Connect with us

Cotedivoirenews

Média – 2nd tour des élections UNJCI: Le candidat Lance Touré appelle à un scrutin juste et apaisé

Published

on

LANCE-TOURE-LANCEMENT-CAMPAGNE-

Publié ce mardi 10 Août 2019 à 09h32 (Temps de lecture: 3min)

Côte d’Ivoire – Média – Quelques jours avant la tenue du second tour des élections présidentielles de l’Union Nationale des Journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI), le candidat Lance Touré, tête de liste CAP, a produit une déclaration ce lundi 9 septembre 2019. Déclaration dans laquelle il dénonce certaines irrégularités constatées lors du premier tour et fait des propositions pour des élections apaisées. Ci-après l’intégralité de ladite déclaration.

« Et rebelote pour L’UNJCI ! 10e congrès ordinaire pour le nettoyage de nos textes et le renouvellement des instances: avorté !

1er congrès extraordinaire pour rectifier le tir: encore avorté !

Ironie du sort, le thème de ce congrès 2019 fait référence à la responsabilité du journaliste. Des journalistes responsables ; que non !

Nous n’avons pas pu nous maintenir sur le piédestal où nous avait installés la population. Sur ce coup-là, nous n’avons pas mérité la confiance de nos lecteurs, auditeurs, téléspectateurs et internautes. C’est uniquement de notre faute, nous les journalistes de CI ; pas tous les journalistes bien entendu. Une grande partie a su rester digne. C’est un autre groupe qui fait subir des railleries à la corporation. Le grain d’arachide qui pourrit le contenu du sac. Les journalistes de CI sont montrés du doigt aujourd’hui et de la pire manière.

 Le 21 juillet 2019, à la salle de conférence du ministère des affaires étrangères, le congrès n’a pu aller jusqu’à son terme du fait d’un candidat et de son groupe, qui ont choisi d’empêcher la tenue du vote alors que le président du congrès CÉSAR ETOU annonçait le début du processus. Cela sous le prétexte qu’ils ne participeront au vote que si on leur permettait de le faire avec un nombre illimité de procurations. CÉSAR Etou a dû être exfiltre et le congrès suspendu. Un comité de médiation est mis en place dans la foulée. Il est composé des anciens présidents de la faîtière, de César Etou et du président sortant.

A l’issue de plusieurs rencontres avec les 3 candidats, ce comité a réussi à obtenir de tous un consensus et le congrès qui entre temps devient extraordinaire, sera programmé pour le 24 août suivant à l’istc d’Abidjan Cocody. Un seul point est inscrit à l’ordre du jour: l’élection du président du conseil exécutif et celle du président du conseil d’administration ; tous les autres points ayant été abordés au Plateau le 21 juillet.

Amphithéâtre de l’ISTC, 9h: démarrage du processus. Au terme du premier tour, JEAN CLAUDE COULIBALY arrive en tête, suivi de LANCE TOURÉ puis de FRANCK ETTIEN. Un scrutin qui s’est déroulé non sans irrégularités.

1- La présence continue du président sortant que nous avons déplorée autour du dispositif électoral et ce du début jusqu’à la fin du processus. En tant qu’électeur comme tous les autres journalistes, il n’avait qu’à voter, finir et s’en aller comme l’ont fait tous les autres électeurs. Nous pensons donc, et c’est légitime, que le président sortant faisait prévaloir l’influence de son statut sur les journalistes.

2- Malheureusement nous avons constaté qu’il a été demandé à de nombreux électeurs de faire une photo de leur choix sur le bulletin de vote, seule preuve exigée par les acheteurs de voix. En contrepartie ils recevaient de l’argent. Sauf erreur de notre part, cela s’appelle Corruption. Humiliant les journalistes, parce que profitant de la précarité qui règne dans le milieu. Au moment où allait démarrer le second tour opposant LANCE à JEAN CLAUDE, ce conformément au programme donné par les présidents du congrès et du comité d’organisation, grande a été notre surprise de voir encore les partisans du même candidat s’en prendre à la pile de bulletins de vote qu’ils se sont mis à déchirer. Sauf erreur cela s’appelle du brigandage. Une attitude qui se justifie par sa peur de perdre l’élection. C’est cela la réalité. Aussi simple que ça. Car le candidat classé 3e à l’issue du premier tour, FRANCK ETTIEN, qui a à cœur de rompre avec cette manière de faire d’un groupe, a tout de suite pris la décision d’appeler ses électeurs à faire le choix de la rupture, de la redistribution équitable des formations à tous les journalistes membres de l’union, le choix LANCE TOURÉ, pour donner un souffle nouveau, une seconde chance à L’UNJCI. Nous nous insurgeons contre cette attitude, ce comportement qui ne nous honore pas. TROP C’EST TROP ! Une corporation ne peut pas subir la loi d’un seul individu ou d’un groupe. Il faut sauver L’UNJCI. Nous sommes journalistes ; les journalistes de Côte d’Ivoire, un pays respectable. Si nous ne pouvons pas donner l’exemple, faisons au moins l’effort de ne pas être ceux qui mettent le bateau Ivoire en péril. Notre responsabilité et notre maturité sont aujourd’hui mises en cause parce qu’un groupe d’individus pense uniquement à son seul intérêt au détriment de celui de la collectivité. Leur mode opératoire: la politique de la terre brûlée. Lorsque les choses ne vont pas dans le sens qui est le leur, il faut casser. Cela a fonctionné à deux reprises mais ce comportement n’est pas digne de nous. Nous ne l’accepterons pas. Il nous faut mettre le costume du journaliste nouveau. Nous prenons ici à témoin l’opinion, la tutelle et toutes les autorités. Ce scrutin est juste un jeu où le vainqueur devra travailler avec les vaincus. Mais ce groupe-là pense qu’il doit être nécessairement ce vainqueur. A tout prix. C’est eux ou personne d’autre.

Notre souhait le plus grand est que ce congrès qui de mémoire est le plus long, arrive enfin à son terme avec l’élection du futur président de notre faîtière dans la paix  et le respect les uns des autres. A la fin, que le gagnant et les autres s’embrassent et travaillent ensemble pour le bonheur de chacun des journalistes. Nous sollicitons une fois de plus la contribution de tous. Mon équipe et moi avons toujours avancé dans le silence, sans tambours sans trompettes, nous efforçant de mener une campagne digne, responsable, sans attaques, sans injures. Mais cela ne devrait pas donner l’impression à ceux d’en face que nous sommes le dindon de la farce, l’essuie- tout à qui l’on peut faire subir tout.

Nous n’avons pas été associés au choix du 14 septembre prochain pour la tenue du second tour comme cela avait été fait après le congrès du 21 juillet. Mais par principe, par respect pour l’union qui nous rassemble, pour la paix et la cohésion, nous ne nous y opposerons pas; même si nous connaissons les desseins cachés derrière le choix précipité et unilatéral de cette date. Par contre nous demandons pour le 14 septembre :

Les propositions de Lance Touré

1- deux urnes dans la salle de vote

2- que les électeurs soient assis face au public dans ce qui sert d’isoloir, ainsi tous les « phographes-electeurs » seront observés.

3- aucun téléphone admis dans l’isoloir

4- après avoir voté, chaque électeur quitte la salle fut il président sortant.

5- la présence d’un commissaire de justice dans la salle de vote; désigné par le comité de médiation.

Chers confrères, nous constituons un pouvoir, nous avons le devoir de mériter ce titre. Nous sommes aussi garants de la stabilité dans ce pays. Tentons par tous les moyens de garder intacte notre honnêteté, notre intégrité et faisons avec le cœur le choix que nous dicte notre conviction ; le meilleur gagnera cette élection, l’union en sortira grandie et la vie va continuer. Merci pour la mobilisation exceptionnelle de ce 24 août et tentons de faire mieux le 14 septembre 2019. Mobilisons-nous pour faire le choix de la rupture, du changement, de l’innovation et surtout de la dignité.

Chères autorités, nous vous interpellons. Agissons ensemble pour que cette élection du président de l’Unjci ne se transforme pas en une autre crise majeure. C’est  la dernière chose dont ce pays a besoin aujourd’hui.

Populations de Côte d’Ivoire, toutes nos excuses. Pardon pour ces bruits que nous ne cessons de faire depuis le 21 juillet 2019. Avec vous, nous osons espérer qu’ils prendront définitivement fin le 14 septembre prochain.

Puisse le TRÈS HAUT nous y aider. Puisse Dieu bénir L’UNJCI.

Ampliations: présidence de la République de CI

Primature

Ministère de la communication et des médias

Comité spécial de médiation

LANCE TOURE tête de liste CAP »

NB: Le titre et le chapeau sont de la rédaction

©CotedivoireNews

Cotedivoirenews

Côte d’Ivoire: La 8ème édition de la CGECI Academy initialement prévue pour les 17 et 18 octobre aura lieu du 14 au 15 octobre

Published

on

CGECI Academy 2019

Publié ce vendredi 20 septembre 2019, à 09h 30 (Temps de lecture 1min)

Côte d’Ivoire – C’est ce jeudi 19 septembre 2019, face à la presse que le Directeur Exécutif de la Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI), Stéphane AKA-ANGHUI, a donné l’information sur le changement de calendrier de la CGECI Academy 2019. Initialement prévue pour les 17 et 18 octobre, l’édition 2019 de la CGECI Academy aura finalement lieu du 14 au 15 octobre dans un hôtel d’Abidjan-Cocody.

« Ce rapprochement de date fait suite à la confirmation de la présence effective de l’invité d’honneur, Son Excellence, M. Paul KAGAME, Président de la République du Rwanda », s’est-il justifié.

Selon le Directeur Exécutif de la Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI), le choix du Rwanda, pays à l’honneur, a été motivé par son modèle de gouvernance économique qui le classe parmi les meilleurs en Afrique et dans le monde en matière de reconstruction politique, économique et sociale et de transformation complète après plusieurs années de génocide qui a dévasté le peuple et le pays.

La CGECI academy est un forum économique annuel du Patronat Ivoirien qui se tient chaque année.

Abran Saliho

©CotedivoireNews

Lire Plus

Cotedivoirenews

Agriculture – Hévéa: La commune d’Azaguié envahie par des gros camions depuis une semaine

Published

on

Publié ce jeudi 18 septembre 2019 à 20h15 (Temps de lecture: 3min)

Côte d’Ivoire – Filière Hévéa – Toutes les voies d’accès à la ville d’Azaguié à environ 40 Km au nord – Est d’Abidjan sont frappées par le phénomène. Le ballet des gros camions de 10 Tonnes, 20 Tonnes, 40 Tonnes à longueur de journée est la nouvelle animation qui rythme le quotidien des habitants de la commune ivoirienne administrée par le Professeur Mamadou KOULIBALY, ancien Président de l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire et désormais maire d’Azaguié.

Ces gros camions affluent vers Azaguié à destination de l’usine chinoise de transformation de caoutchouc naturel ASAF située au cœur de la commune. L’on y aperçoit des files interminables de camions chargés de fonds de tasses, ce caoutchouc brut acheté bord – champ aux producteurs.

« On se croirais au port d’Abidjan ! » affirme un passant impressionné mais aussi préoccupé par cette présence massive de véhicules de gros calibre dont les occupants ne respectent pas toujours les règles de stationnement, de salubrité et de cohabitation apaisée avec les populations trouvées sur place.

Le non-respect du prix d’achat du caoutchouc imposé par l’APROMAC

Azaguié est ainsi devenue la destination privilégiée, du fait de la mévente prolongée dans le pays des fonds de tasses. A l’annonce de l’ouverture de l’usine ASAF le lundi 16 septembre 2019 à Azaguié et de l’achat du caoutchouc brute à 260F CFA le Kg, l’information a rapidement fait le tour et suscitée cette ruée subite. Pourtant le prix officiel d’achat du Kg de caoutchouc brut en Côte d’Ivoire fixé par l’APROMAC est de 268F CFA pour ce mois de septembre 2019. Malheureusement ailleurs, les planteurs disent être confrontés à des acheteurs dont ils ignorent l’origine et qui leurs proposent des prix largement en dessous du prix APROMAC allant parfois jusqu’à 100F CFA le Kg. C’est donc impuissants que les producteurs disent être obligés de subir ces tarifs unilatéralement revus à la baisse par les acheteurs sur le terrain et par certaines usines, surtout en cette période de rentrée des classes où en tant que parents d’élèves ils sont contraints de trouver de l’argent pour scolariser les enfants.

Rappelons qu’en Côte d’Ivoire, depuis deux ans environ la production nationale de caoutchouc brut a dépassé la capacité totale de transformation des usines de la première transformation installées sur le territoire. Le surplus de la production, estimé à près de 300 000 Tonnes aujourd’hui, était directement exporté par bateau vers des pays d’Asie. Ironie du sort, le transport des fonds de tasses dans les bateaux a commencé à crée des avaries dans les embarcations, rendant pratiquement impossible la réutilisation des mêmes navires pour le transport d’autres produits. La conséquence a été le retrait de plusieurs compagnies maritimes de cette activité de transport de caoutchouc brut.

En définitive, les usines au plan national sont débordées. Les compagnies maritimes de leur côté se refusent au transport des fonds de tasses et posent la condition que ce produit soit contenu dans un emballage spécifique avant d’être entreposé dans leurs bateaux. Pendant ce temps, le producteur reste avec sa marchandise sur les bras, espérant qu’une solution sera rapidement trouvée par les autorités.

©CotedivoireNews

J. F.

Lire Plus

Cotedivoirenews

Préfecture de Police d’Abidjan: Plusieurs agents des forces spéciales tentent de libérer un prisonnier ils sont tous désarmés et arrêtés

Published

on

Publié ce jeudi 19 Septembre 2019 à 16h11 (Temps de lecture: 3min 45″)

Côte d’Ivoire – Abidjan – Sécurité – Une dizaine des éléments des forces spéciales cagoulées ont fait irruption dans l’enceinte de la préfecture de police d’Abidjan ce jeudi 19 septembre pour libérer un des leurs déténu en ce lieu. Suite à leur action, plusieurs éléments des forces spéciales ont été désarmés et arrêtés.

Retrouvez ici la vidéo ici

Selon notre sources, ces éléments des forces spéciales se seraient introduits dans les locaux de la Préfecture de police, en vue de réclamer par la force la libération d’un des leurs raflé lors d’une opération policière.

Sur les conditions de l’interpellation de l’élément des forces spéciales qui a causé l’incident, la direction de la police n’a jusquelà pas encore donné d’information.

©CotedivoireNews

Lire Plus
Advertisement Enter ad code he
re

Tendances

Copyright © 2019 By ZKF Agency - +225 07 34 0909 6 Tous droits réservés