Deprecated: WPSEO_Utils::get_title_separator est obsolète depuis la version WPSEO 15.2, aucune alternative n’est disponible. in /home/cotedivo/public_html/wp-includes/functions.php on line 4787
Présidentielle 2020 en Côte d’Ivoire - Bakayoko-Ly Ramata: "Votons pour le plus grand défenseur des femmes" -
Connect with us

COTEDIVOIRE.CI

Présidentielle 2020 en Côte d’Ivoire – Bakayoko-Ly Ramata: « Votons pour le plus grand défenseur des femmes »

Published

on

Ly Ramata en campagne

Côte d’Ivoire – Présidentielle 2020 – Les femmes du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) de la région du Poro ont procédé au lancement  de leur  campagne pour l’élection du président de la République par un grand meeting, le dimanche dernier, au stade municipal de Korhogo. La ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, Ramata Bakayoko-Ly, représentant Mme Dominique Ouattara  marraine de la cérémonie, a salué la forte mobilisation qui prouve, selon elle, l’adhésion des femmes du Poro à la politique sociale du gouvernement inspirée par le chef de l’État,  candidat à sa propre succession.

Après avoir rendu un vibrant hommage « au digne fils du Poro, trésor national à qui nous devons le Programme Présidentiel d’Urgence et le Programme Social du Gouvernement qui ont permis à notre pays de faire un bond qualitatif et de se repositionner dans le concert des Nations  », feu le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, la représentante de la 1ère Dame a dit que le décès brusque d’ACG a contraint ADO à être candidat : «  nous n’avions pas un autre choix  que de demander au Président de la République, qui avait pris la décision de passer le flambeau à une nouvelle génération, de reprendre du service.

Dieu Merci, certes à son corps défendant, mais à cause du grand amour qu’il a pour son pays, pour son sens élevé du devoir, il a accepté, pour vous, pour nous,  de continuer son œuvre de paix et de développement de la Côte d’Ivoire» a-t-elle affirmé.

Puis, après avoir égrené les actions du président Alassane Ouattara en faveur des femmes et des enfants, elle a ajouté : « Mes chères sœurs du Poro, vous avez raison de porter la candidature de notre candidat ADO car il est le plus grand défenseur des droits de la femme. Grâce  à ADO, les femmes ont retrouvé leur dignité et leur place dans la société ivoirienne »

Après son allocution, le Prof. Bakayoko-Ly a remis aux directrices régionales de campagne et celles  chargées de la campagne auprès des structures féminines du RHDP leur feuille de missions. Elles ont été invitées à « aller parler aux femmes » partout, afin qu’elles sortent massivement pour faire élire le  président sortant Alassane Ouattara, le 31 octobre.

La ministre a  promis que la politique sociale en faveur des femmes et des enfants sera renforcée avec l’élection du candidat ADO et que le Fonds d’appui aux femmes de Côte d’Ivoire (Fafci), initié par sa mandante Mme Ouattara, pour soutenir l’autonomisation et l’épanouissement des femmes, sera porté à 30 milliards de francs CFA contre 20 actuellement. Elle a conclu par un message de paix : « Soyez des modèles de paix, menez une campagne civilisée, apaisée et dites non à la violence. Je vous fais confiance pour le 31 octobre 2020. Ce sera un coup KO ! »

Signalons que les  Ministres Amadou Koné et Issa Coulibaly ont pris part à  ce lancement de la campagne des femmes RHDP de la région du Poro.

©CotedivoireNews 

Akinbola Djamal avec Sercom

Suivez toujours l’actualité sur Côte d’Ivoire News

COTEDIVOIRE.CI

Côte d’Ivoire – Politique: La PEC-CI demande la libération immédiate de tous les prisonniers Politiques de l’opposition et des acteurs de la Société Civile

Published

on

Le président du PEC-CI Rémi Ebrin Yao à Emmanuel Macron

Côte d’Ivoire – Politique – Suite à la situation socio-politique que vivent les Ivoiriens aux lendemains de l’élection présidentielle, la Plateforme l’Engagement Citoyen de Côte d’Ivoire PEC-CI, avec son président Ebrin Yao demande la libération immédiate de tous les prisonniers politique de l’opposition Ivoirienne ainsi que les acteurs de la société civile arrêtés. Ci-après la déclaration produite le samedi 21 novembre 2020.

Mesdames et Messieurs de la Presse Nationale et Internationale

Chers invités,

Permettez-moi au nom du Comité Exécutif de la Plate-forme pour l’Engagement Citoyen de Côte d’Ivoire PEC-CI et ses 35 Organisations de la Société Civile Ivoirienne que nous présidons, de vous adresser nos vifs remerciements pour avoir répondu massivement à notre invitation.

A LIRE AUSSI// Interpellation de 08 élèves -maîtres du CAFOP de Yamoussoukro: Le Collectif des syndicats de l’enseignement primaire public demande leur libération immédiate

Mesdames et Messieurs les journalistes, notre Point-Presse de ce jour est relatif à la proposition de DIALOGUE sollicité par le Président sortant, Monsieur Alassane Dramane Ouattara au Président HENRI KONAN BEDIE, Président du PDCI-RDA, Président de la coalition de toute l’opposition ivoirienne.

Le Comité Exécutif de la Plate-forme pour l’Engagement Citoyen de Côte d’Ivoire PEC-CI et ses 35 Organisations de la Société Civile Ivoirienne que nous présidons, se sont réunis en urgence le Dimanche 15 Novembre 2020, sur convocation expresse du Président EBRIN Yao Rémi, pour analyser le bien-fondé de ce Dialogue que nous jugeons tardif, car depuis plus d’un an, notre Organisation a eu à adresser plusieurs lettres au chef d’Etat sortant Monsieur Alassane Dramane Ouattara, afin qu’il donne une chance à cette denrée rare qu’est la PAIX. Malheureusement, Monsieur Ouattara et son RHDP-UNIFIE n’ont jamais voulu donner une chance au Dialogue tant recherché par l’opposition ivoirienne et la Société Civile significative. 

Mesdames et messieurs les journalistes, l’année de 2020 restera dans l’histoire de notre pays la Côte d’Ivoire, une année sombre pour notre Génération, car beaucoup de nos frères et sœurs jeunes dans la fleur de l’âge ont été arrachés à l’affection de leurs différentes familles, dans des circonstances atroces qui ne peuvent être guidées que par le diable.

Les crimes de ces frères et sœurs tombés sous les balles assassines des miliciens, microbes et mercenaires du pouvoir RHDP-UNIFIE, aura été leur courage, leur détermination et leur engagement pour avoir assumé leur devoir républicain et

civique en manifestant  pacifiquement contre la violation de la Constitution de notre pays, la Côte d’Ivoire.  

Il ressort donc de notre analyse 05 constats :

L’Obsession du Président sortant, Monsieur Alassane Dramane Ouattara de briguer par tous les moyens un 3ème Mandat illégitime et anticonstitutionnel a entrainé le CHAOS dans notre pays avec malheureusement, des centaines de pertes en vie humaine, la destruction de plusieurs villages entiers et des dégâts importants de matériels et de biens, aussi le déplacement massif de nos concitoyens vers les pays limitrophes.

C’est le lieu d’adresser nos condoléances les plus attristées aux familles éplorées, notre compassion et vœux de prompt rétablissement aux nombreux blessés.

A cet effet, la Plate-forme pour l’Engagement Citoyen de Côte d’Ivoire PEC-CI  et ses 35 Organisations de la Société Civile Ivoirienne que nous présidons, tiennent pour seuls responsables de tous ces morts le RHDP-UNIFIE, son Président Monsieur Alassane Dramane OUATTARA et la France qui a décidé de cautionner cette forfaiture en violation de la Constitution ivoirienne au détriment de ses intérêts économiques.

Nous rappelons à toute fin utile, qu’en 2010 la Commission Electorale Indépendante de Côte d’Ivoire avait donné les résultats qui ont été par la suite  validés par le Conseil Constitutionnel donnant le Président Laurent GBAGBO vainqueur de ces élections. Malheureusement, ces résultats n’avaient pas été reconnus par la Communauté Internationale avec à sa tête la France.

Il s’en est suivi dès lors une crise post-électorale dont les conséquences avaient été imputées au Pouvoir du Président Laurent GBAGBO qui s’est retrouvé par la suite à la CPI.

Ces faits graves emmènent la Plate-forme pour l’Engagement Citoyen de Côte d’Ivoire PEC-CI à poser une seule interrogation : « Est-ce que Monsieur Alassane Dramane Ouattara et son clan, qui ont rejeté en 2010 les décisions de la Cour Constitutionnelle lors des présidentielles, peuvent aujourd’hui obliger le peuple souverain de Côte d’Ivoire à s’aligner sur la décision de la Cour Constitutionnelle dirigée par Monsieur KONE Mamadou, un militant actif du RDR, qui vient de torde le cou au droit?»

La Plate-forme pour l’Engagement Citoyen de Côte d’Ivoire PEC-CI et ses 35 Organisations de la Société Civile Ivoirienne que nous présidons, informent la Communauté Nationale, Internationale, et le peuple souverain de Côte d’Ivoire que, depuis le 1er novembre 2020, toutes les décisions qui sont prises par le Président sortant Monsieur Alassane Dramane Ouattara et son Gouvernement à la tête de l’Etat, sont de notre point de vue, illégales, anticonstitutionnelles et ne respectent aucun principe juridique.

A LIRE AUSSI// Politique-Le président du PEC-CI, Rémi Ebrin Yao à Emmanuel Macron: «respecter purement et simplement notre constitution »

La Plate-forme pour l’Engagement Citoyen de Côte d’Ivoire PEC-CI et ses 35 Organisations de la Société Civile Ivoirienne, demandent à son Excellence Monsieur Emmanuel MACRON, Président de la République Française de ne pas privilégier l’intérêt économique de son pays, et cautionner le Génocide en Côte d’Ivoire. Oui Monsieur Macron, nous vous demandons de respecter purement et simplement notre Constitution, car l’histoire retiendra que c’est au cours de votre mandat présidentiel que la France a cautionné la forfaiture d’un 3ème Mandat du Président sortant Monsieur Alassane Dramane Ouattara, qui a fait à ce jour, plus de 100 morts parmi nos concitoyens.

Quant au DIALOGUE en cours sollicité par le Président sortant Monsieur Alassane Dramane Ouattara, la Plate-forme pour l’Engagement Citoyen de Côte d’Ivoire PEC-CI et ses 35 Organisations de la Société Civile Ivoirienne, adhèrent au principe. Cependant, nous rappelons au Président Henri KONAN BEDIE, qu’il est le porte flambeau de tout un peuple. Par conséquent, il doit se rappeler de tous ces morts causés par cette forfaiture de 3ème mandat de Monsieur Alassane Dramane Ouattara,  tenir compte des intérêts et de la volonté du peuple ivoirien.

La Plate-forme pour l’Engagement Citoyen de Côte d’Ivoire PEC-CI et ses 35 Organisations de la Société Civile Ivoirienne que nous présidons, apporte leur soutien total à son Excellence, Monsieur le Président HENRI KONAN BEDIE, qui a décidé de sacrifier le reste sa vie au service du peuple ivoirien.                                  

Nous demandons à Dieu Tout Puissant, à NANAN HOUPHOUET et à tous nos ancêtres qui ont sacrifié toute leur vie pour l’indépendance de la Côte d’Ivoire, de se lever de leur tombe, afin d’aider le peuple ivoirien à vaincre le diable qui a pris notre pays en otage.

Pour que ce Dialogue demandé par le Président sortant, Monsieur Alassane Dramane  Ouattara se poursuive, nous demandons la libération immédiate de tous les prisonniers Politiques de l’opposition ivoirienne et les acteurs de la Société Civile arbitrairement arrêtés (le cas de notre camarade de lutte Pulchérie GBALE);

Aussi, nous demandons l’implication réelle de la Société Civile Ivoirienne à ce dialogue, ainsi que sa supervision par la Communauté internationale sous le leadership de l’ONU, car il ressort de notre analyse que certains acteurs de la scène politique ivoirienne n’ont aucune parole donnée, et que le mensonge, la roublardise et diviser pour régner constituent leur programme de société. 

Apportons notre soutien indéfectible à toute l’opposition ivoirienne pour la mise en place effective d’une Transition Civile de large ouverture, avec une pleine implication de la Société Civile pour apaiser le climat social, et créer toutes les conditions pour une vraie réconciliation en Côte d’Ivoire; entre autres :

Le retour effectif de toutes les filles et tous les fils encore en exil, sur le sol ivoirien ;

L’organisation d’élections libres, transparentes et inclusives avec de nouvelles institutions crédibles, dont les différents animateurs n’émanent pas de Partis politiques ;

La Plate-forme pour l’Engagement Citoyen de Côte d’Ivoire PEC-CI et ses 35 Organisations de la Société Civile Ivoirienne, sollicitent l’implication réelle de la Communauté Internationale pour accompagner le peuple de Côte d’Ivoire dans la mise en place de cette transition, afin d’éviter le chaos à notre pays, qui est aujourd’hui à la solde des mercenaires, miliciens et microbes du RHDP-UNIFIE.

La Plate-forme pour l’Engagement Citoyen de Côte d’Ivoire PEC-CI et ses 35 Organisations de la Société Civile Ivoirienne que nous présidons, rejettent aujourd’hui, demain et toujours cette parodie d’élection du Président sortant Monsieur Alassane Dramane Ouattara, que ses deux laboratoires (la Cour Constitutionnelle et la CEI) ont décidé d’imposer par tous les moyens aux ivoiriens.   Nous invitons toutes les forces vives de la nation à s’unir plus que jamais afin de faire barrage à cette autre forfaiture.

La Plate-forme pour l’Engagement Citoyen de Côte d’Ivoire dénommée PEC-CI et ses 35 Organisations de la Société Civile Ivoirienne, demandent officiellement à l’ONU, à la Cour  Pénale Internationale(CPI) et plus particulièrement au Bureau de Madame Fatou Bensouda, Procureure Générale, de se saisir du dossier ivoirien, afin d’enquêter sur le Génocide en cours dans notre pays, depuis l’annonce de cette forfaiture de 3ème Mandat illégitime et anticonstitutionnel du Président sortant, Monsieur Alassane Dramane Ouattara, qui a déjà fait des centaines de morts de nos concitoyens et d’importants dégâts matériels.

Que DIEU Tout Puissant, Maître du Temps et de la Vérité, donne la victoire au peuple souverain de Côte d’Ivoire dans ce combat qui nous est imposé, afin que nous puissions lui rendre témoignage.

                                                                 Fait, à Abidjan le 21 Novembre 2020

              Je vous remercie

©CotedivoireNews

Abran Saliho

Suivez toute l’actualité sur Côte d’Ivoire News

Lire Plus

COTEDIVOIRE.CI

Top actions: La mairie de Bingerville inaugure le marché de poisson

Published

on

Côte d’Ivoire- Top actions – La mairie de Bingerville avec à sa tête le député-maire Issouf Doumbia a procédé ce mardi 17 novembre 2020, à l’inauguration du marché de vente de poissons de Bingerville.

Dans le soucis de permettre aux mareyeuses de vendre dans des conditions plus saines,il a fait construire des boxs pour elles au carrefour marché.

En retour, les commercantes de ce nouveau marché ont traduit leur gratitude au premier magistrat et son équipe.

@CotedivoireNews

Abran Saliho

Lire Plus

COTEDIVOIRE.CI

Gagnoa-Présidentielle 2020: 15 jours après le drame de Téhiri

Published

on

Téhiri

Côte d’Ivoire – Gagnoa – Quinze jours après le scrutin présidentiel du 31 octobre 2020 et les affrontements intercommunautaires dans le village de Téhiri, à 37 km de Gagnoa, sur l’axe Gagnoa-Bayota, avec pour bilan, cinq morts et au moins 34 blessés, dont dix par balles, mais surtout 71 maisons brûlées avec leurs contenus, dont 45 villas irrécupérables et 2000 déplacés, dont un tiers d’écoliers et d’élèves, une question trotte dans toute les têtes. Après ce drame, quels élèves dans quelles écoles le 16 novembre, jour de la reprise des cours.

Quels élèves dans quelles écoles le 16 novembre

Pour rappel. Au vu de l’appel à la désobéissance civile et du boycott actif, initié et lancé par l’opposition politique, pour protester contre ce qu’ils considèrent être un « troisième mandat illégal » du président sortant, Alassane Ouattara,  des affrontements ont eu lieu à Téhiri, entre les autochtones Bété et les allogènes, le 31 octobre 2020, jour du scrutin présidentiel.

Plus de 2 000 déplacés avec famille, enfants, et particulièrement des élèves, essentiellement des populations autochtones Bété, se sont réfugiés dans une dizaine de village des cantons Nékédi et Gbadi, depuis le soir des affrontements. 

Selon les chiffres officiels, 842 élèves sont inscrits dans les quatre écoles primaires, Epp Amondji Pierre avec 197 élèves, Epp Téhiri 1, avec 167 élèves, Téhiri 2, avec 321 élèves et Epp Téhiri 3, avec 124 écoliers, autochtones et allogènes, ainsi que quelques dizaines au collège de Bayota.

A ce jour, une majorité de ces enfants sont encore avec leurs parents, déplacés dans les villages de Nékéïdé, Yazermé, Balayo et Boboloua, du Gbadi- Krogbopa, Ouindjidjipa, Bodocipa, et Zébizékou, et Pkapékou, Gbigbikou, Zahiboyio, Blouzon, Soloko, Krogbopa et  Gogboloua.

Quels élèves dans quelles écoles dès le 16 novembre 2020, est le véritable casse-tête pour tous. Comment les enfants pourront rejoindre leurs villages d’origine pour aller en classe dès lundi 16 novembre, alors que les parents sont encore des déplacés, mais surtout, les maisons ont été incendiés et/ou saccagés.

« Nous demandons aux autorités d’aller désarmer les allogènes, qui ont des armes à feux et cela avéré au vu des blessés », a soutenu l’Abbé Simplice Guy Gossé, responsable du comité de l’action sociale pour soutenir les parents de Téhiri. Il parlait au nom des cadres du canton Nékédi, qui compte 16 villages.

Le prélat a déploré que les compteurs d’eau des ménages du village ainsi que le château aient été endommagés par les mêmes individus qui ont incendié les résidences . « Boire de l’eau, est devenue une difficulté », a-t-il fait remarquer, Approchées dans les villages, les populations déplacées ne semblent pas disposées à un retour dans l’immédiat, encore moins, celui de leurs progénitures.

Malgré tout, et pour répondre à son objectif qui est de permettre aux enfants d’aller à l’école, la Directrice Régionale de l’Education Nationale (DREN) de Gagnoa, Amonkou Valentine, a indiqué avoir pris des dispositions nécessaires,  afin que les enfants déplacés puissent avoir accès à l’école des villages d’accueils.

« Nous ferons tout notre possible pour que chacun parte à l’école », a assuré madame Amonkou. Elle a dit son espoir que les cours pourraient reprendre à Téhiri, vu que les structures et infrastructures écolières ainsi que les logements des maitres sont demeurés intacts, malgré les nombreuses destructions intervenues.

Notons que pour l’Unesco, un enfant doit aller à l’école, et donc la solution se trouvent dans la reprise des cours à Téhiri pour ceux qui y sont encore, essentiellement les allogènes, ou qui peuvent s’y rendre.

« Tous les effets de l’école de mes trois enfants sont partis en fumée », a déploré pour sa part, le chef de village adjoint de Téhiri, Bayé Djédjé.

Alors que les résidences de tous les cadres, responsables et notables, ainsi que ceux de dizaines de fils autochtones du village, et les biens qui permettaient de développer des activités économiques, ont été détruits à la faveur du scrutin présidentiel, Téhiri, 15 jours après le drame, s’interroge encore quant à l’avenir de ses enfants et des écoles qui les accueilleront le matin du 16 novembre.

©CotedivoireNews

Yrebo Ben Youssef (Correspondant régional)

Suivez toute l’actualité sur Côte d’Ivoire News

Lire Plus
Advertisement Enter ad code he
re

Tendances

Copyright © 2019 By ZKF Agency - +225 07 34 0909 6 Tous droits réservés