Connect with us

Mairies

Côte d’Ivoire: Présentation de la commune de Djébonoua

Published

on

Présentation de la Commune de Djébonoua

Côte d’Ivoire – Région de la vallée du Bandama – Situé à 16 km de Bouaké au centre de la Côte d’Ivoire, Djébonoua est un chef-lieu de commune appartenant à la région Vallé du Bandama.

Présentation générale

Commune de Djébonoua

Région : Vallée du Bandama

Population : Plus de 28 000 habitants

Situation : Djébonoua est une ville de la Côte d’Ivoire située dans la région de la Vallée du Bandama. La population de Djébonoua est de plus de 28 000 habitants.

Le climat de la commune de Djébonoua

Djébonoua est influencée par un climat tropical humide. L’amplitude thermique est plus élevée (22 à 35 = 13)7. L’ensoleillement est plus constant et l’hygrométrie (pluies) plus faible qu’au sud.

On distingue quatre saisons pour la ville de Djebonoua :

– saison chaude, sèche et non pluvieuse (novembre à février)

– saison chaude, humide et pluvieuse (mars à juin) ;

– saison fraiche, humide et peu pluvieuse (juillet à aout) ;

– saison fraiche, humide et pluvieuse (septembre et octobre).

Contacts :

Mairie : info@mairiedjebonoua.com

www.mairiedjebonoua.com

Maire : Edmond TAIGUAIN

Maire de al commune de Djébonoua

©CotedivoireNews 

Mairies

Côte d’Ivoire: Tout savoir sur la commune de Seydougou, dans la région du Kabadougou

Published

on

Présentation de la commune de Zikisso

Publié ce samedi 07 septembre 2019 à 15h05 (Temps de lecture: 2min)

Côte d’Ivoire – Région du Kabadougou – Seydougou est un chef-lieu de commune et de sous-préfecture du nord de la Côte d’Ivoire et appartenant au département de gbéléban, dans la région de Kabadougou.

Présentation générale

– Commune de Seydougou

– Région du Kabadougou

– Population: 4 397 habitants (2014)

– Superficie: 256 km2

– Situation : La Commune de Seydougou est située dans le Département de Gbéléban. Elle est limitée au Nord et à l’Est par la Sous – préfecture d’Odienné, au Sud par la République de Guinée et à l’Ouest par la Sous- préfecture de Gbéléban

Historique

« Sé-dougou » qui signifie littéralement « le village sous le karité » aurait été fondé au 18ème siècle par un marabout nommé Mema Moussa FOFANA. Cette petite localité, devenue par déformation Seydougou, a été érigée en Sous-préfecture par décret N°74-499 du 30 octobre 1974, portant remaniement territorial dans les Départements d’Odienné et de Ferkessédougou.

Deux décennies plus tard, en 1995, Seydougou sera érigée en commune par le décret n° 95 – 941 du 13 décembre 1995 portant création de soixante et une(61) Communes.

Economie

-Atouts économiques et industriels : Zone de forte production d’anacarde et de coton, la commune dispose d’énormes potentialités dans le domaine agricole qui ne demandent qu’à être exploitées. A cela, il convient d’ajouter un secteur de l’élevage de bovin en pleine expansion.

-Commerce : La proximité avec la République sœur de Guinée fait de Seydougou une zone de transit. Cela se traduit par un marché hebdomadaire florissant qui rassemble des commerçants en provenance de la Guinée, d’Odienné et des localités voisines telles que Gbéléban.

-Infrastructures : La Commune de Seydougou dispose de quelques atouts qui seront mise en valeur avec la conception en cours de son Plan Stratégique de développement par l’Agence Nationale Appui au Développement Rural (ANADER). Il s’agit entre autres de : une structure d’encadrement des paysans disposant d’une micro finance dénommée « La Maison du Paysan » ; un réseau routier en bonne état marqué par les travaux de bitumage en cours de l’axe Seydougou-Odienné long de 50 km et Seydougou-Gbéléban long de 20 km ; un réseau de communication cellulaire performant avec MTN et ORANGE-Côte d’Ivoire ; un château d’eau d’une forte capacité et des pompes hydrauliques à motricité humaine assurant la couverture en eau potable de tous les villages, une connexion au réseau électrique couvrant tout le territoire communal ; deux retenues d’eau propices à la pratique de la pêche et des cultures maraîchères aménagées par la Mairie.

Contact

Maire de la Commune de Seydougou

-Nom et Prénoms : Lamine FOFANA

– mobile : 05 12 07 11/ Email : fofanacharaf@gmail.com

Secrétaire Général de la Commune de Seydougou

-Nom et Prénoms : KOUAKOU Kouakou

-Mobile : 07 21 06 59/ 06 37 06 42/ Email : kkdarius@gmail.com

©CotedivoireNews

Lire Plus

Mairies

Côte d’Ivoire: Tout savoir sur la commune de Goulia, dans la région du Folon

Published

on

Présentation de la commune de Goulia

Côte d’Ivoire – Région du Folon – Goulia est un chef-lieu de commune et de sous-préfecture de Côte d’Ivoire situé dans la région C’est une du département de Kaniasso, région du Folon.

Présentation générale 

– Commune de Goulia
– Région du Folon
– Population: 18 590 hbts (2014)
– Superficie: 
– Situation: Goulia est une commune située au nord est de la Côte d’Ivoire. La commune de Goulia est créée par le décret 95-471 du 13 décembre 1995 portant création de nouvelles communes. Elle est en activité conformément au décret 96-472 du 13 décembre 1996. Erigée en chef lieu de commune à laquelle sont rattachés cinq autres villages depuis 1996, Goulia, est une modeste commune située au nord sur l’axe routier international Côte d’Ivoire-Mali à quatre vingt treize kilomètres d’Odienné avec une superficie environ de 10 kilomètres carrés. En la faveur du nouveau découpage administratif, elle fait partie du département de Kaniasso dans la région du Folon dont le chef lieu est Minignan.


Historique 

Les populations sont majoritairement malinkées. Elles sont musulmanes et animistes et foncièrement
attachées à la tradition. En effet, le nom du nouveau né est donné par un marabout ou un devin.
La religion dominante est l’islam. La population est presqu’à quatre vingt dix neuf pourcents
musulmane. Sur le territoire communal, une petite communauté chrétienne est installée dénommée
l’Assemblée de Dieu dirigée par un Pasteur. Elle vit en bonne intelligence avec les musulmans à
Goulia.

Economie


La commune regorge donc d’innombrables potentialités qui méritent d’être exploitées. Nous allons voir l’agriculture, l’industrie et le commerce.
L’économie est basée sur l’agriculture. L’économie est tenue par quelques riches commerçants et quelques artisans installés sur le territoire communal. Le marché est hebdomadaire et se tient tous les vendredis où les commerçants maliens viennent vendre leurs marchandises. 
– Agriculture : L’agriculture est l’activité principale de la commune. A cela s’ajoute l’élevage des bovins, des ovins et des caprins. Comme cultures vivrières, nous avons le maïs, le riz, le fonio, l’igname, le manioc, la patate et le mil. Les cultures de rente sont l’anacarde, le coton.
-Industrie: Il n’y a pas d’unités industrielles à Goulia. A l’exception des trois sociétés de téléphonies mobiles installées sur le territoire communal à travers leur pylône.
-Commerce: Il n’y a pas de banque à Goulia. Il y a quelques magasins où divers articles sont tenus par des fils de la localité.

Contacts


Maire de la Commune de Goulia
-Nom: KELESSERI KONE
-Email : kelesserikone@ymail.com
-Tél : 07 92 28 96/05 44 32 86
Secrétaire Général de la Commune de Goulia
-Nom : ZATTA ZOGBE
-Email : zogbe@live.co.za /t zattazogbe@yahoo.fr
-Tél : 09 15 82 83/ 06 49 79 17

©CotedivoireNews

Lire Plus

Mairies

Côte d’Ivoire: Tout savoir sur la commune de Guintéguéla, dans la région du Bafing

Published

on

Côte d’Ivoire – Région du Bafing – Située au nord-ouest de la Côte d’Ivoire et appartenant au département de Touba, dans la Région du Bafing, Guintéguéla est un chef-lieu de commune et de sous-préfecture.

Présentation générale

– Commune de Guintéguéla :
-Région du Bafing. 
-Population: 18 994 habitants (RGPH 2014)
-Superficie: 382 km².
-Situation : Au nord le département de Koro; au sud par le département de Biankouma à l’est par les sous-préfectures de Sifié et de Worofla et à l’ouest par la sous-préfecture centrale de Touba, son chef-lieu de Région de laquelle elle est distante de 45 km.

Historique

Guintéguéla, appellation du chef-lieu de sous-préfecture, serait une déformation du mot « Gbénéla » ou « Gbéna » qui signifie en Tennin, l’ethnie locale, « le campement de Mêgbéné », en hommage au chasseur KONE Mêgbéné, premier occupant des lieux.
Ainsi, l’histoire de Guintéguéla se confondrait à celle de trois familles : les KONE les FOFANA et les BAMBA.
Les BAMBA seraient venus de Djéné (actuel Mali). Ils ont été reçus par les KONE de Kolon (village de la commune) et les FOFANA de Tienfou (village de la commune).
Marabouts et guerriers, les BAMBA seraient devenus influents par la suite. Ces trois familles qui constituent les autochtones, sont appelés les «Tennin ». Ils sont du groupe Mandé du nord et seraient installés sur le site actuel par vagues migratoires entre le 16èmeet le 18èmesiècle. 
Il faut rappeler que le « Tennin » est un ensemble linguistique et spatial. Il désigne à la fois l’espace géographique circonscrit dans la sous-préfecture et le dialecte des peuples qui y habitent. Le «Tennin » est une langue intermédiaire entre le «Mahou » de Touba et le «Koyaka » de Séguéla.

Economie


-Commerce : Il se résume à des échanges entre les populations à travers quelques boutiques tenues essentiellement par des ressortissants des pays de la CEDEAO (Burkinabés, Maliens, etc…), et aussi des Mauritaniens. La tenue d’un marché hebdomadaire les mercredis à laquelle participent des commerçants venus d’ailleurs, est le signe de la vivacité de ce secteur économique. 
-Banques : Aucune structure bancaire n’existe dans la commune.
-Transports : Le transport des personnes et des biens se fait respectivement par minicars (Massa) et par véhicules de 30 à 40 tonnes (Kia et autres). Les acteurs de ce secteur d’activité sont regroupés au sein de différents syndicats de transporteurs basés à Touba. 
A côté de ceux-ci, le phénomène des taxi-motos qui offrent les mêmes prestations à la population, s’est énormément intensifié. 
-Secteur primaire : L’agriculture est de loin le secteur dominant. Les cultures pérennes d’exportation telles que l’anacarde, la plus ancienne, le coton de moins en moins et le cacao, récemment introduit dans la zone avec une production significative, constituent des sources de revenus pour les planteurs.
A côté de ces productions, le riz, l’igname, la mais, la banane, le manioc etc… et les légumes sont autant de cultures vivrières auxquelles s’adonnent une bonne partie de la population.
L’exploitation forestière reste timide et pratiquée en général par des scieurs clandestins sur des essences tels que l’iroko, l’acajou, le samba etc… 
Toutefois, l’exploitation du bois de vêne a connu un essor considérable ces derniers temps. 
-Secteur secondaire : La commune ne dispose d’aucune unité agro-industrielle encore moins minière ou énergétique.
L’artisanat est le fait des jeunes mécaniciens de motos, de petits menuisiers, de couturiers, de quelques restauratrices et de quelques boutiquiers qui s’adonnent à leurs activités respectives durant toute l’année. A ceux-ci, il faut inclure des potières malgré leur nombre restreint. 
Secteur tertiaire: Il est faiblement représenté dans la commune. (Voir plus haut : III Atouts – Economie).


Contacts

Maire de la commune de Guinteguela
-Nom et prénoms: BAMBA MAMADOU

Secrétaire Général de la Commune de Guintéguéla. 
-Nom et prénoms : AMAN Sonan Assi Barthélémy
-Mobile: 48 64 77 57 / 45 64 76 56
-Email: sorybamba@yahoo.fr

©CotedivoireNews

Lire Plus
Advertisement Enter ad code he
re

Tendances

Copyright © 2019 By ZKF Agency - +225 07 34 0909 6 Tous droits réservés