Deprecated: WPSEO_Utils::get_title_separator est obsolète depuis la version WPSEO 15.2, aucune alternative n’est disponible. in /home/cotedivo/public_html/wp-includes/functions.php on line 4787
Politique: Les meilleures images des 73 ans du PDCI-RDA
Connect with us

Cotedivoirenews

Politique: Les meilleures images de la célébration des 73 ans du PDCI-RDA

Published

on

73 ans du PDCI-RDA

Cotedivoirenews

Présidentielle en Côte d’ivoire: « Une élection difficile, émaillée d’incidents, qui inquiète »

Published

on

Une élection difficile, émaillée d’incidents, qui inquiète

Côte d’Ivoire – Le point 1 sur le démarrage du scrutin présidentiel du 31 octobre 2020 fait par WANEP-CI CELLULE DE VEILLE ELECTORALE.


‘’Une élection difficile, émaillée d’incidents, qui inquiète’’
Dans le cadre des initiatives de ‘’suivi, analyse et atténuation de la violence électorale (EMAM)’’ et de ‘’contribution à l’apaisement du climat sociopolitique’’ financées respectivement par l’Union Européenne, l’Open Society initiative for West Africa (OSIWA), WANEP-Côte d’Ivoire et ses partenaires ont déployé six-cent-quatre-vingt (680) observateurs sur l’étendue du territoire national et dans des zones à risque, dont 150 observateurs mobilisés par le projet EMAM, 330 mobilisés par le projet « Société civile engagée et mobilisée pour des élections pacifiques et crédibles en Côte d’Ivoire en 2020 » et 200 mobilisés par le COSEF. Tous les 680 observateurs ont été formés, équipés et déployés avant le scrutin. La cellule de veille électorale installée pour coordonner ce déploiement a collecté des informations sur le démarrage du scrutin. La synthèse de ces informations est présentée dans ce communiqué.

L’OUVERTURE DES BUREAUX DE VOTE
Sur l’ensemble des six cent quatre-vingts (680) observateurs déployés sur le terrain, quatre cent un (401) ont pu effectivement remonter les données, au moment de ce point, sur l’ouverture des bureaux de vote.
Ainsi, des 401 rapports transmis à la cellule de veille électorale par nos observateurs, on note que 293 bureaux de vote (soit 73,07%) ont ouvert à 8h00 en référence au Code électoral. Des autres bureaux de vote couverts, nos observateurs ont signalé des difficultés d’accès, des dysfonctionnements et/ou des incidents.
De nos observateurs, le sentiment de peur et de psychose ambiant a impacté la mobilisation des électeurs à l’ouverture.

LES INCIDENTS

Au total, ce sont cent cinquante-huit (158) incidents qui ont été rapportés dans notre base à cette étape. Ces incidents peuvent être classés en trois types :

1- Incidents d’ordre technique : dysfonctionnements et irrégularités constatés dans le déploiement du matériel électoral. Par exemple, dans le Cavally, Guiglo Sous-préfecture, sur l’axe Guiglo Blolequin, les bureaux de vote n’ont pas ouvert.

2- Incidents d’ordre social : Des voies d’accès aux centres ou bureaux de vote sont obstruées. Des personnes armées (armes blanches) enlèvent/détruisent le matériel électoral. Par exemple, dans la région de l’Agnéby Tiassa, à Sikensi et à Agboville, des voies sont barricadées depuis 6 heures du matin empêchant la tenue effective du scrutin.

3- Incidents d’ordre sécuritaire : Dysfonctionnement dans le dispositif sécuritaire. Par exemple, dans la région de la Mé, à Adzopé (Bekoukuissin), des personnes, autres que les agents des forces de l’ordre, assurent la sécurité. Cette même réalité est observée à Agou et à Yopougon (Terminus 40 et au Koweit).

A l’analyse, les foyers de tension sont plus accentués dans certaines régions notamment : le Sud Comoé, le N’zi, le Moronou, le Guemon et l’Agneby Tiassa.

La Cellule de Veille Électorale, continue avec beaucoup d’inquiétudes, le suivi de la situation. Elle tente de contribuer, en collaboration avec des autorités locales et autres décideurs, au règlement pacifique des cas qui lui sont remontés. Elle fera son second point sur le déroulement du scrutin.

Fait à Abidjan, le 31 Octobre 2020
La cellule de veille électorale

©CotedivoireNews 

Suivez toujours l’actualité sur Côte d’Ivoire News

Lire Plus

Cotedivoirenews

Présidentielle en Côte d’ivoire: Un scrutin sous tension et émaillé d’incidents dans plusieurs localités du pays

Published

on

cote-divoire-elections-presidentielle

Côte d’Ivoire – Le scrutin du premier tour de la présidentielle s’est ouvert ce samedi 31 octobre 2020 sur l’ensemble du territoire où ont été constaté des incidents par endroits avec des bureaux de vote saccagés. La situation était prévisible après l’appel au « boycott actif » du scrutin par l’opposition qui dénonce une participation du président sortant Alassane Ouattara qui brigue un 3e mandat.

Selon plusieurs sources, de nombreux bureaux de vote n’ont pas ouverts dans des localités pour cause de matériels de vote saccagés. C’est le cas dans les régions de l’Iffou, du Moronou, dans le Cavally, Guiglo Sous-préfecture, sur l’axe Guiglo Blolequin, les bureaux de vote n’ont pas ouvert. A des endroits c’est le matériel qui n’a pu être achéminé car les manifestants ont obstrueux les routes en coupant des troncs d’arbre. Par exemple, dans la région de l’Agnéby Tiassa, à Sikensi et à Agboville, des voies sont barricadées depuis 6 heures du matin empêchant la tenue effective du scrutin.

Dans la partie nord du pays par contre aucun insident n’a été signalé jusque-là et le scrutin se déroule normalement.

©CotedivoireNews 

Fulbert KOFFI Evan’s

Suivez toujours l’actualité sur Côte d’Ivoire News

Lire Plus

Cotedivoirenews

Culture: Découvrez les sous-groupes Baoulé de Côte d’Ivoire

Published

on

Côte d’Ivoire – Culture – Peuple de Côte d’Ivoire, vivant pour leur grande majorité au centre du pays, près des villes de Bouaké et de Yamoussoukro, les Baoulé font partie du groupe Akan et sont originaires du Ghana voisin. Il s’installent en Côte d’Ivoire au XVIII e siècle, guidés par la reine Abla Pokou. Comme les Agni, les Baoulé sont constitués de plusieurs sous-groupes.

 En effet, il existe une vingtaine de sous-groupes appartenant à des aires géographiques spécifiques.

Il s’agit:

• les AKOUE dans la région de Yamoussoukro ;

• les SAH dans la sous-préfecture de N’Djébonouan, avec une communauté dans la sous-préfecture de Toumodi ;

• les AGBA dans les départements de Dimbokro, de Bocanda, de Daoukro et dans les Sous-préfectures de Kouassi-Kouassikro;

• les GBLOH dans les sous-préfectures de Diabo et de Languibonou ;

• Les OUELLEDANS la sous-préfecture de Ouéllé,et d’Ettrokro,

• les AHITOU dans les départements de Tiébissou, Toumodi (Abli, Lomo Nord, Gbofia…), de Dimbokro (Ahodji ou Abigui, Ediakro, Komienkouassikro, Ngangro, Angouakoukro, Lomo Bonianokro, Anokro, Dogba, Assekro, Asselokro)et quelques villages dans la Sous Prefecture de Didievi.

• les KODE dans les sous-préfectures de Ando-Kékrénou, Béoumi et Kondrobo dans le département de Béoumi ;

• les NANAFOUE dans les sous-préfectures de Yamoussoukro, d’Attiégouakro et de Tiébissou et deux villages dans la Sous prefecture de Dimbokro (Adahou, Trianikro);

• les SATIKLAN dans le Département de Botro (souvent appelé Kouadiokro) ;

• les GOLY dans la sous-préfecture de Bodokro ;

• les OUALEBO dans le département de Sakassou et de Toumodi (Oualèbo Sud);

• les AHALY dans la sous-préfecture de Brobo ;

• les SONDO dans le département de M’bahiakro ;

• les FALY au nord de Bouaké;

• les DO’N occupant l’intersection des Sous-préfectures de Bouaké, Sakassou et de Languibonou ;

• les SOUHAMLIN dans la sous-préfecture de Taabo ;

• les N’GBAN dans les sous-préfectures de Tie Ndiékro, Kpouèbo et Taabo ainsi que dans le département de Toumodi;

• les N’ZIKPLI dans le département de Didiévi et une communauté dans la sous-préfecture de Toumodi ;

• les AYAHOU dans les départements de Sakassou, de Bouaflé et de Tiébissou (village de Do-Sakassou) ;

• les FAHAFOUE dans la commune et sous-préfecture de Bouaké et quatre villages dans la Sous Prefecture de Dimbokro (Pokoukro, Assrekoffikro, Tahikro, Fahafoueattikro);

• les ANOH dans la sous-préfecture de Prikro.

• Les ELOMOUE dans le Département de Tiassalé.

Ces sous-groupes parlent en réalité la même langue avec quelques nuances surtout dans le ton et la prononciation.

Certains peuples qui ont subi la domination des Baoulé, ont tendance à s’assimiler aujourd’hui aux Baoulés. Ce sont les OUAN (Tiéningbué, Kounahiri), les NGAIN (M’bahiakro)

Les Baoulé ont occupé les régions forestières de l’ouest et du sud-ouest du pays, exploitant de grandes plantations de café et de cacao, modifiant ainsi la toponymie des localités de ces régions.

Lire Plus
Advertisement Enter ad code he
re

Tendances

Copyright © 2019 By ZKF Agency - +225 07 34 0909 6 Tous droits réservés