Connect with us

Mairies

Côte d’Ivoire: Tout savoir sur la commune d’Odienné et ses nombreux atouts

Published

on

Présentation de la commune d'Odienné (MAIRIE )

Côte d’Ivoire – Région du Kabadougou – Située au nord-ouest de la Côte d’Ivoire, la commune d’Odienné est est proche du Mali et de la Guinée. Chef-lieu de la région du Kabadougou, elle se situe à 867 km d’Abidjan. 

Présentation générale

– Commune d’Odienné

– Région du Kabadougou

– Population: 91 691 habitants en 2014

– Superficie: 20.993 km²

– Situation : Odienné est une ville du Nord-Ouest de la Cote d’Ivoire frontalière du Mali et de la Guinée ; chef-lieu de la région du Kabadougou. Elle est située à 867 km d’Abidjan. Ses habitants sont appelés les Odiennekas.

Elle fait partie tout comme Bondoukou, Bouna et Kong des rares villes précoloniales de la Côte d’Ivoire.

Cette population connait un taux de croissance de 2,6% par an avec une urbanisation qui atteint 35% et un taux de natalité de 3,6%. La population d’Odienné est composée de 50,28% de femmes, 49,78% d’hommes et 34,53% de jeunes pour un taux d’alphabétisation de 1,45% et un taux de scolarisation de 31%.

La commune d’Odienné compte à ce jour 20 quartiers avec plusieurs communautés religieuses qui cohabitent à Odienné en parfaite harmonie : les musulmans (plus nombreux), les catholiques et méthodistes, dont les édifices religieux sont visibles dans la ville. Le Malinké est la langue la plus parlée après le français qui est la langue officielle.

Odienné compte 19 quartiers. Nous avons il y a  en tout 19 quartiers qui sont:

Ancienne Aviation, Air Ivoire, Bromakoté, Dar es Salam, kokobréla, Oncho, Libreville, Central, Sokourani, Vakabala, Résidentiel Sud, Résidentiel Nord, Kamatéla, Texas, Ecole 2, Habitat, Hermankono,  Yankafissa, Jérusalem.

Historique

La ville a été fondée au XVIIIe siècle par les Diarrassouba, les premiers Malinkés à s’installer dans la région jusque-là occupée par les Sénoufo. Après les Diarrassouba vinrent d’autres clans (Kamagaté, Komara, Cissé, etc.) qui s’organisèrent en petites chefferies et propagèrent l’Islam dans la région. Samatiguila et Tiémé en devinrent les pôles et les centres de maraboutages les plus réputés. C’est au XIXe siècle qu’apparaît Kaba Touré dit « VAKABA » qui créera le royaume de Kabadougou, un royaume bien structuré dont le village-chef, prend le nom d’Odiénné (ou ‘’Odjengué ‘’ qui signifie « On est arrivé » en langue Sénoufo). Vers 1860, Odiénné est un marché important pour les caravanes à la recherche de l’or et de la kola et fait figure de capitale des territoires annexés par Samory Touré.

A lire aussi: //Biographie : Tout savoir sur Nasseneba Touré, maire d’Odienné

 L’espace urbain est divisé en 11 « Kabla » ou familles dont les membres sont liés par des liens familiaux ou amicaux. On distingue entre autres: les « Touré » propriétaires au sens premier du mot de la ville d’Odienné. Aucune, décision concernant la ville ne se prend s’en l’assentiment des Touré à travers leur chef de KABLA. Les « Savané » eux sont les érudits, les garants de l’islam. Alors tout guide religieux se doit d’être issu du KABLA des « Savané » si l’on veut voir ses prières exaucées par le Dieu suprême. Les « Diarrassouba » quant à eux sont les hommes des métiers, les artisans. Par le passé,ils confectionnaient les armes de guerre et les outils des travaux champêtres. À tous ces KABLA s’ajoutent d’autres comme les « Cissé », les « Kamaté », etc.

Les atouts de la commune d’Odienné

  • Economie Atouts Economie

Odienné compte un grand marché et plusieurs petits marchés disséminés dans les quartiers. Le grand marché d’Odiénné est situé au quartier Sokourani dans le centre-ville, construit en 1972, il a été bâti avec deux niveaux et a une capacité d’accueil de 2000 places assises.

L’économie de la ville est organisée autour de l’agriculture et des agro-industries (anacarde ; coton ; igname ; mangue ; maïs ; riz)

-Commerces: CDCI, KING CASH, SARA PETROLEUM, SHELL, OIL LIBYA

-Banques : BIAO ; BACI ; CECP ; COOPEC

Transports : GTI ; TCF ; TCF MISTRAL ; AIR COTE D’IVOIRE

Atouts touristiques et culturels

Les rites ancestraux demeurent dans le quotidien des populations. Certes la modernité prend le pas sur quelques-unes des danses et manifestations de réjouissance, mais elles demeurent encore dans plusieurs villes du District. Ce sont le ‘’Djèmé’ un instrument de musique utilisé lors des mariages, le ‘’Yagba’’, une danse réservée aux femmes mariées et le ‘’Kouroubi’’, une danse organisée pendant les dix derniers jours du mois de carême musulman.

Toutes ces danses ont fait la particularité de la ville et ont par le passé attiré de nombreux admirateurs. Des chanteurs comme : Tiken Jah Fakoly, Affoukéita, Mamadou Doumbia, Général Bako, Dj tifa, Dj brazza, Ras Matador et les talentueuses griottes : Djenin et Adjara Kéita natifs de la localité s’inspirent de cette richesse folklorique.

Les différentes danses de la commune d’Odienné

Le Sougounougou

Qui signifie littéralement en langue malinké « l’animal avec son cou » est une danse de réjouissance exécutée lors des grandes cérémonies.

Le Didadi de Kahanso

C’est une danse qui, à l’origine s’exécutait uniquement que par des filles vierges et lors de cérémonies de réjouissances (baptême, mariage, etc.)

Le Yagba

C’est une danse de réjouissance.

Le Brou Sama de Sokorodougou

Danse au cours de laquelle le masque éléphant s’exhibe ainsi que d’autres animaux de la forêt. Sama veut dire éléphant en langue Malinké, cette danse est en fait une manière de magnifier le plus fort des animaux, qui est en même temps le symbole de la Côte d’Ivoire.

Le Dozo don: Ou danse des DOZO

Le DOZO qui signifie littéralement en langue malinké « rentrer au village », mais qui a une autre signification au plan mystique qui est « le placenta » de la femme. En effet, dans les temps anciens lorsqu’une femme accouchait, le placenta était enterré devant la porte du père et cela avait pour porter mystique de faire revenir l’enfant au village, quel que soit le lieu où il se trouve afin d’y reposer en paix avec ces ancêtres. Les dozos selon certaines croyances viendraient d’Égypte d’où ils détiennent leurs savoirs et puissances.

De nombreuses autres danses sont la marque de la région nous pouvons citer notamment : le zolo, le djembé, le balafon, le ghôhô, le ngoni et le molon.

À côté des danses, Odienné reste une ville à fortes potentialités touristiques avec ses édifices

  • La mosquée historique de Samatiguila,
  • Le complexe hôtelier «Le Lac Savané », etc.),
  • Ses lacs, et fleuves (le Gbanhala qui se jette dans le Djoliba au Mali, la Boa et la Bagoué),
  • Ses forêts,
  • La grotte de Samory Touré (Gbéléban),
  • La case de René Caillé à Tiémé.

La commune enregistre aussi des montagnes, à savoir :

-Le Tyouli (913 m) dans le Département de Seguelon,

-Le Foula Kourou (874 m) dans la Sous-préfecture de Bako,

-Le Tigoukoli (813 m) dans la Sous-préfecture d’Odienné encore appelé mont Denguélé, etc.

  • Art, Artisanat

L’activité artisanale est très répandue à Odienné. Aussi, trouve-t-on dans la région plusieurs artisans dont :

-Les forgerons qui fabriquent des outils de production (dabas, haches, pioches, machettes, armes à feu traditionnelles et modernes, flèches, sagaies, etc.)

-Les potières qui fabriquent des pots à fleurs, canaris, vase à encens, petits mortiers, objets de décoration.

-Les tisserands qui produisent les vêtements traditionnels à base du coton.

-les menuisiers, les maçons, les cordonniers, les tailleurs, les fabricants de vanniers, de cordes, nattes et filets de pêche, etc.

Les infrastructures de la commune d’Odienné

Dirigé par le maire Nasseneba Touré, Odiénné est une ville moderne où on y trouve tous les services d’État (une préfecture de police, une gendarmerie, une direction générale du Trésor, etc.), des représentations d’établissements financiers (NSIA Banque, BACI, CNCE), la poste de Côte d’Ivoire, les maisons de téléphonies mobiles (Orange, Moov, Mtn). Grâce au financement de bailleurs de fonds, le district d’Odienné bénéficie de 87 km de route bitumée (dont 11 km dans la ville).

Ecoles

Lycée Professionnel d’Odienné (LPO)

Le Lycée moderne de Madinani

Lycée municipal d’Odienné

EPP Dar es Salam

Santé

CHR d’Odienné

Sport

La ville d’Odienné compte au moins 14 clubs sportifs, dont un qui évolue en première division de football : l’association sportive du Denguélé.

  • Liste des différents maires de la commune d’Odienné

1980 Henry Bourgoin PDCI-RDA

1985 Henry Bourgoin PDCI-RDA

1990 Vakaba Touré PDCI-RDA

1995 Sy Savané Ousmane RDR

2001 Diakité Coty Souleymane RDR

Depuis 2013 Nasseneba Diané Touré RDR

Contacts

Maire de la commune d’Odienné

-Nom : Mme. Nassénéba Touré

-adresse de la commune: BP 606 Odienné

– mobile /Email : 48 80 00 00 E-mail : senaib.diane@gmail.com

Secrétaire Général de la Commune d’Odienné

-Nom: MORY GBANE

-mobile: 07907874/07166646 / Email : keletibanbinissini@gmail.com

©CotedivoireNews 

Mairies

Côte d’Ivoire: Présentation de la commune de Sarhala, dans la région du Béré

Published

on

Présentation de la commune de Sarhala

Côte d’Ivoire – Région du Béré – La commune de Sarhala est une localité du centre de la Côte d’Ivoire appartenant au département de Mankono, dans la Région du Worodougou.

Présentation générale

– Commune de Sarhala

– Région du Béré, département de Mankono

– Population: 38 207 habitants (2014).

– Situation : Sarhala est une ville de Côte d’Ivoire située au centre-nord. Elle est limitée : au Sud par la Sous-préfecture de Mankono, au Nord par les Sous-préfectures de Dianra-village et de Boron, à l’Est par les Sous-préfectures de Marandallah, Bouandougou et Tiéningboué et à l’Ouest par les Sous-préfectures de Dualla et de Kani. Elle est distante de : 45 km du Chef-lieu de Département Mankono, 530 km d’Abidjan, 154 km de Korhogo et de 110 km Séguéla.

Historique de la commune de Sarhala

A l’origine, Sarhala s’appelait Touba (c’est-à-dire zone de forêt). Cette localité a été fondée par la famille BAKAYOKO du quartier MAGADOUGOU.

Plus tard, issu de famille descendue de l’empire Mandingue en déclin, l’ancêtre des KANATE de Sarhala, aussi appelé SOUMAHORO, arrière petit fils de SOUMANGOUROU KANTE, mythique roi de l’empire Sosso ; Férémori KANATE, homme saint musulman, est parvenu à Touba (actuel Sarhala), dans la famille BAKAYOKO, après un pèlerinage à la Mecque.

L’histoire nous enseigne qu’à l’arrivée de Férémori KANATE à Touba (actuel Sarhala), il n’a trouvé au village qu’une jeune fille handicapée des jambes. Après les salutations, la jeune fille lui aurait indiqué que ses parents se trouvaient dans les champs. Ce fut alors que Férémori KANATE aurait demandé à la fille d’aller les chercher, ce qu’elle aurait trouvé impossible et absurde, puisqu’elle était invalide. Après quelques invocations coraniques KANATE intima l’ordre à la fille de s’exécuter. Et le miracle de se produire ! Bien droite sur jambes, la jeune fille courut sur ses parents pour porter l’heureuse nouvelle de l’arrivée de l’étranger bienfaiteur.

Une fois au village, les BAKAYOKO ont bien accueilli l’étranger et ont tout mis en œuvre pour le retenir, vu qu’il pouvait beaucoup leur apporter. C’est ainsi que Férémori KANATE avait pris pour épouse la jeune fille qu’il avait guérie de paralysie, contre une plus valide qu’on lui avait proposée.

Se sentant très à l’aise dans le village où il avait été bien reçu, Férémori KANATE a alors dit qu’il était arrivé à SAHALA, endroit où il fait bon vivre, endroit de prospérité et de convivialité. Avec le temps, ce terme Malinké sera déformé pour devenir SAGALA et aujourd’hui SARHALA.

Economie de Sarhala

-Le coton et l’anacarde constituent le choix cultural des populations et se présentent comme les deux mamelles de l’économie locale. Les données ci-dessous témoignent éloquemment de la vitalité économique de Sarhala et font d’elle un véritable pôle de développement agro économique dans le Béré.

-Vivrier: Pratiqué en général par les groupements coopératifs des femmes, le vivrier gagne considérablement du terrain et constitue l’une de leurs principales sources économiques. Dans ce domaine, Sarhala est devenue une plate-forme importante au centre-nord du pays. Sa production est écoulée sur les marchés locaux mais également en grande partie sur les marchés de gros de Bouaké et de Korhogo. Grâce à son potentiel, Sarhala est le grenier du Béré.

-Commerce : Le secteur du commerce est dominé par un marché tenu à Sarhala. Ce paysage sera étoffé par l’implantation d’une station-service et d’une boulangerie moderne.

-Industrie: Le projet de construction d’une unité de transformation de noix de cajou vient meubler le secteur industriel.

-Banque : une COOPEC est en construction pour booster l’économie locale. Ces infrastructures économiques seront appuyées par un important outil de développement : une radio de proximité appelée Sarhala FM, 99.0, installée par le Conseil municipal.

Contacts

Maire de la Commune de Sarhala

-Nom: BAMBA Sindou

– mobile : 08083583/ Email : bambsind1@yahoo.fr

Secrétaire Général de la Commune de Sarhala

-Nom: LAGO Gbayéré Marius

-mobile: 01355221 / 08764787 / Email : lagomariustresor1@gmail.com

©CotedivoireNews 

Lire Plus

Mairies

Côte d’Ivoire: Commune d’Ettrokro, dans la région de l’Iffou

Published

on

Mairie-Ettrokro

Côte d’Ivoire – Ettrokro est une commune du centre de la Côte d’Ivoire et appartenant au département de Daoukro, Région de Iffou.

Présentation générale
– Commune d’Ettrokro
-Région de l’Iffou
-Population : 16 492  habitants. (2014)
-Superficie : 195 Km²
-Situation : Ettrokro est une ville située à 290 kilomètres d’Abidjan dans le département de Daoukro, au centre Est de la Cote d’Ivoire. La ville est limitée au nord par la sous-préfecture de Prikro, à l’Est par la sous-préfecture d’Agnibilékrou et de Koun-fao et à l’ouest par la sous-préfecture de Ouellé. 
-Atouts économiques et industriels : l’activité principale de la population est l’agriculture axée essentiellement sur la culture de l’anacarde, de l’hévéa et du cacao. On y cultive également le manioc, l’igname, le riz, la banane, le piment, le gombo etc.

Historique
Ettrokro fait partie de la tribu Agni-Abbey et forme avec la tribu N’djé deux groupements de la population de la localité. Les ancêtres des habitants d’Ettrokro village sont venus à l’instar du groupe Akan du Ghana actuel au 18 ème siècle. Lorsque Nanan KOUAKOU ETTRO accéda au trône, il établit son peuple définitivement dans un campement qui porta son nom : Ettrokro qui signifie village d’ETTRO.

Economie
-Banque : Néant
-Commerce : présence de quelques activités commerciales avec deux (02) marchés d’au moins 150 places et quelques boutiques dans les quartiers. 
-Exploitation forestière : beaucoup de personnes arrivent dans la localité à la recherche de terre cultivable pour faire l’hévéaculture. En outre, il existe une société d’exploitation forestière nommée IMPROBOIS qui exerce ses activités dans la zone .

Contact
Maire de la commune d’Ettrokro
Nom : KOUAKOU Koffi
mobile : 07 83 47 84/06 83 07 16 Email : drenbouna02@yahoo.fr

Secrétaire Général de la Mairie d’Ettrokro
Nom : ADOU Charles
Mobile : 08 17 88 08 /04 71 70 84 Email : adoucharles63@gmail.com

Lire Plus

Mairies

Région du Lôh-Djiboua: Présentation de la commune de Zikisso

Published

on

Présentation de la commune de Zikisso

Côte d’Ivoire – Région du Lôh-Djiboua – La commune de Zikisso est une localité du sud de la Côte d’Ivoire et appartenant au département de Lakota, Région du Lôh-Djiboua.

Présentation générale
-Commune de ZIKISSO
-Région du LOH-DJIBOUA
-Population : 5.690 habitants (RGPH 2014)
-Superficie : 210 km2
-Situation : ZIKISSO est une ville de la Côte d’Ivoire située au sud –ouest. Elle est limitée au nord par la commune de DIEGONEFLA, au sud par la commune de LAKOTA, à l’est par la commune de HIRE et à l’ouest celle de GAGNOA. Elle fait partie de la région du LOH-DJIBOUA et rattachée au département de LAKOTA.


Historique
La commune de ZIKISSO est créée suivant la loi n° 85-1085 du 17 octobre 1985 portant création de quatre-vingt dix-huit communes. Elle est un chef lieu de commune et de sous-préfecture. La population est composée d’autochtones Dida, majoritaire ; d’allochtones Baoulé, Malinké, Sénoufo, Lobi, Gouro, Wê, Yacouba etc… et d’allogènes en provenance principalement des pays de la CEDEAO.

Economie de la commune de Zikisso


-Atouts économiques et industriels: A Zikisso, les populations cultivent le cacao en grande quantité, le café, l’hévéa. Elles font également du vivrier et du maraîcher.La commune de ZIKISSO compte un (01) périmètre de production de bois de grumes, accordé à la société SNP/SDB de marteau TIK pour une superficie de 8.089 hectares.
Aucune structure financière n’existe dans la commune de ZIKISSO.
-Commerce : présence de quelques activités (commercialisation de produits agricoles, dépôt de boisson, boucherie, poissonnerie etc..) ; elle dispose d’un marché dans la ville et deux dans deux villages à savoir BOGOBOUA et DOUSSEBA. 
-Exploitation forestière : zone forestière, elle attire beaucoup d’exploitants agricoles et forestiers. Les derniers nommés ravitaillent les scieries de LAKOTA et DIVO.

Contacts
Maire de la commune de ZIKISSO
-Nom : ABADI MIEZAN CHARLES
-Adresse : BP 02 ZIKISSO
-Mobile : 07-64-18-03

Secrétaire Général de la commune de ZIKISSO
-Nom: DEGOULE SERGE HONORA
-Mobile : 57-65-94-63 / 45-58-63-15 / Email : sergedegoule@gmail.com

©CotedivoireNews 

Lire Plus
Advertisement Enter ad code he
re

Tendances

Copyright © 2019 By ZKF Agency - +225 07 34 0909 6 Tous droits réservés