Connect with us

Cotedivoirenews

Présidentielle 2020: Le passage en force de Ouattara se précise

Published

on

RHDP et le pouvoir

Côte d’Ivoire – Libre opinion – A quelques mois de l’échéance présidentielle d’octobre 2020, des scènes surréalistes, à la limite ubuesques, se déroulent sous nos yeux comme à l’âge d’or du parti unique. On s’efforce de façon grotesque à préparer les esprits à accepter l’inacceptable.

Pour y arriver, des actions sont entreprises et ce,  à deux niveaux : interne et externe.

Au plan interne, des chefs de nos villages, instrumentalisés et transportés par des cadres soucieux de conserver leurs strapontins, et sous le fallacieux prétexte de présenter des condoléances au chef de l’Etat, supplient  celui-ci de briguer un troisième mandat, en violation de l’article 6 de la loi portant statut des rois et chefs traditionnels qui stipule que : « les rois et chefs traditionnels sont soumis aux obligations de neutralité, d’impartialité et de réserve. Il doivent s’abstenir d’afficher leur appartenance politique ». Dont acte ! Nous attendons de voir ces chefs chez Bédié, chez Gbagbo ou chez Mamadou Koulibaly lancer le même appel !

Beaucoup d’ivoiriens croyaient que cette pratique moyenâgeuse appartenait à l’histoire, mais les habitudes ont la vie dure !

La suite est déjà connue. Après le passage de la dernière région, il sera aisé au chef de l’Etat de dire, qu’il ne voulait pas d’un troisième mandant. Mais il lui est difficile de rester sourd aux supplications  et aux cris de détresse des populations. Alors à son corps défendant et par devoir, il se résout à revenir sur sa parole  et à se mettre au service de son peuple !  «Vox populi, vox Dei » ? (la voix du peuple est la voix de Dieu) qui peut résister à l’appel de Dieu ? C’est vraiment à désespérer de certains de nos concitoyens !

A un autre niveau, exogène celui-là, la tâche revient à la presse française, écrite, radios et télévisions de préparer de façon subtile et subliminale, les esprits à la forfaiture. Quand cette presse aborde le sujet de la candidature du chef de l’Etat, elle part du postulat que M. Ouattara peut se présenter. Son handicap résiderait dans sa déclaration de ne plus se présenter pour un troisième mandat. Elle évite soigneusement d’évoquer l’hypothèque de la constitution qui pèse sur M. Ouattara et l’empêche de faire acte de candidature.

Cette presse française espère qu’à force de marteler sa conviction à longueur de journée, les ivoiriens finiront par l’intérioriser et l’accepter (dans le genre, un mensonge répété mille fois devient une vérité).

Cette démarche est une véritable insulte à notre intelligence. Ces journalistes même dans leur rêve le plus fou, n’oseraient jamais penser à  pareille ignominie chez eux : un troisième mandat pour Macron,  si d’aventure celui-ci venait d’en faire deux au regard de la constitution française. Cela ne peut jamais leur effleurer l’esprit.

Mais nous prêtons le flanc à cette infantilisation. Comment peut-il en être autrement quand ceux des nôtres, que d’aucuns appellent intellectuels et experts peuvent marteler une « vérité » aujourd’hui et se déculotter le lendemain?

Il ne serait pas étonnant de voir, ces experts venir sans gêne nous affirmer  avoir eu la révélation comme Saint Paul  sur le « chemin de DAMAS » : les écailles leur étant tombées des yeux, ils se sont rendu compte que la  lecture de la constitution qu’ils nous avaient faite auparavant,  n’était pas la bonne. L’Esprit Saint leur a ouvert l’esprit, pour comprendre que la constitution de 2016 a remis les compteurs à  zéro.  M. Ouattara a donc tout le loisir de solliciter deux autres mandats et pourquoi pas une présidence à vie ? La boucle serait ainsi bouclée. Voir M. Cissé Bacongo, assis parmi les chefs et populations du Woroba venus demander à M. Ouattara de se présenter pour un troisième mandat, me convainc que c’est le scénario qui nous attend

Lentement mais sûrement,  tout se met en place pour opérer un  passage en force et obtenir aux forceps,  ce fameux troisième mandat. 

Mais s’il est loisible de faire des projections pour le futur fut-il proche, il n’en demeure pas moins que la réalisation de ces projections dépend de paramètres qu’on ne maîtrise pas  toujours.

Soyez donc  sans crainte. Je suis dans la révélation

L’ivraie sera séparée du vrai

Demain nous appartient…Dieu voulant !

Nazaire Kadia, Analyste Indépendant, Psychologue de Travail

©CotedivoireNews 

Cotedivoirenews

Chantier du 4e pont d’Abidjan: 3 employés meurent suite à la chute de leur véhicule dans la lagune

Published

on

pont d'Abidjan

Côte d’Ivoire – Trois employés du chantier du 4ème pont d’Abidjan ont trouvé la mort après la chute de leur véhicule dans la lagune.

En effet, ce mercredi 28 octobre 2020, ces employés à bord de leur véhicule de type 4×4 pour le boulot ont trouvé la mort. Le véhicule a plongé dans la lagune Ebrié. Après plusieurs recherche, trois ont été retrouvés sans vie.

« Depuis ce matin, un groupe d’interventions en milieux périlleux du GSPM est engagé sur le chantier de la construction du 4ème pont hauteur Sebroko , pour un pick up qui fait une chute depuis le pont provisoire avec 03 personnes à bord.Le véhicule a été repéré à 10m de profondeur , une victime décédée repêchée, les deux autres coincées a bord seront ressorties avec le véhicule par une manœuvre à laide d’une grue. L’amarrage du véhicule est en cours par un plongeur.Opération en cours », a expliqué le Directeur de plongée et chef des opérations, Adjudant Mobio.

Quelques minutes plus tard, le bilan définitif fait état de 03 décédés repêchés et laissés à charge de la Police et Pompes Funèbres.

©CotedivoireNews 

Abran Saliho

Suivez toujours l’actualité sur Côte d’Ivoire News

Lire Plus

Cotedivoirenews

Côte d’Ivoire: Le Gouvernement enregistre 16 morts à Dabou et une soixantaine de blessés

Published

on

le-general-vagondo-previent-la-defiance-de-lautorite-de-la-loi-ne-passera-pas

Côte d’Ivoire – Le 20 septembre, le département de Dabou était le théâtre de scène de violences et de pillages. Cinq (5) jours après ses événements malheureux dans le Leboutou, le calme est revenu après l’instauration d’un couvre-feu. Le samedi le gouvernement est monté au créneau dans un communiqué pour dresser le bilan. Selon les autorités en charge de la sécurisation, on dénombre 16 morts et une soixantaine de blessés et de nombreux dégâts matériels. Ci-après le communiqué.

 Le 20 septembre 2020, des responsables de partis et groupements politiques de l’opposition ont lancé un appel à la désobéissance civile. Le Gouvernement constate avec regret que cette désobéissance civile se traduit par des actes constitutifs  d’infractions pénales.

En effet, de nombreuses violences ont été constatées dans certaines villes de notre pays.

Ainsi, du lundi 19 au mercredi 21 octobre 2020, la circonscription de Dabou a été le théâtre d’incidents d’une extrême gravité. Ces faits se sont caractérisés par les atteintes à la vie, à l’intégrité physique des personnes ainsi que de leurs biens, à l’entrave à la liberté de circulation, aux pillages et incendies.

Face à cette situation, un important dispositif des forces de l’ordre a été déployé ainsi que l’instauration d’un couvre-feu dans le Département de Dabou.

Le bilan de ces dérapages fait état de dégâts humains et matériels importants. En effet, il a été enregistré au cours de ces trois jours :

▪ 16 décès ;

▪ 67 blessés ;

▪ 03 maisons d’habitation et 01 ferme avicole incendiées ;

▪ 10 véhicules de transport en commun incendiés ;

▪ plusieurs biens emportés dans le village de Agneby et Kpass ;

▪ 52 individus interpellés ;

▪ 12 fusils calibre 12 et 70 machettes saisis.

Le Gouvernement présente ses sincères condoléances aux familles des personnes décédées et souhaite un prompt rétablissement aux blessés.

Les premières investigations ont révélé que ces actes ont été suscités, avec la présence d’individus non résidents dans la localité qui ont indistinctement porté atteinte à l’intégrité physique et aux biens des membres des deux communautés en ayant pour sombre dessein de créer un conflit intercommunautaire.

Le Gouvernement tient à indiquer que les investigations se poursuivent en vue de rechercher et interpeller aussi bien ceux qui commettent personnellement ces actes, que ceux qui incitent à les commettre en donnant des instructions ou en suscitant leur réalisation par des promesses de moyens financiers.

Tous ces acteurs subiront la rigueur de la loi.

Par ailleurs, le Gouvernement rassure les populations que toutes les mesures nécessaires sont prises en vue de la protection des biens, des personnes et des institutions de la République.

Fait à Abidjan, le 24 octobre 2020

©CotedivoireNews 

Suivez toujours l’actualité sur Côte d’Ivoire News

Lire Plus

Cotedivoirenews

Nécrologie: Le ministre Sidiki Diakité sera inhumé ce lundi à Grand-Bassam

Published

on

Sidiki diakité est mort

Décédé le vendredi 23 Octobre 2020, suite à un arrêt cardiaque, Le ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation, Sidiki Diakité sera inhumé ce lundi 26 Octobre au cimetière de Grand-Bassam.

Le programme des obsèques du défunt ministre débutera le lundi 26 octobre 2020, par une levée de Corps et un hommage de la Nation sur le Parvis de la Primature suivi du transfert du Corps à Grand Bassam.

A LIRE AUSSI// Côte d’Ivoire: Le ministre Sidiki Diakité est décédé ce vendredi

Dans la cité Balnéaire au sud de la Côte d’Ivoire, le ministre Sidiki Diakité de l’Administration du territoire et de la décentralisation sera inhumé au cimetière de Grand-Bassam, après la prière mortuaire à la Grande Mosquée de ladite ville à 13 heures.

©CotedivoireNews 

Akinbola Djamal

Suivez toujours l’actualité sur Côte d’Ivoire News

Lire Plus
Advertisement Enter ad code he
re

Tendances

Copyright © 2019 By ZKF Agency - +225 07 34 0909 6 Tous droits réservés