Connect with us

COTEDIVOIRE.CI

Libre Opinion: Côte d’Ivoire, l’impossible alternance

Published

on

élections-cote-divoire

Publié ce lundi 18 Novembre 2019, à 12h35min (Temps de lecture: 2min)

Côte d’Ivoire – Comme à son habitude l’essayiste et Analyste Politique, Lebel N’goran trempe dans le futur d’une élection très attendue, celle de 2020. Que va t-il se passe à l’élection présidentielle prochaine?

En 2020, il y’aura deux options. La première pas d’élection. La seconde une élection sous tension. Dans ces deux cas, une seule option valide…

INCOHÉRENCE

En 2010, tous les opposants branches armées et civiles se sont ligués contre le pouvoir en place. Le pouvoir inconstant et totalement irresponsable, avait dans des manœuvres dilatoires profané la constitution, les règles de bonnes gouvernance. Nous avons abouti au 11 avril 2011. Effondrement de L’Etat, destruction de tout les bourgeons de la république en construction.

La nouvelle constitution de 2016, plébiscitée par le parti universel, unifié a réuni toutes les modifications des futurs ex-associés : limite d’âge abaissée, plus de limitations d’âge, plus d’examens de santé, et un flou sur la possibilité de participation du président en place pour un 3, voire 4 ème mandat. La nouvelle constitution fut un as pour tous les leaders du groupement politique RHDP. Elle est devenu un os pour les anciens alliés, la société civile et l’opposition classique.

LES CLIENTS DU RESTAURANT

Ce que les associés avaient oublié, c’est le calcul du locataire de la présidence. Allait-il partir ? Quitter le pouvoir ? Hélas non.

Le président sera candidat et rien le l’y empêche. La constitution laisse un boulevard. Sa probable candidature, à disloqué le RHDP. L’actuel président peut être vice-président dans le prochain ticket par exemple. Une chose est sûre, il détient les cartes. La CEI, les rênes de l’État. L’homme qui a vaincu le pouvoir de 2010 n’est pas un homme sans ressources. Il débauche la nouvelle opposition, neutralise les pions de l’opposition, met de la pression. On dit, vous êtes au restaurant où vous sortez. C’est un rouleau compresseur silencieux.

L’HOMME COHÉRENT.

Dans le marigot politique ivoirien. Un seul homme est cohérent. Alassane Ouattara. Il avance toujours vers ses buts. Il se donne les moyens. Pragmatique. Il a sû se faire petit. Il a sû se servir des uns contre les autres. Il est le seul qui peut décider de l’alternance politique pacifique. La Côte d’Ivoire est curieuse. Si l’avenir nous réserve l’inexpérience et l’adolescence de Soro Guillaume, ou la sénilité et l’obsolescence de Henri Konan Bedié, nous sommes vraiment au pied du mur.

Sont-ils une alternance ? A l’évidence non. Ils sont les rebelles d’un mouvement qui les a protégé et nourrit. On ne peut pas parler d’alternance ! En dehors, le FPi est lobotomisé, pendu à son passé et à ses prisonniers exilés. Mamadou Koulibaly porte un message trop intelligent pour les populations et les autres candidats sont aussi audibles que le silence dans un bocal vide et fermé. La classe politique ivoirienne est majoritairement très mercantiliste et affairiste. Aucun idéal pour la plupart. Le Langage politique est une suite d’invectives, de provocations, de règlements de compte. Vu les rêves de vengeances qui se dessinent, comment le RHDP peut-il envisager une alternance ?

Notre système politique est très violent, humiliant. Les prises de pouvoir sont chaotiques, et l’exercice du pouvoir est peu porter sur la projection pacifique. La politique actuelle ivoirienne semble nous conduire inéluctablement vers une alternance impossible. Une alternance avec les mêmes acteur n’est pas une alternance. Ne faut-il pas rechercher un système politique plus adapté et plus consensuel ?

Le suffrage universel depuis 1999 nous a apporté que de la souffrance et des pleurs. Il nous appartient tous d’agir pour éviter ces violences, qui au finish ne nous rapporte rien. Ce pays a toutes les ressources pour éviter un second chaos. Faisons mentir ceux qui nous envoie vers une impossible alternance.

©CotedivoireNews

Une contribution libre de Lebel N’GORAN

COTEDIVOIRE.CI

Sport – Championnat national Badminton: La hiérarchie bouleversée avec le sacre de Akpa Agnimel et Océane Lœss

Published

on

Badminton

Publié ce lundi 13 janvier 2020 à 19h40min (Temps de lecture 1min)

Côte d’Ivoire – Le championnat national de Badminton s’est tenue le samedi 11 janvier 2020 à la salle polyvalente du parc des sports de Treichville. Un championnat qui a vu le sacre de Jérôme Agnimel Akpa, qui s’impose dans la catégorie simple seniors hommes et de Océane Lœss chez les dames.

Ce sont 115 badistes issus de 12 clubs d’Abidjan et de l’intérieur de la Côte d’Ivoire qui ont participés à ce championnat national 2019 du Badminton dans la catégorie minime, Benjamin, Cadet, junior et Senior. 

En l’absence de Alex Zolobé, champion incontesté de la catégorie simple senior homme, Jérôme Agnimel Akpa s’est adjugé le sacre en triomphant en 2 set 1 sur son adversaire du jour en la personne du vice-champion en titre de la catégorie, Ouedraogo Ousmane. Une victoire qui sonne comme une revanche pour Akpa Agnimel Jérôme qui a longtemps buté sur son bourreau d’hier. 

Chez les Dames, Océane Lœss a mit fin à l’hégémonie de la quadruple championne en titre de la catégorie simple senior dame. La sociétaire de Dabou Badminton Club, remporte l’Or en battant en finale en 2 sets 1, Ndia Aïcha. 

Dans la finale en double seniors hommes, la paire Ousmane Ouedraogo et Jérôme Agnimel Akpa se sont adjugés l’Or. Un exploit réalisé aussi chez les dames par la paire Ndia Aïcha et Océane Lœss.

Dans les autres catégories ce sont les badistes de Dabou qui se distinguent chez les Benjamines avec Brou Sarah, en minime  homme et dame avec Loua Beraka et Kpata Christ, de même que dans la catégorie cadet et junior où les badistes du club de Dabou ont raflés l’Or chez les dames et les hommes.

Des performances en constante amélioration qui souscrivent dans la démarche de développement de cette pratique sportive sur le territoire ivoirien entamée par le président de la fédération Ivoirienne de Badminton, Honoré Zolobé. À l’issue de ce championnat il s’est dit confiant concernant les performances des badistes de la Côte d’Ivoire lors des para-badminton en Ouganda et de la préparation des Jeux Olympiques de Tokyo 2020. 

Ce championnat a vu la présence de la représentante du ministère des sports, madame Gnekibo. La prochaine étape, la Coupe nationale le samedi 18 janvier 2020 dans le théâtre du parc des sports.

©CotedivoireNews 

Akinbola Djamal

Lire Plus

COTEDIVOIRE.CI

Promotion de la riziculture en Côte d’Ivoire: Le ministre Gaoussou Touré et la JICA signent le procès-verbal du proril 2

Published

on

Publié ce mardi 24 décembre 2019, à 8h20min ( Temps de lecture:1min)

Côte d’Ivoire – Dans le cadre de la mise en oeuvre de la deuxième étape du projet de promotion du riz local de Côte d’Ivoire (Proril 2), le ministre Ivoirien de la promotion de la Riziculture, Gaoussou Touré, et l’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICa) ont procédé ce lundi 23 décembre, à la signature du procès verbal pour la mise en oeuvre de ce projet.

Prévu pour avril 2020, le projet PRORIL, vise à augmenter les ventes de riz local de qualité à travers la mise en oeuvre de chaînes d’approviosionnement de riz local bancables.
Selon les initiateurs, ce projet consiste à renforcer 3 approches qui permettront de redynamiser la production et la distribution du riz local.

Il s’agit du renforcement de la chaîne de valeur du riz par la méthode  » de l’aval vers l’amont ». De mieux structurer le mécanisme durable du système de crédit et du service de mécanisation en partenariat avec le secteur privé et les institutions de micro finances sans oublier l’amélioration de la qualité du riz produit au plan national.

Le ministre Gaoussou Touré, a exprimé toute sa satisfaction quand à la mise en oeuvre du projet PRORIL, qui s’inscrit dans la droite ligne de ses ambitions pour le riz made in Côte d’Ivoire.

Abran Saliho

Lire Plus

COTEDIVOIRE.CI

Daloa -Affaire viol d’une élève: Le principal suspendu en attendant la fin des enquêtes

Published

on

Daloa -Affaire viol d'une élève

Publié ce vendredi 20 décembre 2019, à 20h24min (Temps de lecture: 1min 30″)

Côte d’Ivoire – Daloa (Région du Haut-Sassandra) – Depuis quelques jours un cas de viol qui aurait eu lieu à Gboguhé dans la DREN de Daloa enflamme les réseaux sociaux. Le principal de l’établissement qui est accusé s’est vu rétiré ses charges en attentant la fin des enquêtes.

Le Directeur régional de l’éducation nationale, a effectué le déplacement à Gboguhé pour s’imprégner de la situation qui prévaut suite au présumé viol d’une élève de la classe de cinquième.
Il était accompagné du Proviseur AKROU Koffi, Coordonnateur des Chefs d’établissement du Haut -Sassandra et de Monsieur SANOGO Lacina, Proviseur du Lycée Moderne 1 de Daloa.

L’accusée, Adeba Sako Moïse, le personnel enseignant et le chef du village ont tous eu une échange avec la délégation de la DREN sur le sujet.
A la sortie de cette rencontre une mesure conservatoire a été prise en attendant la fin des enquêtes par les spécialistes en la matière.
Le directeur régional a décidé de décharger de ses fonctions de Principal le temps qu’une enquête soit éffectuée et que les responsabilités soient situées.
Selon le Directeur régional « il n’y aura aucune tolérance si les faits reprochés au Principal sont avérés car un éducateur ne saurait être un bourreau pour son élève ».

©CotedivoireNews  

Parfait Dié avec Déleste Adépo (Correspondant régional)

Lire Plus
Advertisement Enter ad code he
re

Tendances

Copyright © 2019 By ZKF Agency - +225 07 34 0909 6 Tous droits réservés