Connect with us

Cotedivoirenews

Le discours de Bédié au Meeting de Yamoussoukro: « Le RHDP est un nain hypophysaire à côté du PDCI »

Published

on

Meeting-du-PDCI-CINEWS-673

Côte d’Ivoire – Politique – l’intégralité du discours prononcé par le président du Pdci-Rda, Henri Konan Bédié lors du giga meeting du PDCI en hommage à feu Félix Houphouët-Boigny à Yamoussoukro. 

Monsieur le Secrétaire Exécutif du PDCI-RDA,
Mesdames et Messieurs les Vice-Présidents,
Mesdames et Messieurs les membres du Secrétariat Exécutif,
Mesdames et Messieurs les Présidents et Représentants des Partis Politiques, membres des plateformes CDRP et EDS,
Excellences Mesdames et Messieurs les représentants du Corps diplomatiques et des organisations internationales,
Mesdames et Messieurs les membres des Instances du PDCI-RDA,
Mesdames et Messieurs les Invités,
Militantes et Militants du PDCI-RDA,
Mes chers Compagnons.

Invocations aux mânes de Félix HOUPHOUËT-BOIGNY et des pères fondateurs du PDCI-RDA

Voilà cent quatorze ans, que naquit ici en terre « Akouè », Félix Houphouët-Boigny, celui-là même qui allait marquer toute l’histoire contemporaine de la Côte d’Ivoire moderne, de sa colonisation à son Indépendance.

A l’occasion de la commémoration de ce 114ème anniversaire, le PDCI-RDA a décidé de rendre un vibrant hommage au Grand homme qu’il fut pour la Côte d’Ivoire, pour l’Afrique et pour le monde.
Vous êtres venus de toutes les contrés, malgré les routes chaotiques , malgré les routes biodégradable.

Félix Houphouët-Boigny aura, en quelques neuf décennies, été de tous les combats et aura marqué de son sceau toute l’histoire de la Côte d’Ivoire moderne et contemporaine.

On peut rappeler sa lutte contre le système colonial et ses pratiques avilissantes tels que le travail forcé, l’impôt de capitation et les réquisitions arbitraires et plus précisément :

– la création le 10 juillet 1944 du SYNDICAT AGRICOLE AFRICAIN, lequel constitua l’instrument de lutte et de défense des intérêts des agriculteurs nationaux ; et inspira la promotion de l’agriculture comme socle du progrès de notre pays ;

– l’adoption de la loi Houphouët-Boigny du 11 avril 1946, portant abolition du travail forcé ;

– la création le 09 avril 1946 du PDCI suivi du RDA le 18 octobre 1946, instrument d’intégration politique et sociale des pays africains sous tutelle coloniale pour l’émancipation politique des peuples africains et également l’instrument de lutte politique qui a permis l’accession à l’indépendance de la Côte d’Ivoire.
C’est dans ce contexte que le PDCI-RDA a exercé le pouvoir d’Etat de 1960 à décembre 1993.
Héritiers de cette œuvre immense, Nous ne le remercierons jamais assez.

A ses côtés, durant trois décennies, nous avons appris et contribué à asseoir un état de droit fondé sur ce qu’est :

1- une organisation politique efficiente à l’écoute, proche et au service du peuple;

2- une organisation étatique bien structurée et efficace dans l’évaluation des besoins nationaux et l’atteinte des objectifs socio-économiques pour le bien-être des populations;

3- une organisation sociale harmonieuse axée sur une interaction permanente entre une administration locale de développement et les entités coutumières;

4- une diplomatie active, source d’un rayonnement incontestable de la Côte d’Ivoire dans le monde.

La conduite et la réussite d’une telle œuvre, durant trois décennies, démontre que Félix HOUPHOUET-BOIGNY a su incarner l’unité nationale et offrir le progrès social attendu des concitoyens, que nous sommes, dans notre diversité régionale, ethnique, religieuse, culturelle et sociale.

Sa conception de l’homme politique qui, selon lui, doit être constamment au service et à l’écoute de son peuple pour l’épanouissement et l’émancipation de celui-ci, lui a permis de conquérir le cœur de ses concitoyens qui l’ont appelé affectueusement :« le père de la nation ».

Honneur et gloire à FELIX HOUPHOUËT-BOIGNY, qui nous a légué une Côte d’Ivoire prospère, unie, hospitalière et solidaire des autres pays.

Chers Compagnons,

C’est cet homme de progrès, apôtre de la paix, bâtisseur infatigable de la Côte d’Ivoire moderne, et de consensus national, que nous célébrons aujourd’hui.

Chers compagnons
« Sur la route des temps nouveaux », rappelons-nous la mise en garde du père fondateur qui disait en 1978 : « Au soir de notre lutte commune pour l’émancipation de l’Afrique, le rang solide, compact, que nous formions s’est quelque peu désagrégé. Car certains des nôtres, impatients, n’ont pas compris la patience calculée de ceux qui veulent s’armer davantage d’efficacité pour assurer le meilleur devenir à notre pays. »

Hélas, ces propos si édifiants n’ont guère résisté à l’impatience de certains.

Comme l’a rappelé dans son discours, Monsieur Maurice Kakou GUIKAHUE, Secrétaire Exécutif en chef, le PDCI-RDA a démontré sa force et son implantation nationale en résistant à toutes les tentatives d’affaiblissement et de liquidation de notre grand parti.

En ce jour solennel de la célébration du souvenir du Président Félix Houphouët-Boigny, nous voudrions remercier et féliciter toutes les militantes et tous les militants qui ont participé, de près comme de loin, à cette grande victoire dans la lutte contre la déstabilisation du PDCI-RDA.

Nous disons, ici et maintenant, que les vrais et seuls disciples de Félix Houphouët-Boigny sont les militantes et militants qui ont protégé et protègent la maison du père, le PDCI-RDA.

Comme, mon jeune frère Laurent DONA FOLOGO, qui a évité le 1er coup d’Etat en Côte d’Ivoire en 1993.
Les vrais militants, c’est vous, militants de base, Présidents de comité, Secrétaires généraux de Sections, Jeunes, Femmes et tous les cadres confondus, qui composez le nouveau PDCI-RDA, revigoré et déterminé à reconquérir le pouvoir d’Etat en 2020.

C’est pourquoi nous devons veiller à la sincérité et la régularité de la prochaine élection présidentielle, à travers entre autres les activités suivantes :

• La poursuite de toutes les actions répétées judiciaires en cours, pour mettre
définitivement fin à l’utilisation frauduleuse et abusive du logo de notre parti le PDCI-RDA par le parti unifié RHDP ;

• La dénonciation de tous les abus de déstabilisation des partis politiques de l’opposition ivoirienne orchestrés par les tenants du parti unifié RHDP.

• Le rejet des décisions d’une justice aux ordres qui ne fait que condamner arbitrairement nos militants.

• La poursuite de toutes les actions répétées afin de parvenir à la mise en place effective d’une CEI consensuelle et indépendante, conforme aux normes internationales et capable d’organiser des élections transparentes, apaisées, justes, crédibles.

A ce propos, je voudrais vous informer officiellement que la requête adressée, par les groupes parlementaires de l’opposition ivoirienne, dont le PDCI-RDA, à la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, exprimant notre opposition à l’application de la nouvelle loi sur la CEI a été jugée recevable par cette Cour.

Nous espérons une conclusion heureuse dans les prochains mois.

C’est le lieu de saluer nos frères et amis des Partis Politiques qui ont non seulement répondu à notre appel de la constitution de la plateforme non idéologique des partis de l’opposition mais également ceux qui ont répondu favorablement à notre invitation.
Par ailleurs, nous saluons la présence de nos frères de la plateforme EDS.

Ainsi, avec les partis politiques membres de la plate-forme CDRP et ceux de la plate-forme EDS, appuyés par les forces vives de la société civile, nous mettrons en œuvre nos engagements conjoints pour parvenir à la réconciliation nationale, seul gage de l’unité nationale, de la stabilité politique définitive et durable en Côte d’Ivoire.

Ces engagements visent également, outre les interpellations que nous avons déjà faites au Gouvernement sur l’orpaillage clandestin, la protection des forêts classées, le règlement des conflits fonciers nés de l’occupation illicite des terres cultivables par des non-ayants droit, la fraude sur la nationalité, la prorogation de la durée des Cartes Nationales arrivées à expiration en juin 2019 et la gratuité des cartes d’Identités pour les nouveaux ayants droits, les nouveaux majeurs .

1- la libération de tous les prisonniers politiques, civils et militaires ;
2- le retour de tous les exilés civils et politiques y compris le Président Laurent GBAGBO et le ministre BLE Goudé.

Chers frères et chères sœurs,
nous assistons à des dérives dangereuses et totalitaires qui menacent gravement notre chère République.

Oui cette république que nous avons bâtie patiemment, dans la paix et la concorde, durant plus d’un demi-siècle.

Nous ne devons pas fléchir, car l’heure est grave ; notre république est menacée, faute d’une justice impartiale et égale pour tous.

Chers concitoyens, ne cédons pas à la peur, sinon nous serons complices et comptables de l’effondrement de la République qui protège et défend les valeurs essentielles de paix sociale, de concorde et de cohésion nationale, indispensables à toute vie harmonieuse dans notre nation.

Réveillons-nous pour dire non à cette dictature rampante.

Aujourd’hui, nous sommes à un tournant décisif pour notre Parti.

A l’approche de l’élection présidentielle prochaine, le PDCI-RDA, ses alliés et sympathisants sont plus que jamais déterminés pour reprendre les rênes de ce pays, pour enfin le reconstruire selon la vision, du Père Fondateur.

Cette vision s’appuie sur une jeunesse dynamique, l’union de tous, le travail assidu de chacun et la discipline sans laquelle il ne peut y avoir de progrès, ni de paix durable dans le cœur des ivoiriens.

Chers Compagnons, si nous sommes déterminés; alors Rien, je dis bien RIEN ne nous arrêtera.

Le PDCI-RDA est un parti qui a toujours été, est et restera très ambitieux pour notre pays. Notre parti, fidèle aux valeurs des Pères Fondateurs n’a introduit ni violence ni armes dans ce pays.

Notre Parti n’a pas détruit, il n’a fait que bâtir et construire sans verser une seule goutte de sang humain.

Au PDCI-RDA nous voulons l’épanouissement de femmes, autonomes sur le plan économique afin qu’elles jouent un rôle déterminant dans le développement du pays.

Au PDCI-RDA, nous voulons que la justice soit la même pour tous.

Nous voulons des populations qui vivent dans la paix et la sérénité.

Nous voulons une Côte d’Ivoire prospère et gagnante sur tous les plans, avec un secteur privé fort et des champions nationaux qui créeront des emplois pour notre jeunesse, de la valeur ajoutée pour notre économie et assureront une formation de nos compatriotes.

Oui, militantes et militants, nous sommes là, debout et déterminés à en finir avec ces situations difficiles pour les ivoiriens:

– Le niveau de l’éducation de nos enfants a baissé en qualité et en rendement : comment imaginer qu’aujourd’hui qu’un enfant scolarisé sur deux quitte l’école avant la classe de 6ème ?

– Les jeunes sont de moins en moins qualifiés pour un marché de l’emploi qui nécessite des compétences précises. Voilà pourquoi nos jeunes sœurs et frères ne trouvent pas d’emploi et sont livrés à eux-mêmes;

– La jeunesse n’a plus de repères et est trop souvent abandonnée à son triste sort, poussée vers des dérives violentes et avilissantes;

– Selon un récent rapport de l’Union Européenne, 9 emplois sur 10 sont dans le secteur informel, laissant sans protection sociale nos filles et fils;

– Le système de santé ivoirien est aujourd’hui l’un des plus mauvais de la sous-région avec des taux élevés de mortalité infantile et maternelle, et une qualité des soins médiocre;

– Le pouvoir d’achat, malgré les taux de croissance annoncés pompeusement, est de plus en plus faible et de nombreuses familles sont vouées à la précarité, voire la mendicité.
Beaucoup de famille ne peuvent pas scolariser leurs enfants.

Face à cela, nous assistons aujourd’hui à une gouvernance opaque, une administration au service du RHDP au sein de laquelle les cadres des autres partis politiques sont martyrisés ou tout simplement mis sur la touche.
La compétence n’est donc plus un critère de sélection ou de promotion.

Sur ce lieu sacré, terre natale de Félix HOUPHOUET-BOIGNY, nous nous tournons résolument vers le futur !

Nous allons réaliser la vraie réconciliation des filles et fils de la Côte d’Ivoire, dans la fraternité et le dialogue, en rassemblant tous ceux qui aiment vraiment notre chère patrie au-delà de tout intérêt personnel et de tout système opaque et clientéliste.

Nous allons travailler à réduire les inégalités et les injustices.

Nous allons procéder activement à une redistribution des richesses de la croissance que nous allons générer, aux profits des plus pauvres.

Oui nous allons donner aux plus pauvres une meilleure qualité de vie, une vie moins chère et l’espoir de meilleurs lendemains.

Nous allons privilégier la compétence et non l’appartenance ethnique, clanique et religieuse.

Nous allons réinstaurer un État de droit où la justice sera la même pour tous.

Nous allons réformer notre système éducatif afin d’en faciliter l’accès pour le plus pauvres, d’en améliorer la qualité et le mettre en adéquation avec les besoins du marché de l’emploi.

Voilà comment, nous allons donner du travail à notre jeunesse.

Nous allons améliorer le système de santé de notre pays afin que les plus pauvres puissent avoir des soins de qualité et une plus grande espérance de vie.

Nous allons reformer l’armée afin qu’elle soit Républicaine et nous protège des agressions extérieures et des terroristes.
Nous allons restructurer notre police afin qu’elle assure la discipline et la sécurité que tous les ivoiriens attendent.

Nous allons redynamiser notre économie en améliorant nos infrastructures à l’intérieur du pays, en décentralisant nos industries, en améliorant le rendement de notre agriculture en instaurant un environnement des affaires parmi les meilleurs au monde.

Le PDCI-RDA, à sa prochaine convention va élire le candidat qui sans aucun doute, grâce au soutien de tous, nous permettra de gagner les élections présidentielles de 2020.

Président Félix Houphouët-Boigny vous avez dit : « Ce que veut l’Ivoirien, c’est le partage de la richesse et non de la misère. Et pour ce faire, il doit, avant tout, contribuer à créer ces richesses. » Le PDCI-RDA va œuvrer à transformer ce vœu des ivoiriens en réalité.

Nous demandons à nos frères, sœurs amis qui partagent notre vision de la Côte d’Ivoire de se joindre au PDCI-RDA, de militer activement afin que nous gagnions ensemble les élections l’année prochaine. Nous leur demandons de faire leurs papiers d’identité, de s’inscrire sur les listes électorales afin que leurs voix comptent et contribuent à la victoire de l’opposition en 2020.

Mes chers Compagnons, tels sont les engagements que nous devons mettre en œuvre, avec opiniâtreté et abnégation, en liaison avec les forces vives de la nation qui demeurent déterminées à nos côtés.

Soyons forts devant l’adversité.

Défendons avec détermination et courage notre chère Côté d’Ivoire.

Préservons la liberté de son esprit et la pureté de son cœur.
L’échec n’est pas une option à envisager, car unis et déterminés, nous disposons des moyens légaux et légitimes pour reconquérir le pouvoir d’Etat.

Allons tous travailler à la victoire en 2020.

Ta flamme cher Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY, ne s’éteindra jamais.
Nous tous ici, nous y veillerons !
A ton tour guide nous et aide-nous à atteindre ces nouveaux horizons du Bonheur !

Vive les partis politiques membres des plates formes : CDRP et EDS ;
Vive le PDCI-RDA !
Vive la Côte d’Ivoire et tous ses habitants !
Je vous remercie.

Fait à Yamoussoukro, le 19 octobre 2019
Henri Konan BEDIE
Président du PDCI-RDA

Voilà cent quatorze ans, que naquit ici en terre « Akouè », Félix Houphouët-Boigny, celui-là même qui allait marquer toute l’histoire contemporaine de la Côte d’Ivoire moderne, de sa colonisation à son Indépendance. A l’occasion de la commémoration de ce 114ème anniversaire, le PDCI-RDA a décidé de rendre un vibrant hommage au Grand homme qu’il fut pour la Côte d’Ivoire, pour l’Afrique et pour le monde.

Vous êtres venus de toutes les contrés, malgré les routes chaotiques , malgré les routes biodégradable. Félix Houphouët-Boigny aura, en quelques neuf décennies, été de tous les combats et aura marqué de son sceau toute l’histoire de la Côte d’Ivoire moderne et contemporaine. On peut rappeler sa lutte contre le système colonial et ses pratiques avilissantes tels que le travail forcé, l’impôt de capitation et les réquisitions arbitraires et plus précisément :

– la création le 10 juillet 1944 du SYNDICAT AGRICOLE AFRICAIN, lequel constitua l’instrument de lutte et de défense des intérêts des agriculteurs nationaux ; et inspira la promotion de l’agriculture comme socle du progrès de notre pays ; – l’adoption de la loi Houphouët-Boigny du 11 avril 1946, portant abolition du travail forcé ; – la création le 09 avril 1946 du PDCI suivi du RDA le 18 octobre 1946, instrument d’intégration politique et sociale des pays africains sous tutelle coloniale pour l’émancipation politique des peuples africains et également l’instrument de lutte politique qui a permis l’accession à l’indépendance de la Côte d’Ivoire. C’est dans ce contexte que le PDCI-RDA a exercé le pouvoir d’Etat de 1960 à décembre 1993.Héritiers de cette œuvre immense, Nous ne le remercierons jamais assez.

COTEDIVOIRE.CI

Libre Opinion: Côte d’Ivoire, l’impossible alternance

Published

on

élections-cote-divoire

Publié ce lundi 18 Novembre 2019, à 12h35min (Temps de lecture: 2min)

Côte d’Ivoire – Comme à son habitude l’essayiste et Analyste Politique, Lebel N’goran trempe dans le futur d’une élection très attendue, celle de 2020. Que va t-il se passe à l’élection présidentielle prochaine?

En 2020, il y’aura deux options. La première pas d’élection. La seconde une élection sous tension. Dans ces deux cas, une seule option valide…

INCOHÉRENCE

En 2010, tous les opposants branches armées et civiles se sont ligués contre le pouvoir en place. Le pouvoir inconstant et totalement irresponsable, avait dans des manœuvres dilatoires profané la constitution, les règles de bonnes gouvernance. Nous avons abouti au 11 avril 2011. Effondrement de L’Etat, destruction de tout les bourgeons de la république en construction.

La nouvelle constitution de 2016, plébiscitée par le parti universel, unifié a réuni toutes les modifications des futurs ex-associés : limite d’âge abaissée, plus de limitations d’âge, plus d’examens de santé, et un flou sur la possibilité de participation du président en place pour un 3, voire 4 ème mandat. La nouvelle constitution fut un as pour tous les leaders du groupement politique RHDP. Elle est devenu un os pour les anciens alliés, la société civile et l’opposition classique.

LES CLIENTS DU RESTAURANT

Ce que les associés avaient oublié, c’est le calcul du locataire de la présidence. Allait-il partir ? Quitter le pouvoir ? Hélas non.

Le président sera candidat et rien le l’y empêche. La constitution laisse un boulevard. Sa probable candidature, à disloqué le RHDP. L’actuel président peut être vice-président dans le prochain ticket par exemple. Une chose est sûre, il détient les cartes. La CEI, les rênes de l’État. L’homme qui a vaincu le pouvoir de 2010 n’est pas un homme sans ressources. Il débauche la nouvelle opposition, neutralise les pions de l’opposition, met de la pression. On dit, vous êtes au restaurant où vous sortez. C’est un rouleau compresseur silencieux.

L’HOMME COHÉRENT.

Dans le marigot politique ivoirien. Un seul homme est cohérent. Alassane Ouattara. Il avance toujours vers ses buts. Il se donne les moyens. Pragmatique. Il a sû se faire petit. Il a sû se servir des uns contre les autres. Il est le seul qui peut décider de l’alternance politique pacifique. La Côte d’Ivoire est curieuse. Si l’avenir nous réserve l’inexpérience et l’adolescence de Soro Guillaume, ou la sénilité et l’obsolescence de Henri Konan Bedié, nous sommes vraiment au pied du mur.

Sont-ils une alternance ? A l’évidence non. Ils sont les rebelles d’un mouvement qui les a protégé et nourrit. On ne peut pas parler d’alternance ! En dehors, le FPi est lobotomisé, pendu à son passé et à ses prisonniers exilés. Mamadou Koulibaly porte un message trop intelligent pour les populations et les autres candidats sont aussi audibles que le silence dans un bocal vide et fermé. La classe politique ivoirienne est majoritairement très mercantiliste et affairiste. Aucun idéal pour la plupart. Le Langage politique est une suite d’invectives, de provocations, de règlements de compte. Vu les rêves de vengeances qui se dessinent, comment le RHDP peut-il envisager une alternance ?

Notre système politique est très violent, humiliant. Les prises de pouvoir sont chaotiques, et l’exercice du pouvoir est peu porter sur la projection pacifique. La politique actuelle ivoirienne semble nous conduire inéluctablement vers une alternance impossible. Une alternance avec les mêmes acteur n’est pas une alternance. Ne faut-il pas rechercher un système politique plus adapté et plus consensuel ?

Le suffrage universel depuis 1999 nous a apporté que de la souffrance et des pleurs. Il nous appartient tous d’agir pour éviter ces violences, qui au finish ne nous rapporte rien. Ce pays a toutes les ressources pour éviter un second chaos. Faisons mentir ceux qui nous envoie vers une impossible alternance.

©CotedivoireNews

Une contribution libre de Lebel N’GORAN

Lire Plus

Cotedivoirenews

Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF): Les barrières tarifaires et non tarifaires supprimées à partir de juillet 2020

Published

on

Les barrières tarifaires et non tarifaires supprimées à partir de juillet 2020

Publié ce samedi 16 Novembre 2019, à 08h50min (Temps de lecture: 2min)

Côte d’Ivoire – Commerce – Selon le Comité national de la zone de libre-échange continentale africaine ( CN-ZLECAF), les barrières tarifaires et non tarifaires seront supprimées à partir de juillet 2020. Cette information a été donnée par la secrétaire exécutif, lors d »une rencontre avec les acteurs du commerce de la Région du Gbêkê.

Cette rencontre a permis d’informer puis  sensibiliser les parties prenantes que sont l’administration publique, le  secteur privé et la société civile sur ce projet continental africain en Côte d’Ivoire.

Fofana Fatoumata, secrétaire exécutif du CN-ZLECAF, a indiqué que ce projet  vise à approfondir l’intégration économique du continent africain à travers la création d’un marché unique pour les marchandises, les services et la circulation des personnes. Elle vise également à la suppression des barrières tarifaires et non tarifaires qui représentent les vrais obstacles du commerce intra-africain. Mme Fofana a indiqué qu’à  partir du 1er juillet 2020, tous les pays africains signataires et qui ont ratifié l’accord pourront échanger leurs produits et marchandises sans droits de douanes. 

Poursuivant, elle a invité les opérateurs économiques à se tenir prêts pour conquérir les nouvelles opportunités d’affaires qui s’ouvriront à eux.

«  Veuillez-vous approprier cet accord, allez-y à la recherche d’informations, faites des études de marchés, des prospections des pays de l’Afrique, surtout se structurer et devenir formelle »,  a-t-elle exhorté.

 Plusieurs thématiques ont été traitées au cours de cette rencontre, notamment les enjeux de l’élaboration d’une stratégie nationale de mise en œuvre de la ZLECAF, l’état des lieux au niveau national et continental,  la stratégie nationale d’exportation de la Côte d’Ivoire.

©CotedivoireNews 

Eliezer de Kékrenou (Correspondant Régional)

Lire Plus

Cotedivoirenews

Côte d’Ivoire: Un jeune ivoirien invente une machine de levage pour aider les ouvriers de chantiers

Published

on

Publié ce vendredi 15 Novembre 2019, à 10h 20min (Temps de lecture: 1min)

Côte d’Ivoire – Jeune ivoirien, passionné d’invention, N’Dri Koffi Paulin a inventé une machine de levage assez atypique pour faciliter la tâche des ouvriers sur les chantiers de construction.

Partant du constat qui est que sur les chantiers de constructions à Abidjan et dans les grandes villes du pays, le transport de sable et de gravier se faisait encore manuellement, N’Dri Koffi a décidé de soulager ces milliers d’ouvriers à travers son invention qui est une forme de machine de levage jouant le rôle d’une poulie. Avec le moteur d’une vielle moto pour créer la rotation et à l’aide d’une corde cette machine fait monter du sable, du gravier et même du béton. N’Dri Koffi Paulin, dit pouvoir déplacer trois camions de sables par jour grâce à son invention.

En tout cas cela reste une belle aubaine pour les ouvriers des chantiers qui verront leur tâches allégées grâce à la trouvaille du jeune N’Dri. Ils endurent toute une souffrance à faire monter les matériaux sur les toits des maisons à étage en construction.

Abran Saliho

©CotedivoireNews 

Lire Plus
Advertisement Enter ad code he
re

Tendances

Copyright © 2019 By ZKF Agency - +225 07 34 0909 6 Tous droits réservés