Connect with us

Cotedivoirenews

Libre Opinion: Or donc notre justice peut être aussi rapide et assez efficace?

Published

on

bouake-justice

Publié ce vendredi 4 octobre 2019 à 11h25min (Temps de lecture: 3min)

Côte d’Ivoire – Justice – Ce mercredi 3 octobre 2019, le président du conseil régional du Gbêkê, Mangoua Jacques a été condamné à 5 ans de prison ferme avec une amende de 5 millions au tribunal de première instance de Bouaké. La rapidité avec laquelle le dossier Mangoua Jacques a été traité fait l’objet d’une analyse du journaliste Assalé Tiemoko de l’hebdomadaire L’Eléphant Déchainé. Il donne un regard critique sur la justice ivoirienne qui semble se complaire dans une position jugée de justice à la solde.

Notre justice fait honneur.

Ainsi donc, en deux temps trois arrogance, notre service public de la justice, a, en quasiment 72 heures, arrêté, écroué, jugé et condamné à 5 ans de prison ferme, le président du Conseil régional du Gbeke, Jacques Mangoua, pour « détention » illégale d’armes de guerre » et autres infractions.
Que faut-il dire après un tel procès? Je n’ai pas vocation à me prononcer sur le fond du dossier parce que je ne le connais pas.
Je voudrais juste, comme je l’ai toujours fait dans ce pays, élever quelques remarques républicaines.


L’Etat de droit suppose l’absence de l’arbitraire. Il suppose aussi le traitement de tous les citoyens, de façon égalitaire devant la loi. Il suppose encore l’absence de privation de liberté-par respect au principe constitutionnel de la présomption d’innocence pour une personne-tant que la preuve de sa culpabilité, à la suite d’un procès équitable dans lequel tous ses droits ont été respectés, n’a pas été rapportée.
Le président Mangoua Jacques a été lourdement condamné, ce qui suppose que le procureur a pu établir un lien direct et non supposé, entre la présence des armes en question à son domicile et sa personne. Et c’est ce qui, sans doute, aurait justifié le choix de la procédure de flagrant délit.
Or le flagrant délit suppose que l’auteur supposé de l’infraction alléguée ait été pris sur les faits, au moment même de la commission de l’infraction ou que, ayant commis l’infraction, il ait été débusqué par la clameur publique dans un temps très voisin de l’instant de cette commission.
Dans cette affaire, telle ne semble pas être le cas. Et c’est à ce niveau que je voudrais dire un mot.
Il faut que notre service public de la justice arrête de se livrer en spectacle. Cette affaire d’armes de guerre découverte dans un domicile privé, non pas par les forces de l’ordre à la suite d’une investigation, mais dans des conditions rocambolesques, devrait appeler de la part du parquet de Bouake, à plus de modestie, de circonspection et de professionnalisme.
Et au lieu de retenir le flagrant délit pour faire du buzz et impressionner on ne sait qui, il aurait dû ouvrir une enquête sérieuse, investiguer pour comprendre l’environnement qui a présidé à l’arrivée de ces armes dans ce domicile. Et cela pouvait se faire en toute sérénité, sans condamner en 72 heures, un homme d’affaire qui emploie des centaines d’Ivoiriens, qui est le président élu d’un conseil régional et qui, par conséquent, offre toutes les garanties de représentation…et qu’on pouvait à tous moments avoir sous mains de justice.


Mais voilà, je ne suis pas le juge qui a prononcé la peine, ni le procureur qui, aux pas de course et uniquement à charge, a mené l’affaire. Sans doute pensent-ils avoir fait en toute honnêteté leur travail et qu’ils ont débarrassé la république, d’un dangereux criminel. Bravo et merci.
Merci de nous avoir permis de réaliser que notre justice est capable de faire preuve d’une célérité qui fait presqu’envie, dans certains dossiers.
Dans un environnement politique et social pourri où tous devrions avoir à l’esprit avant de poser chaque acte que l’arbitraire est le carburant qui alimente la fracture sociale, ils ont réussi à placer une affaire sérieuse et un verdict judiciaire, sous le joug du soupçon qui fait crier le peuple, dechaine des passions et fait perdre confiance dans la justice.


Mangoua Jacques retourne donc pour la deuxième fois en prison, cette fois-ci, sous le statut de « condamné « .
En 2008, alors qu’il était le président du Conseil général de Beoumi, le procureur de la république s’était arrangé pour l’embarquer dans l’affaire des vols monstrueux dans la filière café-cacao et l’avait embastillé à la Maca. Alors qu’il n’avait strictement rien à avoir dans cette affaire, car ne gérant aucune structure de la filière café-cacao. Il m’avait trouvé dans cette prison et avait occupé, pendant quelques mois, une cellule située en face de la mienne, au bâtiment dit des « Assimilés ». Avant d’être libéré quelques mois plus tard.
Le voilà de nouveau dans les griffes de notre justice qui nous fait honneur sous l’ombre du soupçon.

©CotedivoireNews

Assale Tiemoko Antoine
Journaliste indépendant

(Le titre et le chapeau sont de la redaction)

Cotedivoirenews

Exclusif: Plusieurs cadres du « restaurant » (RHDP) ont financé le meeting du PDCI à Yamoussoukro

Published

on

Plusieurs cadres du restaurant (RHDP) ont financé le meeting du PDCI à Yamoussoukro

Publié ce mardi 22 Octobre 2019 à 17h32 (Temps de lecture: 2min 30″)

Côte d’Ivoire Politique – Le PDCI d’Henri Konan Bédié a samedi dernier reussi un exploit, celui d’innonder de monde la place Jean-Paul II de Yamoussoukro, confirmant que la terre natale de feu Félix Houphouet Boigny restait un de ses bastions. Derrière cette grande mobilisation se cache un secret, celui de la mobilisation des fonds pour l’organisation de ce giga meeting. Qui sont les financiers de cette grande rencontre?

A lire aussi// Le discours de Bédié au Meeting de Yamoussoukro: « Le RHDP est un nain hypophysaire à côté du PDCI »

Les coulisses de l’organisation des journées hommages à Félix Houphouet-Boigny qui se sont soldées par un grand rassemblement des militants du PDCI samedi dernier pourrait confirmer les propos narquois de Kacou Guikahué, le sécrétaire excécutif du PDCI. Qui avait affirmé lors d’une rencontre publique que « Les cadres du PDCI qui sont encore au RHDP sont au restaurant, quand ils finiront de manger, ils reviendront à la maison ».

Une fiche comptable soigneusement rangée dans le dossier « Meeting Yakro 18 au 19 -10 – 2019 » d’un cadre du PDCI montre bien que plusieurs personnalités de haut rang du RHDP ont effectivement contribué financièrement à l’organisation de cette activité du PDCI à Yamoussoukro.

Selon les informations en notre possession cette rencontre qui a drainé du monde a vu la participation financière de certains « cadres du Restaurant » qui ont officiellement pris leur quartier au RHDP. Ainsi pour la conduite et la réussite d’une telle œuvre l’on a vu la participation de :

A lire aussi// Politique – Meeting du PDCI: La place Jean-Paul II de Yamoussoukro refuse du monde

Mr Kablan Duncan ( 15 Millions )

Mr Thierry Tanoh (8 Millions )

Mr Kobenan Kouassi Adjoumani ( 5 Millions)

Mr Ahoussou Jeannot ( 7 Millions )

Mr Jean Louis Billon ( 17 Millions )

Mr Charles Diby ( 20 Millions )

Mr Gnrangbé Kouakou Jean ( 7 Millions )

Mr Charles Banny ( 6 Millions )

Mr Kacou Guikahué ( 5 Millions )

Mr Ehouo Jacques ( 5 Millions )

Mr Emmou Sylvestre ( 5 Millions )

Mr Gnamien N’Goran ( 5 Millions )

Mr Adama Sanogo ( 13 Millions )

Mr Achi Patrick ( 6 Millions)

Mr Jean Baptiste Diagou ( 20 Millions )

Mr Jean-Marc Yacé ( 5 Millions )

Mr Afred Jérémi N’gouan ( 7 Millions )

Tous sans exception, ont dans l’ombre mis la main à la poche pour la réussite de cet évènement qui vient ici redorer le blason du PDCI. En politique tout est possible. Alors, même si officielement ils sont partis au RHDP, il n’en demeure pas moins qu’ils restent très attachés au PDCI.

Un cadre du RHDP n’a t-il pas avoué qu’il leur sera difficile de quitter definitivement le PDCI qui reste un symbole pour eux tous.

©CotedivoireNews

Parfait Dié

Lire Plus

Cotedivoirenews

Côte d’Ivoire – Tourisme: Didier Drogba nommé ambassadeur de l’OMT

Published

on

Didier Drogba nommé ambassadeur de l'OMI

Côte d’Ivoire – L’International Didier Drogba a été nommé ce 20 Octobre, ambassadeur de l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), par le Secrétaire général de ladite institution, Zurab Pololikashvilià .

C’était lors de la table-ronde sur le financement de l’initiative « Sublime Côte d’Ivoire », organisée à Dubaï.

Selon le secrétaire général Zurab Pololikashvilià, l’OMT travaillera en étroite collaboration avec la Fondation Didier Drogba enfin d’aider la jeunesse africaine en quête d’emploi.

Heureux de se voire nouveau Ambassadeur du Tourisme, Didier Drogba a traduit toute sa reconnaissance aux responsables de l’OMT sans oublier le ministre Ivoirien du Tourisme, Siandou Fofana.

©CotedivoireNews

Abran Saliho

Lire Plus

Cotedivoirenews

Meeting du PDCI à Yamoussoukro – Azoumana Moutayé réagit: « Nous avons l’obligation de gagner en 2020 pour redonner l’espoir à nos concitoyens »

Published

on

Publié ce lundi 21 Octobre 2019 à 19h31 (Temps de lecture: 2min)

En marge du meeting du PDCI-RDA qui s’est tenu ce samedi à Yamoussoukro, le ministre Azoumana Moutayé, dans une mini-interview, s’est dit plus que fier de cette mobilisation et donne ses impressions.

Monsieur le Ministre, vous venez d’assister à ce meeting d’hommage au Président Houphouët Boigny organisé par le PDCI RDA, quelles sont vos impressions ?

Je vous remercie pour l’opportunité que vous m’offrez,

Pour répondre à votre question, je dirai que je suis tout simplement heureux et fier d’avoir participé à cette belle cérémonie d’hommage à ce grand bâtisseur de la Côte d’Ivoire que fût le Président Félix Houphouët Boigny. Un homme exceptionnel aux qualités humaines et politiques indescriptibles. Je voudrais dire merci  au PDCI RDA et à son Président pour ce grand meeting qui montre à la face du monde que le PDCI  demeure un grand parti avec lequel, il faudra compter en 2020. Le PDCI RDA vient de démontrer à ces pourfendeurs qu’il reste  solide malgré le départ de quelques uns de ses cadres. Je tiens à féliciter les organisateurs du meeting et dire merci au Président Henri Konan Bédié pour la qualité de son discours qui apparaît comme un stimulant pour  les partis de l’opposition.

Pensez-vous qu’avec cette mobilisation exceptionnelle, la plate-forme initiée par le Président Bédié et à la quelle vous appartenez  peut rêver d’une victoire en 2020 ?

Il n’existe pas une autre alternative que notre victoire en 2020. Nous avons l’obligation de gagner en 2020 pour redonner l’espoir à nos concitoyens, pour sortir notre pays de l’autocratie, de l’endettement excessif et du marasme économique. Et comme le Président Bédié a si bien dit, nous n’avons pas droit à l’erreur. Nous n’avons pas le droit de décevoir les ivoiriens.

Monsieur le Ministre, nous avons assisté il y a quelques semaines de cela à la mise en place d’une nouvelle Commission Électorale Indépendante à la quelle l’opposition significative n’a pas été associée quelle commentaire vous en faites et pensez-vous qu’avec cette CEI l’opposition à des chances de remporter la prochaine Présidentielle ?

J’ai l’impression que nous n’avons rien retenu des crises que notre pays a connues. Parce que cette CEI contient tous les ingrédients pour que notre pays connaisse une autre crise post-Électorale. On ne peut pas chanter sous tous les toits qu’on est majoritaire et chercher à contrôler l’organe qui va organiser les élections. Que le pouvoir sache que l’opposition se mobilisera pour dire non à cette CEI non consensuelle par tous les moyens légaux. Pour ce qui est de notre victoire en 2020, même avec cette CEI mono-colore, nous gagnerons les  élections en 2020.

©CotedivoireNews

Abran Saliho avec Sercom

Lire Plus
Advertisement Enter ad code he
re

Tendances

Copyright © 2019 By ZKF Agency - +225 07 34 0909 6 Tous droits réservés