaire.
« Je n’ai pas eu la chance d’aller à l’école. Je ne voudrais pas que les plus jeunes éprouvent ces mêmes regrets demain », a fait ajouté le président Sylla, dont les propos ont rejoints ceux de l’imam de la grande mosquée de Gagnoa, Abdrahamane Kamagaté, qui a plaidé pour que les parents rétissants, acceptent de mettre leur enfant à l’école, aussi bien dans les écoles Françaises, que celles Franco-Arabe.

L’Ong Boby, qui a offert l’école Frano-Arabe, est une structure de la diaspora ivoirienne. Elle est basée en France et exerce en Côte d’Ivoire depuis 2015. Cette organisation contribue à l’amélioration des conditions de vie des populations démunies.

@cotedivoirenews

Yrebo Ben Youssef (Correspondant régional)

Lire Plus

COTEDIVOIRE.CI

Côte d’Ivoire – Société: L’observatoire Ivoirien des Droits de l’homme se prononce sur la condamnation de Yodé et Siro

Published

on

Côte d’Ivoire – Société – (OIDH), dans un communiqué signé de son Secrétaire Général, a réagi au jugement et à la condamnation pénale des artistes zouglou, Yodé et Siro, pour des propos qu’ils auraient tenus à la faveur d’un concert musical le 29 novembre dernier dans la commune de Yopougon, étalant leur perception du déroulement de la justice sur les violences qui ont entouré les élections d’octobre 2020. 

« À l’analyse, et sans toutefois préjuger de la procédure judiciaire en cours, l’OIDH estime qu’il s’agit de propos de satire sociale, de libre critique et de liberté d’expression artistique généralement permise aux auteurs d’œuvres de l’esprit sur l’action publique et la gestion de la cité.  Les libertés d’expression, de conscience et d’opinion sont des droits sacro saints garantis par la constitution ivoirienne pour tout citoyen », indique le communiqué de l’OIDH en date du 4 décembre 2020. 

En lieu et place de poursuivre ces artistes, l’OIDH estime que le contexte socio politique assez tendu depuis ces derniers mois et son corollaire de violation des droits de l’homme non encore réglé, d’arrestations d’opposants politiques et d’activistes, ainsi que les appels au dialogue politique et social, « auraient pu permettre de faire l’économie de cette poursuite qui ne fait que renforcer le sentiment d’exercice sélectif des libertés publiques chez bon nombre d’ivoiriens ».  

« Pour l’OIDH, la démocratie se nourrissant de liberté, d’expression plurielle et de promotion de la contradiction, le gouvernement devrait prendre toutes les dispositions utiles pour faire bénéficier aux citoyens et aux auteurs d’œuvres de l’esprit en particulier, quelle que soit la tendance ou la couleur de leur opinions, de garanties nécessaires à la réalisation de la liberté d’expression et d’opinion politique et sociale », ajoute le communiqué, qui souligne par la suite que « la justice, premier garant des droits et libertés, a un rôle très important à jouer en vue de rassurer toutes les populations et resserrer le tissu social fortement éprouvé ». 

Pour rappel, Yodé et Siro ont été condamnés à 12 mois d’emprisonnement avec sursis et 5 millions d’amende chacun.

©CotedivoireNews 

Akinbola Djamal

Suivez toute l’actualité sur Côte d’Ivoire News

Lire Plus
Advertisement Enter ad code he
re

Tendances

Copyright © 2019 By ZKF Agency - +225 07 34 0909 6 Tous droits réservés