Connect with us

Régions News

Mairie de Touba : Le conseil municipal adopte le budget primitif 2020

Published

on

maire de la commune de Touba

Publié ce lundi 07 Octobre 2019 )à 06h 40 (Temps de lecture:1min)

Côte d’Ivoire –  Commune de Touba (Région du Bafing) – Au nombre des points inscrits à l’ordre du jour des délibérations, figurait l’examen et « l’adoption du budget primitif 2020 ». Qui au terme des débats, s’équilibre en recettes et dépenses à 149 millions 960 Fcfa dont 39 671 000 Fcfa (26,45%), affectés au fonctionnement ; 110 289 000 Fcfa (73,55%) au chapitre des investissements. Ce budget, a fait savoir le premier magistrat de la ville de Touba, fera l’objet d’une modification dès le mois de février pour dit-il le mettre en conformité avec les réalités du terrain.

Abordant le chapitre de l’état de l’avancement des projets municipaux, le conseil s’est particulièrement indigné du retard dans l’exécution des travaux débutés depuis 2016. Parmi les chantiers incriminés, ceux de la construction de l’hôtel de ville (45% de taux de réalisation) et de l’extension du foyer des jeunes de la ville (20% de taux d’exécution), sis en plein cœur de la cité de l’arbre céleste, ont fait l’objet de débats très intenses.

Ces édifices pour lesquelles, plus de 60% des payements, ont été déjà faits au bénéfice des attributaires, le conseil après délibération, a décidé de déclencher la procédure de résiliation et de rupture des contrats ou conventions en vue d’en signer d’autres avec de nouvelles entreprises aux expertises confirmées ayant de bonnes surfaces financières. Le maire Doumbia Adama, a clarifié que les entreprises s’étant conformé aux cahiers de charges, ont toutes été payées.

Achy Yapi Alexandre, Secrétaire général 1 de la préfecture de Touba, représentant le préfet de région, a félicité l’équipe municipale pour le « respect du calendrier des sessions, la bonne tenue des documents budgétaires ».

En outre, il a salué la solidarité, la cohésion et l’esprit de corps qui prévalent en son sein. Il a encouragé à la cohésion sociale, l’entente, l’union entre les fils et les filles du Bafing pour le rayonnement de la région. Avant d’en appeler à la sagesse, à l’indulgence des communautés afin que les obstacles freinant la délimitation des terroirs villageois, soient définitivement levés. C’est à ce prix selon lui, que les projets afflueront pour le bonheur des populations.

Une correspondance particulière KY

Lire Plus
Clickez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Régions News

Gagnoa-Réconciliation nationale: Un cadre RHDP réclame le retour de Gbagbo

Published

on

Dougrou Sahouré-un-cadre-rhdp-gagnoa

Côte d’Ivoire – Politique – Gagnoa – Dougrou Sahouré, ancien député du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-2011-2016), et qui a rejoint depuis peu les rangs du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP), a exprimé le samedi 19 octobre depuis Gnagbodougnoa (30 km de Gagnoa), au nom de la réconciliation nationale, son désaccord total avec le maintien de l’ex-président Laurent Gbagbo en liberté provisoire en Belgique.

« Il n’a rien à foutre en Belgique, ce n’est pas son pays », s’est insurgé le cadre du RHDP, dans un entretien avec la presse, en marge de la cérémonie d’investiture du chef central de Gnagbodougnoa.

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé sont en liberté conditionnelle depuis février 2019 à Bruxelles en Belgique et au Pays-Bas, sur décision de la chambre d’appel de la Cour pénale internationale, alors qu’ils venaient d’être acquittés le 15 janvier de la même année.

Interrogé quant à son opinion sur un retour en Côte d’Ivoire de l’ex-président, le cadre du RHDP a soutenu que la bonne question n’est pas de savoir si les populations Ivoiriennes de quelques bords que se soient, sont opposées ou non au retour en terre Ivoirienne de celui qui aura dirigé le pays de 2000 à 2010, mais plutôt de faire le constat que la justice a déjà déclaré qu’il doit rentrer chez lui.

Aujourd’hui, l’ex-président de la république et l’ex-leader des jeunes patriotes Ivoiriens, attendent respectivement en Belgique et au Pays-Bas, la suite judiciaire de la décision d’appel de Mme la procureure, qui demande maintenant l’annulation du procès pour « erreurs judiciaires » commises. «

Son avis sur la question est clair, dit-il. L’ancien député de Gagnoa sous-préfecture soutien que dès lors qu’à l’annonce de la décision de la CPI de le libérer et que les populations ont dansé à Yopougon, à Gagnoa, à Cocody et en de nombreux endroits du pays, au prétexte que cet acte serait source de la vraie réconciliation, l’on devrait suivre cette voie.

« Honnêtement, je vous le dis, je suis Rhdp, mais c’est son (Ndlr Gbagbo) pays », a poursuivi docteur Dougrou, qui relève que dès lors que le Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR) facilite le retour au pays d’Ivoiriens exilés ou réfugiés partout dans le monde, « pourquoi pas Gbagbo, surtout que c’est à cause de lui que des gens sont partis en exil ».

Au nom de la réconciliation nationale, le nouveau militant du RHDP soutient c’est en qualité de « frère de Gagnoa » qu’il défend le retour au pays du président Gbagbo et non, en sa qualité de cadre du parti présidentiel.

Gnaga Djaki Ferdinand, est officiellement le chef de village de Gnagbodougnoa depuis le 25 mars 2019, date de signature de son arrêté de nomination. Il représente à ce jour le troisième chef central des 17 villages Guébié de la sous-préfecture de Gnagbodougnoa. La cérémonie d’investiture de samedi ne constitue qu’un acte festif, assure-t-on.

©CotedivoireNews

Yrebo Ben Youssef (Correspondant régional)

Lire Plus

Régions News

Côte d’Ivoire : La Région de Gbêkê dit « non » aux Harcèlements en milieu Universitaire

Published

on

conférence sur le harcèlement en milieu universitaire dans la Région du Gbêkê

Publié ce lundi 21 Octobre 2019 à 15h20 (Temps de lecture: 1min30″)

Côte d’Ivoire – Région du Gbêkê – C’est une quarantaine de  jeunes filles et garçons de la Région du Gbêkê, issus du milieu universitaire qui ont pris part, ce samedi 19 Octobre, à la conférence sur le harcèlement sexuel en milieu universitaire.

L’ONG Overcome et l’association des étudiants de l’Université Alassane Ouattara (AEJCI_UAO,) avec le soutien de la commission national des droits de l’homme de la Région de Gbêkê s’engagent à sensibiliser contre le harcèlement en milieu universitaire.

Ce fut donc l’occasion pour plusieurs d’entre eux de briser le silence sur des formes de harcèlements dont sont victimes les femmes en milieu universitaire, et restaient silencieuses face à cette souffrance, car ne sachant vers qui se tourner pour obtenir justice et appui psychologique.

Cette conférence a été également un facteur déclencheur pour  bon nombres d’entre eux qui ont eu la force de s’ouvrir pour la première fois sur des cas vécus de harcèlements sexuels. C’était un moment de grande émotion, d’encouragement et de prise de décisions, selon les initiateurs.

« Devant les harcèlements sexuels on ne cède pas », vous devez trouver les stratégies pour les contourner », a indiqué la conférencière Déborah Marie-Estelle N’Guessan, Secrétaire générale de l’association des étudiants (es) de Bouaké.

La présidente de l’ONG Overcome Women, Marie-France Kouakou, a exprimé sa détermination à aller jusqu’au bout de cette lutte.

« Nous retirons notre volonté acharnée à lutter contre ce phénomène en milieu universitaire et scolaire. Nous restons déterminés à aider les filles victimes de harcèlements et les encourager à ne pas quitter l’université mais se battre pour finir leurs études. Stoppons ce phénomène et favorisons ensemble le maintien de la jeune fille à l’école », a fait savoir Marie-France Kouakou présidente de l’ONG Overcome Women.

Elle a adressé toute sa gratitude au conseil Régional des Droits de l’Hommes de la Région de Gbêkê présidée par Mme Kourouma pour son appui dans la réalisation de ce projet.

©CotedivoireNews

Abran Saliho avec Sercom ONG Overcome

Lire Plus

Régions News

Zoukougbeu-Grégbé: 82 élèves du primaire de famille les plus démunies reçoivent des kits scolaires

Published

on

Côte d’Ivoire – Education – Région du Haut Sassandra) – Le mouvement la main tendue du premier ministre au peuple Gnamboua de Grégbé a organisé une cérémonie de remise de kits scolaires à quatre-vingt deux élèves du primaire de famille les plus démunies sélectionnées dans quarante-trois villages du département de Zoukougbeu.

Cette action humanitaire a eu lieu le vendredi 18 octobre 2019 à la place polyvalente de Grégbé sous-préfecture de Zoukougbeu, parrainée par Gogoua Philippe porte-parole des chefs traditionnels de la région du Haut-sassandra.
Kelly Simplice, président du mouvement agir pour le développement, lors de son allocution a affirmé que: « Je peux vous assurer qu’en tendant la main au premier ministre Amadou Gon Coulibaly, généreux donateur de ces kits, vous avez fait le pari de l’avenir, le pari d’une région prospère où les actes mieux que les discours mielleux parlent d’eux-mêmes, parlent de développement et de bien-être ».

CotedivoireNews

Delest ADEPO (Correspondant régional)

Lire Plus
Advertisement Enter ad code he
re

Tendances

Copyright © 2019 By ZKF Agency - +225 07 34 0909 6 Tous droits réservés