Connect with us

Mairies

Côte d’Ivoire: Tout savoir sur la commune de Kasséré

Published

on

Commune de Kasséré

Côte d’Ivoire – Présentation – Située en Côte d’Ivoire dans la région de la Bagoué, la commune de Kasséré appartient au département de Boundiali dont elle est l’une des sous-préfectures.

Présentation générale

– Commune de Kasséré

– Région de la Bagoué

– Population : 23 983 habitants en 2014

– Situation: Kasséré est à la fois, une commune et un chef-lieu de sous-préfecture.

La Sous-préfecture de Kasséré est située dans l’extrême nord de la Côte d’Ivoire. Elle constitue avec les sous-préfectures de Baya, de Boundiali, de Ganaoni et de Siempurgo, le département de Boundiali qui est le chef-lieu de la Région de la Bagoué. Elle couvre une superficie de 920 Km2.

Kasséré a été érigée en commune de plein exercice en 1985 suivant la loi n° 85-1085 du 16 octobre 1985 et regroupe cinq (05) villages : Kasséré, Blagounon, Pinvoro, Pongafré et Sionfan.

Ses villes frontalières sont :

– au Nord, la Sous-Préfecture de M’Bengué ( 40 km de Kasséré )

– au Sud, le département de Boundiali ( 54 km de Kasséré )

– à l’Ouest, le département de Kouto ( 23 km de Kasséré )

– A l’Est, la Sous-Préfecture de Niofouin ( 34 km de Kasséré

Historique

La ville de Kasséré a été créée autour de 1850 par trois frères venus de la cité de Kong. Ils se sont installés à proximité d’une forêt gigantesque constituée principalement d’une espèce d’arbre appelée en sénoufo « Kassérémein  » ou « Kasséré-hé ». C’est donc cette espèce d’arbre qui a donné son nom à la ville de Kasséré par légère déformation. Kasséré est le chef-lieu de sous-préfecture du canton Pongala crée en 1934 par la circulaire du 10 octobre 1934 du Gouverneur de la Colonie de la Côte d’Ivoire.

Economie

Les exploitants agricoles représentent plus de 60% de la population totale. Le coton et l’anacarde sont les principales cultures de rente. La mangue constitue aussi une source de revenus relativement importante.

L’oignon, l’aubergine, le piment et la tomate sont les principales cultures maraîchères, sources de revenus.

Les principales cultures vivrières destinées à l’autoconsommation sont le riz et le maïs.

La sous-préfecture est couverte par trois sociétés de téléphonie mobile : ORANGE, MTN et MOOV.

– Opportunités et secteurs porteurs

Kasséré, zone propice à :

– Agriculture : Grande zone productrice de cultures vivrières – riz, maïs – et de rente – coton, anacarde, mangues, produits maraichers.

– Elevage : Il concerne les espèces suivantes : bovins, ovins, caprins. Porcins et volaille

– Tourisme : Le potentiel touristique est l’un des atouts majeurs (Collines mystérieuses, lacs sacrées, cultures, artisans d’arts, folklore, etc.

– Exploitation minière : Présence d’un important filon d’or

– Installation d’officine de pharmacie. Forte population dans plus 25 villages.

– Banque ou autre structure de micro finances: Il existe une population nombreuse sur un territoire relativement important avec un fort potentiel de clients.

Kasséré est une ville d’avenir, avec un fort potentiel d’échanges commerciaux de par sa position de ville carrefour et de ville frontière avec le Mali et le Burkina Faso.

Contacts

Maire de la Commune de Kasséré

-Nom: M. Ouattara Guibessongui Issa

Secrétaire Général de la Commune de Kasséré

-Nom: NIANGORAN Joseph

-mobile: 49 93 49 91 / 07 51 48 83 / 46 79 41 93 / 41 81 07 13

©CotedivoireNews

Mairies

Lutte contre le désordre urbanistique: La commune de Tiassalé décroche le 3e Prix national d’excellence

Published

on

La commune de Tiassalé remporte le 3ème Prix de la lutte contre le desordre urbain

Côte d’Ivoire – Dans le cadre de la semaine de la ville qui s’est tenue à Tiassalé en présence de plusieurs autorités dont le ministre François Amichia, la commune de Tiassalé a remporté le 3e Prix national d’excellence en matière de lutte contre le désordre urbanistique.

Le ministre François Amichia a profité de cette occasion pour saluer le maire Assalé Tiemoko, pour ses actions de développement ouvrées dans la commune de Tiassalé.

©CotedivoireNews 

Abran Saliho

Lire Plus

Mairies

Côte d’Ivoire: Présentation de la commune de Tienko, dans la région du Folon

Published

on

Présentation de la commune de Zikisso

Publié ce mercredi 6 Novembre 2019, à 12h25 (Temps de lecture: 5min)

Côte d’Ivoire – Région du Folon – Située au Nord de la Côte d’Ivoire, Tienko est un chef-lieu de commune et de sous-préfecture appartenant au département de Minignan dans la Région du Denguélé créée sur la base du canton Bôdougou regroupant 19 villages.

Présentation générale


– Commune de Tienko
-Sous-Prefecture de Tienko
-Departement de Minignan
– Région du Folon
-District du Denguélé
– Population: 8 789 habitants
– Superficie: 872 km2
– Situation : Située à l’extrême nord-ouest de la Cote d’Ivoire, la ville de Tienko est entre Odienné et la frontière malienne . Elle est limitée au Nord, par la Sous-préfecture de Manakoro (République du Mali), au Sud, les Sous-préfectures de Kaniasso et Samatiguila, à l’Ouest, les Sous-préfectures de Minignan et Sokor, à l’Est, la Sous-préfecture de Goulia. La commune est composée de 7 localités et la sous-préfecture (qui épouse les limites du canton Bôdougou) 19 villages.

Historique


A l’époque coloniale, le canton Bôdougou, périmètre territorial de la Sous-préfecture de Tienko, faisait partie des cinq grands cantons qui constituaient le cercle d’Odienné entre 1917 et 1960.
Aussi, à parti de 1933, le regroupement des cantons en province sous l’autorité des chefs de cantons centraux, a fait de Tienko un chef lieu de province qui comprenait les cantons Bôdougou (Tienko), Massala (Kimbrila-Sud), Tronhon (Kaniasso), Folon (Minignan) et Bôdjoho(Samango).
Ainsi, l’organisation territoriale de la Côte d’Ivoire indépendante, prenant en compte les données historiques de notre cité, a fait de Tienko l’une des trois premières localités du Département d’Odienné qui ont été érigées en chef lieu de sous-préfecture en 1961. Avec la création de la sous-préfecture de Tienko par le décret 61-04 du 02 janvier 1961 et c’est le 15 juin de la même année que le premier sous-préfet a pris fonction.
Ce n’est que plus tard en 1995 ; que Tienko a été érigé en chef lieu de commune par le décret 95-941 du 13 Décembre 1995, portant création de nouvelles communes.
Le premier maire élu en 1996, se nomme SIDIBE Daouda ; ingénieur des travaux publics ; il est resté à la tête de la commune jusqu’au mois de Mai 2013.

Depuis les dernières élections en 2013 , la commune est dirigée par DOUMBIA Inza Seydou, médecin, spécialiste de santé publique.
La commune est peuplée des autochtones Malinkés et certains étrangers venant en grande majorité du mali.


Economie

  • Un potentiel de cadres compétents et dynamiques ;
  • De vastes plaines et surfaces fertiles favorables à l’agriculture et à l’élevage ;
  • Un réseau hydrographique très dense et bien réparti dans l’espace de la sous-préfecture ;
  • Une forêt classée regorgeant d’espèces végétales et animales renforçant le potentiel touristique
  • Une position géographique stratégique favorables aux échanges commerciaux ; du fait de la frontière avec le Mali et la proximité de la frontière guinéenne;
  • Un potentiel minier prometteur
  • Culture de l’anacarde vulgarisée ;
  • Productions vivrières abondantes ;
  • Parc animalier important : Le Poste d’entrée du bétail de Tienko constitue l’un des principaux postes frontaliers de la Cote d’Ivoire et le passage de prédilection pour les animaux en transhumance et les marchands de bétail en provenance du Mali
  • Les recettes douanières de Tienko représenteraient plus de 80% des recettes douanières des postes frontaliers du district du Denguélé (réf SAH/D (2002/528).

Contacts
Maire de la Commune de tienko
-Nom: DOUMBIA YACOUBA
-adresse de la commune: Bp 07 Tienk

©CotedivoireNews

Lire Plus

Mairies

Côte d’Ivoire: Tout savoir sur la commune de Tié-N’Diékro, dans la région du Bélier

Published

on

La commune de Tié-Ndiekro 1

Côte d’Ivoire – Présentation des communes – Tie Ndiékro est un chef-lieu de commune et sous-préfecture situé dans le département de Didievi, région du Bélier.

Présentation générale


-Commune de Tié-N’Diékro
-Région du : Bélier
-Population : 17 450 habitants (2014)
-Superficie : 94,28 km²
-Situation : Tié-N’Diékro est une localité érigée en Commune suivant le décret n°95-942 du 13 décembre 1995 portant création de 61 nouvelles communes. Elle est rattachée au département de Didiévi (sis à 49 km). La Commune de Tié-N’Diékro est limitée au nord (Bouaké 43Km), au sud (Didiévi, chef-lieu du Département), à l’est (Kouassikouassikro 16 Km), et à l’ouest (Tiébissou 67 Km).

Historique


La localité de Tié-N’Diékro aurait été fondée par une femme nommée N’Guessan Tchiédjé. Cette patriarche et son fils Koklo Yobouet avaient pendant la résistance coloniale recours à des pratiques mystiques dont le tour de dissimuler leur village à l’approche des colons en l’entourant mystiquement d’arbres épineux appelés Tchiédjé. Ces arbres avec leurs épines constituaient une barrière infranchissable pour les envahisseurs.
Mais cette défense mystique s’est avérée insuffisante à cause des visites de plus en plus fréquentes du colon. Pour avoir la paix et la quiétude, les habitants de la localité ont dû donner de l’or aux colonisateurs pour signer le pacte de paix. Ceux-ci voulant inscrire le nom de cette nouvelle localité pacifiée se sont adressés à Koklo Yobouet, qui a répondu en disant « Tchiédjékro » en souvenir de sa mère. La transcription coloniale a retenu « Tié-N’Diékro ».
Mais une autre version de l’historique de Tié-N’Diékro est donnée, avec force argumentation par une partie des chefs de famille. Pour eux, la famille N’guessan Tchiédjé est venue trouver sur place la famille Djezan, aujourd’hui propriétaires terriens. Les descendants de la famille N’guessan Tchiédjé vont se diviser en trois groupes pour faire le travail forcé imposé par le colonisateur.

Ces trois groupes vont donner plus tard les trois familles Bésséblo, N’da Kouamé et Ya Konan. A ces quatre familles déjà sur place, sont venues s’ajouter successivement la famille Agoua qui a fui le colonisateur à Djamankro où elle avait tout perdu, et la famille Allèkro dont est descendant l’actuel chef de village. Voici donc au total les six familles qui ont fondé le village de Tié-N’Diékro.

Economie

  • Banque : Il n’existe à Tié-N’Diékro ni SGBCI, SIB, NSIA Banque, BANQUE Atlantique, BNI, COOPEC, CECP. Cependant, on y trouve opérationnels depuis quelques années des points ORANGE money et MTN mobile money. Des démarches sont en cours pour la création d’un bureau COOPEC en liaison avec les associations coopératives des femmes productrices de vivriers.
  • Commerce : Un marché moderne construit en 1998 est doté de 270 places. Mais du fait des effets persistants de la grave crise socio-politique que notre pays a traversé, cette place du marché ne fonctionne que de façon hebdomadaire (le lundi). Contrairement à la gare routière qui elle est animée tous les jours avec des pics les lundi, mardi et mercredi.
  • Infrastructures : Tié-N’Diékro est doté d’un lycée moderne. Tous les cinq (05) quartiers de la ville bénéficient d’un réseau renforcé en éclairage public, en plus d’un réseau d’adduction en eau potable équipé de 2 forages dont la capacité de production couvre largement les besoins de la population. Les routes (en tous leurs axes) reliant le territoire de la Commune ne sont point bitumées.

Contacts


Maire de la Commune de Tié-N’Diékro
-Nom & Prénoms : YAO-BHOREY KOUAKOU Casimir
-Tel :
-Email : yaobhorey@yahoo.fr
Secrétaire Général de la Commune de Tié-N’Diékro
-Nom & Prénoms : KOFFI Grah Jean-Paul
-Tel :
-Email : boakjpgrah@yahoo.fr

©CotedivoireNews 

Lire Plus
Advertisement Enter ad code he
re

Tendances

Copyright © 2019 By ZKF Agency - +225 07 34 0909 6 Tous droits réservés