Connect with us

Cotedivoirenews

Offre d’emploi: L’ONG CARE INTERNATIONAL Côte d’Ivoire recrute 03 superviseurs pour des activités terrain

Published

on

ONG Care international recrute trois superviseurs activités terrains

Publié ce jeudi 05 septembre 2019 à 13h40min (Temps de lecture: 1min)

Côte d’Ivoire – Offre d’emploi – Dans le cadre de son projet PARSEM-PS, l’ONG CARE International Côte d’Ivoire recrute trois superviseurs des activités terrain, dans les ville d’Abidjan, Daloa et Bouaké.

Description du poste

Les postes seront basés à Abidjan, Bouaké, Daloa

Résumé et responsabilités du poste

CARE International en Côte d’Ivoire recherche Trois (3) Superviseurs des activités terrain du Projet PARSEM-PS qui seront basés à Abidjan, Daloa et Bouaké avec la possibilité de changement localités en cours d’exécution du programme. Le Projet PARSEM-PS a une durée initialement prévue de 07 mois financé par OIM, le « Projet d’Accompagnement à la Réintégration Socio-Economique durable des Migrants et Protection Sociale dans leurs communautés d’Accueil dans les zones de forte migration en Côte d’Ivoire (PARSEM-PS) », s’inscrit dans la logique gouvernementale qui est de faciliter et de soutenir une réinsertion en toute dignité des migrants de retour à travers la création d’activités et d’opportunités économiques. Il / elle sera le principal agent de liaison avec les migrants de retour, les communautés, les autorités locales et les organisations (autorités traditionnelles, gouvernementales et civiles), les représentants sur le terrain des partenaires de OIM ainsi que toutes les autres parties prenantes concernées au niveau du terrain.

Le Superviseur terrain assiste le Responsable de zone ou le chef de projet dans la mise en œuvre efficiente du projet.
Il/Elle est responsable de la planification opérationnelle et de la mise en œuvre des activités du projet relevant de son secteur d’intervention dans la zone opérationnelle.

Le Superviseur des Activités Terrain d’Abidjan agit sous la supervision directe du Responsable de zone et ceux de Bouaké et Daloa agissent sous l’autorité du Chef de Projet à qui ils rendent compte de l’exécution du projet. Ceux-ci leur apportent leur concours pour l’analyse des données, la planification, le suivi/évaluation et les réaménagements nécessaires, et ce dans le respect des procédures du bailleur, des procédures de CARE et dans le respect des valeurs fondamentales de CARE qui sont : la Transformation, l’Intégrité, la Diversité, l’Egalité, l’Excellence.

Conformément à ses politiques de gestion, CARE International Côte d’Ivoire n’utilise pas les agences de recrutement ou de placement qui facturent les candidats des honoraires de tout genre. Egalement, nous accordons un droit égal aux opportunités d’emploi à CARE sur base de mérite et sans aucune forme de distinction basée sur le sexe, la race, la couleur, la religion ou l’orientation sexuelle. Les procédures de CARE International Côte d’Ivoire interdisent aux salariés et non-salariés de se livrer au harcèlement, à l’exploitation et abus sexuels, à une conduite grossière sur le lieu de travail ou d’autres formes d’actes agressifs.
Conformément aux politiques de CARE International Côte d’Ivoire, toute forme d’assistance en matériel ou autre ressource à un individu ou organisation qui plaide pour, planifie, soutient, s’engage ou s’est engagé dans un acte de prostitution ou de terrorisme est strictement prohibée ainsi que toute forme de harcèlement, d’exploitation et abus sexuels, de conduite grossière u toutes formes d’actes agressifs.

De façon spécifique le/la titulaire du poste assure les responsabilités et tâches suivantes :

• Appuyer le Responsable de zone ou le chef de projet dans la coordination et l’exécution des activités du projet dans sa zone d’intervention
• Appuyer le Responsable de zone ou le chef de projet dans la gestion financière, administrative et matérielle du projet en vue de garantir l’utilisation efficace et efficiente des biens et des fonds pour atteindre les objectifs fixés
• Représenter le Projet en vue de développer une collaboration étroite avec les partenaires du projet dans les localités d’interventions du projet
• Exécuter toute autre activité qui lui sera confiée par son superviseur selon les besoins du service et selon ses compétences
• Appui aux migrants de retour et membres des communautés d’accueil, en tenant compte du genre, et des questions des minorités ;
• Mobilisation communautaire et renforcement des capacités locales à travers l’appui à l’élaboration et la mise en œuvre des projets de vie et l’élaboration des plans d’affaire,
• Il/Elle prend part à la mise en œuvre du Suivi-Evaluation et du Reporting ;
• Il/Elle prend part à l’établissement, à l’entretien et au suivi des relations avec les autorités, les partenaires et les communautés.

Profil du poste

Qualifications-expériences et qualités requises

• Diplôme Supérieur (BAC+2) en Sciences Sociales, Psychologie, ou discipline connexe
• Connaissance maîtrisée (écrite et orale) du Français
• Maîtrise des logiciels tableur et de traitement de texte.
• Expérience préalable (2 années) dans la mise en œuvre de projet de réinsertion et de réintégration communautaire, de préférence dans le domaine urbain ;
• Avoir une expérience pratique en mobilisation communautaire
• Avoir une bonne connaissance du contexte ivoirien et en particulier du Centre-Ouest et du Sud-Ouest
• Connaissance de langues locales (Baoulé, Bété, et Malinké) serait un atout
• Flexibilité et grande capacité d’adaptation et d’organisation
• Capacité à travailler en équipe
• Bonne capacité de communication et de relation interpersonnelle
• Sens de l’initiative
• Compétence de formateur
• Aptitude à gérer les conflits et connaissance de la thématique cohésion sociale
• Respect des délais et des horaires
• Capacité à travailler sous pression
• Sensibilité au Genre et aux questions interculturelles dans le contexte de la Côte d’Ivoire
CONDITIONS DE TRAVAIL
Les titulaires du poste reportent directement au Chef de Projet ou au Responsable de Zone en fonction de leur zone d’affection.
Les titulaires seront amenés à effectuer des visites régulières dans les zones d’intervention du projet et peuvent être affectés partout où CARE trouvera nécessaire pour l’atteinte des objectifs du projet.
Les postes seront basés à Abidjan, Bouaké, Daloa.

Dossiers de candidature

Comment postuler?


Envoyez vos dossiers de candidature sous pli fermé avec la mention « CANDIDATURE AU POSTE DE SUPERVISEUR DES ACTIVITES TERRAIN-PARSEM-PS contenant une lettre de motivation, un Curriculum Vitae, la prétention salariale, les contacts et les adresses électroniques de trois références, au bureau de CARE à Cocody sis aux II Plateaux, Boulevard Latrille, 2è carrefour après la Polyclinique des II Plateaux, derrière la Clinique Médicale Spécialisée (CMS) ou à l’adresse électronique : rhcare746@yahoo.fr

Au plus tard le 17 Septembre 2019 à 11 H 30 mn. 

Seuls(es) les candidats(es) retenus(es) sur la liste restreinte seront contacté(e)s.

Les candidatures féminines sont fortement encouragées.

©CotedivoireNews

Cotedivoirenews

Côte d’Ivoire: La 8ème édition de la CGECI Academy initialement prévue pour les 17 et 18 octobre aura lieu du 14 au 15 octobre

Published

on

CGECI Academy 2019

Publié ce vendredi 20 septembre 2019, à 09h 30 (Temps de lecture 1min)

Côte d’Ivoire – C’est ce jeudi 19 septembre 2019, face à la presse que le Directeur Exécutif de la Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI), Stéphane AKA-ANGHUI, a donné l’information sur le changement de calendrier de la CGECI Academy 2019. Initialement prévue pour les 17 et 18 octobre, l’édition 2019 de la CGECI Academy aura finalement lieu du 14 au 15 octobre dans un hôtel d’Abidjan-Cocody.

« Ce rapprochement de date fait suite à la confirmation de la présence effective de l’invité d’honneur, Son Excellence, M. Paul KAGAME, Président de la République du Rwanda », s’est-il justifié.

Selon le Directeur Exécutif de la Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI), le choix du Rwanda, pays à l’honneur, a été motivé par son modèle de gouvernance économique qui le classe parmi les meilleurs en Afrique et dans le monde en matière de reconstruction politique, économique et sociale et de transformation complète après plusieurs années de génocide qui a dévasté le peuple et le pays.

La CGECI academy est un forum économique annuel du Patronat Ivoirien qui se tient chaque année.

Abran Saliho

©CotedivoireNews

Lire Plus

Cotedivoirenews

Agriculture – Hévéa: La commune d’Azaguié envahie par des gros camions depuis une semaine

Published

on

Publié ce jeudi 18 septembre 2019 à 20h15 (Temps de lecture: 3min)

Côte d’Ivoire – Filière Hévéa – Toutes les voies d’accès à la ville d’Azaguié à environ 40 Km au nord – Est d’Abidjan sont frappées par le phénomène. Le ballet des gros camions de 10 Tonnes, 20 Tonnes, 40 Tonnes à longueur de journée est la nouvelle animation qui rythme le quotidien des habitants de la commune ivoirienne administrée par le Professeur Mamadou KOULIBALY, ancien Président de l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire et désormais maire d’Azaguié.

Ces gros camions affluent vers Azaguié à destination de l’usine chinoise de transformation de caoutchouc naturel ASAF située au cœur de la commune. L’on y aperçoit des files interminables de camions chargés de fonds de tasses, ce caoutchouc brut acheté bord – champ aux producteurs.

« On se croirais au port d’Abidjan ! » affirme un passant impressionné mais aussi préoccupé par cette présence massive de véhicules de gros calibre dont les occupants ne respectent pas toujours les règles de stationnement, de salubrité et de cohabitation apaisée avec les populations trouvées sur place.

Le non-respect du prix d’achat du caoutchouc imposé par l’APROMAC

Azaguié est ainsi devenue la destination privilégiée, du fait de la mévente prolongée dans le pays des fonds de tasses. A l’annonce de l’ouverture de l’usine ASAF le lundi 16 septembre 2019 à Azaguié et de l’achat du caoutchouc brute à 260F CFA le Kg, l’information a rapidement fait le tour et suscitée cette ruée subite. Pourtant le prix officiel d’achat du Kg de caoutchouc brut en Côte d’Ivoire fixé par l’APROMAC est de 268F CFA pour ce mois de septembre 2019. Malheureusement ailleurs, les planteurs disent être confrontés à des acheteurs dont ils ignorent l’origine et qui leurs proposent des prix largement en dessous du prix APROMAC allant parfois jusqu’à 100F CFA le Kg. C’est donc impuissants que les producteurs disent être obligés de subir ces tarifs unilatéralement revus à la baisse par les acheteurs sur le terrain et par certaines usines, surtout en cette période de rentrée des classes où en tant que parents d’élèves ils sont contraints de trouver de l’argent pour scolariser les enfants.

Rappelons qu’en Côte d’Ivoire, depuis deux ans environ la production nationale de caoutchouc brut a dépassé la capacité totale de transformation des usines de la première transformation installées sur le territoire. Le surplus de la production, estimé à près de 300 000 Tonnes aujourd’hui, était directement exporté par bateau vers des pays d’Asie. Ironie du sort, le transport des fonds de tasses dans les bateaux a commencé à crée des avaries dans les embarcations, rendant pratiquement impossible la réutilisation des mêmes navires pour le transport d’autres produits. La conséquence a été le retrait de plusieurs compagnies maritimes de cette activité de transport de caoutchouc brut.

En définitive, les usines au plan national sont débordées. Les compagnies maritimes de leur côté se refusent au transport des fonds de tasses et posent la condition que ce produit soit contenu dans un emballage spécifique avant d’être entreposé dans leurs bateaux. Pendant ce temps, le producteur reste avec sa marchandise sur les bras, espérant qu’une solution sera rapidement trouvée par les autorités.

©CotedivoireNews

J. F.

Lire Plus

Cotedivoirenews

Préfecture de Police d’Abidjan: Plusieurs agents des forces spéciales tentent de libérer un prisonnier ils sont tous désarmés et arrêtés

Published

on

Publié ce jeudi 19 Septembre 2019 à 16h11 (Temps de lecture: 3min 45″)

Côte d’Ivoire – Abidjan – Sécurité – Une dizaine des éléments des forces spéciales cagoulées ont fait irruption dans l’enceinte de la préfecture de police d’Abidjan ce jeudi 19 septembre pour libérer un des leurs déténu en ce lieu. Suite à leur action, plusieurs éléments des forces spéciales ont été désarmés et arrêtés.

Retrouvez ici la vidéo ici

Selon notre sources, ces éléments des forces spéciales se seraient introduits dans les locaux de la Préfecture de police, en vue de réclamer par la force la libération d’un des leurs raflé lors d’une opération policière.

Sur les conditions de l’interpellation de l’élément des forces spéciales qui a causé l’incident, la direction de la police n’a jusquelà pas encore donné d’information.

©CotedivoireNews

Lire Plus
Advertisement Enter ad code he
re

Tendances

Copyright © 2019 By ZKF Agency - +225 07 34 0909 6 Tous droits réservés