Connect with us

Cotedivoirenews

Agriculture – Issia: Des jeunes formés au métier de saigneur d’hévéa célébrés par l’APROMAC

Published

on

Formation au métier de saigneur APROMAC

Publié ce lundi 10 février 2020, à 17h20min (Temps de lecture: 1min)

Côte d’Ivoire – Une cérémonie de remise de certificats de fin de formation au métier de saigneur d’hévéa a eu lieu dans le village de Lagoguhé, situé à 8 kms sur l’axe Issia-Saioua. Ce sont 26 jeunes qui ont reçu leur diplôme de fin de formation, dans le cadre du projet Ecoles vertes de Proximité Saigneurs (EVPS), un projet conçu par l’APROMAC, à travers son Fonds de Développement Hévéa (FDH).

Ce projet vise à répondre aux besoins exprimés par les producteurs dans leurs quêtes de professionnels pour pratiquer la saignée dans les plantations d’hévéas.

Ces jeunes, pendant 40 jours ont été formés à la saignée de l’hévéa et sont désormais aptes à monnayer leurs connaissances en la matière.

 La création des écoles vertes de saignée chez des planteurs volontaires contribue à accroître considérablement les formations de saigneurs à des coûts réduits, tel que prévu dans la vision du Fonds de Développement Hévéa de l’APROMAC.

Ces sites de formation installés à proximité des lieux d’habitations et d’exploitations des bénéficiaires constituent une approche dont le but est de garantir la formation de qualité, en masse et à des coûts réduits, des saigneurs d’hévéa.

Au nom du Conseil d’Administration de l’APROMAC, SAHIFO GBO ALEXIS,  a relevé que l’APROMAC, la faîtière de l’hévéa a consentie d’énormes moyens techniques et financiers pour donner corps à l’écoles de saignée de LAGOGUHE. Ce qui dénote très clairement la relation étroite de l’APROMAC avec les producteurs.

Il a salué la détermination des apprenants avant de souligner que ce projet a formé d’autres bénéficiaires dans bien d’autres localités avec un total de dix écoles à Aboisso, Alépé, Daoukro, Divo, Gagnoa, Yamoussoukro et à Issia.

Pour cette première session, 250 apprenants officiels et plusieurs autres non officiels, mais très assidus ont été enregistrés à travers toutes les zones de culture de l’hévéa en Côte d’Ivoire.

Il est à noter que sur ces 26 bénéficiaires de Lagoguhé, 6 sont immédiatement recrutés par des planteurs et les 20 autres exercerons pour leur propre compte dans leurs plantations à Lagoguhé. Le très grand besoin en saigneurs en Côte d’ivoire, estimé à plus de 60 000 professionnels est devenue une des préoccupations majeure de l’APROMAC en ce moment et le projet EVPS qui est ici à sa phase pilote représente une voix d’espoir pour trouver une solution à la pénurie généralisée de saigneurs sur les plantations.

©CotedivoireNews   avec SERCOM APROMAC

Cotedivoirenews

Côte d’Ivoire: Le prix bord champ du cacao est fixé à 1000 Fcfa pour la campagne 2020-2021

Published

on

Côte d’Ivoire - Cacao Producteurs et acheteurs attendent le nouveau prix et retiennent le produit en stock1

Côte d’Ivoire – Economie – Le prix du cacao bord champ pour la campagne 2020-2021 est fixé à 1000 f Fcfa. L’information a été donnée ce jeudi 1er octobre 2020, à l’occasion de l’ouverture de la journée nationale du cacao et du chocolat.

Lire Plus

Cotedivoirenews

Société – Depuis Ouragahio, Erick Koné Président de l’ONG CARPED annonce la création d’une grande coalition pour la République (G-COR)

Published

on

Eric Koné

Côte d’Ivoire – Société – En marge de la caravane de sensibilisation en faveur des populations de la Région du GOH, M. ERICK KONE président du Challenge Africain pour un renouveau des politiques économiques et de développement (CARPED) a accordé une interview à la presse locale de la commune Ouragahio. Dans cet entretien « le leader d’opinion » aborde sans ombrage la pertinence d’un dialogue direct entre les présidents Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo, annonce la création d’une Grande coalition autour de la République (G-COR) sans omettre une invitation à la jeunesse ivoirienne à prioriser entrepreneuriat que la violence.

Quel est le sens de votre présence ici à Ouragahio?

Depuis plus d’un mois, nous avons entrepris une tournée de sensibilisation à travers la Côte d’Ivoire afin de renforcer la cohésion sociale et la paix au sein de communautés. C’est-à-dire que nous sommes dans cette région du Goh pour parler à nos parents de paix à l’orée des joutes électorales. Notre tournée est à l’endroit de toutes les couches socioprofessionnelles de la Région. A cet effet, nous avons été reçus par les autorités administratives de la région et de ses localités que nous souhaitons saluer à travers votre canal.

Quelles sont vos recettes pour arriver à une paix durable en Côte d’Ivoire ?

D’abord, nous appelons à un dialogue direct entre le Président Gbagbo et le Président Alassane Ouattara. Ces deux frères qui étaient dans le cadre du front républicain se connaissent. C’est l’occasion de mettre de côté les intermédiaires qui font perdurer la crise entre ces deux personnalités. Afin de se parler directement sans faux fuyant pour qu’l y ait une paix véritable. Si ces deux grands hommes arrivent à se parler, on aura déjà fait un grand pas vers la paix.

Aujourd’hui nous sommes dans un climat socio-politique sans précédent, quelles sont les actions que vous avez posées pour amener la paix et le développement dans cette localité ?

2011, nous avons accentué nos actions dans le cadre de la recherche de la paix et de la cohésion sociale. Nous avions déjà été Gagnoa mais, chaque fois, nous venions dans cette localité avec des dons tels que groupe électrogène, engins agricoles afin d’encourager le développement et entrepreneuriat. Lorsque nous faisons le point de ce que nous avons fait pendant toutes ces années en termes de financement nous sommes à plus d’un million d’euro pour nos populations. Nous considérons que c’est au peuple et aux jeunes d’aider le pays.

A LIRE AUSSI// Actions des communautés – Caravane de la cohésion sociale dans le Goh: Le président du CARPED lance un appel à un dialogue direct entre Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo

La paix est un comportement disait un homme politique. Avez-vous pensez à mettre en place un comité de suivi pour vos actions?

Au-delà du comité de suivi, nous appelons une grande coalition pour la République (G-COR) qui va être lancée dans ces jours ici à GAGNOA pour pourvoir booster l’élan de paix et de cohésion sociale au sein de nos communautés. Cette grande coalition organisera un grand meeting à Abidjan principalement au parc des sports de Treichville.

Monsieur le Président bientôt les présidentielles, quel message à l’endroit de la jeunesse de Ouragahio et la Côte d’Ivoire ?

La priorité c’est votre bien-être. Les jeunes doivent garder cela à l’esprit. Maintenant les élections arrivent. Chacun à son opinion politique, il ne faudrait pas empêcher les uns et les autres de s’exprimer. C’est pourquoi, nous nous sommes pour une diversité d’opinion et le respect de cette diversité. Si tu ne permets pas à Pierre d’avoir son opinion ce n’est pas normal que toi tu aies ton opinion.  Tout le monde est libre d’avoir son opinion. Et mieux de démontrer cela dans l’isoloir. Celui que tu aimes, tu attends tranquillement le 31 octobre, tu le votes. Si tu as voté quelqu’un c’est parce que tu as adhéré à ces idéologies. Nous pensons que compte tenu du caractère géopolitique et géostratégique du moment, ce qui doit mobiliser la jeunesse. C’est ce que la Côte d’Ivoire gagne. Ce sont des investissements et des programmes. Nous invitons les jeunes à regarder dans cette direction et faire le bon choix.

Vous savez que l’oisiveté est une des causes des violences faites par les jeunes. Quelles solutions comptez-vous apporter à cette situation ?

C’est pourquoi nous avons créé le CARPED pour redynamiser l’économie et le développement et la politique d’emplois viables afin de lutter contre l’oisiveté et d’éviter l’immigration clandestine qui est la cause de tout ce qui est désagrément aujourd’hui. Alors, nous, nous avons des projets dans les 31 régions de la Côte d’Ivoire. Qui prend en compte des milliers de jeunes dans chaque région qui fait au total 322.000 emplois. De plus, nous avons plusieurs projets que nous avons réalisés dans les années antérieures en Côte d’Ivoire.

©CotedivoireNews 

Abran Saliho

Suivez toute l’actualité sur Côte d’Ivoire News.Info

Lire Plus

Cotedivoirenews

Société: La mise en œuvre du fonds incitatif à la sécurisation des produits contraceptifs et de la planification familiale au centre d’un atelier à Grand-Bassam

Published

on

fonds incitatif à la sécurisation des produits contraceptifs et de la planification familiale

Côte d’Ivoire – Société – Élaborer les documents stratégiques pour la mise en œuvre du fonds incitatif de contrepartie double (Fix2) de la Côte d’Ivoire. Voici la tâche qui est dévolue aux participants de l’atelier de mobilisation et d’orientation des acteurs sur la mise en œuvre du Matching Fund Grant en Côte d’Ivoire, qui s’est ouvert ce mardi 29 septembre 2020 à Grand-Bassam. 

Cet atelier organisé par le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) avec le concours du ministère de la santé et de l’Hygiène publique (MHSP) a pour objectif de présenter la situation de la mobilisation des ressources domestiques pour l’achat des produits contraceptifs en Côte d’Ivoire, d’identifier les forces et faiblesses de la mobilisation des ressources domestiques pour l’achat de produits contraceptifs et proposer des solutions, d’identifier les activités de soutien à mettre en œuvre dans le pays pour la sécurisation et l’alimentation de la ligne budgétaire pour l’achat de produits contraceptifs, de définir un mécanisme pour le suivi et l’évaluation de l’utilisation des ressources domestiques et enfin d’élaborer le plan d’action pays pour le cadre de concertation et de coordination pour le renforcement de la mobilisation des ressources domestiques. 

Plus concrètement durant trois jours, à savoir les 29, 30 septembre et 1er octobre, il s’agira d’élaborer les documents stratégiques qui seront discutés et validés au cours des sessions de travail d’un deuxième atelier. Lesdits documents devront identifier les besoins en accompagnement pour l’élaboration d’une stratégie en vue de la mobilisation du renforcement des pistes de mobilisation des ressources internes et l’élaboration d’une feuille de route pour la mise en œuvre, en faveur de la sécurisation des produits contraceptifs.

Pour Alain Akpadji, le représentant adjoint de l’UNFPA en Côte d’Ivoire, cet atelier de mobilisation et d’orientation des acteurs sur la mise en œuvre du fonds incitatif de Contrepartie double en faveur de la sécurisation des produits contraceptifs et de la planification familiale vient à point nommé pour booster l’agenda de la planification familiale dans nos pays.

« En effet, avec le contexte socio-sanitaire actuel lié à la pandémie de Covid-19 et son impact sur l’économie couplées avec la rareté des ressources, ces travaux nous redonnent de l’espoir quant à la possibilité de satisfaire les besoins de nos communautés en matière de planification familiale. D’autant plus que la planification familiale est une porte d’entrée pour le développement mais surtout pour l’autonomisation de la femme », a affirmé Alain Akpadji. 

Poursuivant, le représentant adjoint de l’UNFPA en Côte d’Ivoire, a tenu à soutenir la Côte d’Ivoire qui constitue « un acteur clé dans la promotion des services de planification familiale à travers des initiatives de renforcement de capacité et de mobilisation communautaire. Ce soutien se concrétise par l’appui annuel de TROIS MILLIONS de Dollars américain pour l’achat des produits contraceptifs ». 

Un engagement réaffirmer par le Directeur Général de la Santé, le Pr Mamadou Samba qui indique que « la Côte d’Ivoire veut tirer profit de son dividende démographique. Et la santé Mère-enfant est un axe stratégique de son développement ». Nonobstant un taux de prévalence contraceptive de 36%, Pr Samba a regretté que malgré les efforts du gouvernement ivoirien, les défis de la santé mère-enfant « restent importants » dans le pays. Toutefois, il a estimé que la Côte d’Ivoire est dans la « bonne dynamique ».

« Il apparaît urgent pour la Côte d’Ivoire de renforcer le plaidoyer et le leadership au niveau national en vue d’augmenter l’allocation des fonds générés en interne pour le financement de la planification familiale », a indiqué Pr Mamadou Samba.

Pour terminer, il a exhorté les participants à cet atelier, à élaborer une feuille de route le plus « réaliste possible » en prenant en compte des aspects pertinentes et réalisables. 

Cet atelier qui réunit des acteurs du système de santé ivoirien, l’UNFPA, des représentants de plusieurs départements ministériels, des partenaires financiers et techniques ainsi que des organisations de la société civile, s’inscrit dans le cadre du mécanisme Flx2. Un outil, qui donne à l’UNFPA d’allouer deux dollars USD  soit 1000 FCFA pour chaque dollar supplémentaire de financement des gouvernements sur les ressources domestiques utilisé dans l’acquisition de produits contraceptifs.

Dans ce sens, la déclaration de Ouagadougou de février 2011 neuf pays partis prenants, entre autres, Bénin, Burkina Faso, Guinée, Côte d’Ivoire et Mali avait défini la nécessité d’assurer une augmentation régulière des contributions des budgets nationaux pour l’achat des produits contraceptifs.

©CotedivoireNews 

Akinbola Djamal

Suivez toute l’actualité sur Côte d’Ivoire News.Info

Lire Plus
Advertisement Enter ad code he
re

Tendances

Copyright © 2019 By ZKF Agency - +225 07 34 0909 6 Tous droits réservés