Connect with us

COTEDIVOIRE.CI

Prétendu financement du meeting du PDCI: Le ministre Adjoumani s’insurge contre un tel mensonge et demande aux cadres du PDCI d’arrêter de rêver debout

Published

on

Côte d’Ivoire – Politique – Cité dans un article tout comme certains cadres du RHDP et du PDCI comme ayant fait parti des financiers du dernier meeting du PDCI à Yamoussoukro et paru sur Côte d’Ivoire News, le ministre Kouassi Adjoumani a décidé de faire une mise au point via sa page Facebook. Il dément formellement cette information et met en garde contre de tels pratiques. Trouvez ci-joint la déclaration du ministre Kobenan Kouassi Adjoumani.

A l’instar d’autres ivoiriens, j’ai pris connaissance d’une liste qui circule sur la toile et qui fait mention de personnalités qui auraient, par des manœuvres discrètes, apporté leurs contributions au financement du récent meeting organisé par le PDCI-Daoukro, à Yamoussoukro. J’aurais ainsi, en ce qui me concerne, déboursé la somme de 5 millions de F CFA comme appui à l’organisation de cette manifestation politique.

Je voudrais m’inscrire en faux contre cette publication honteuse et mensongère sortie, on le devine, des officines du PDCI-Daoukro et dont l’unique objectif est de tenter de discréditer les personnalités du RHDP issues du PDCI-RDA et de jeter le doute au sein de notre grand parti.

J’élève une vive protestation contre ces pratiques tendancieuses, malveillantes et ridicules qui n’honorent ni le PDCI-RDA, ni la démocratie. Tout en me réservant le droit de donner une suite judiciaire à cette affaire qui n’est pas un fait isolé, je voudrais mettre quiconque au défi de rapporter la preuve la plus infime soit-elle, de la sincérité de ce fake news.

A la lecture de ce document, je ressens personnellement, comme mes co-accusés, de la peine face à ce que les actuels responsables du PDCI sont en train de faire. Ils sont prêts à tout pour parvenir à leurs fins. Ils sont désormais prêts à manger même leurs totems, à prendre le contrepied des valeurs que nous a enseignées le Père fondateur, pour faire triompher leurs ambitions égoïstes.

A titre personnel, je voudrais indiquer que si nous sommes partis du PDCI à un moment où il y avait encore du coffre, ce n’est pas aujourd’hui où ce parti est agonisant et « nabot » que nous allons être tenté d’y retourner.

Permettez-moi d’ajouter que, tout comme les autres personnalités visées dans cette fallacieuse affaire, je me sens bien au RHDP, bien aux côtés du Président Alassane Ouattara qui est un homme de vision, sincère et qui a une grande ambition pour notre pays.

Aux responsables du PDCI-Daoukro, je voudrais leur demander de cesser de nous chercher dans leur rétroviseur, car ils ne nous verront plus dans leurs rangs. Mais je leur promets que nous pourrons nous retrouver s’ils se laissent gagner par la sagesse en nous rejoignant, dans ce grand parti d’amour, de rassemblement et de fraternité qu’est le RHDP.

Pour parler d’argent, effectivement par le passé, avant la création du RHDP, je contribuais à l’organisation des meetings du PDCI dont l’objectif était de faire la promotion du RHDP. Mais, depuis le 3 juillet 2018, date de la création du mouvement « SUR LES TRACES D’HOUPHOUET-BOIGNY », j’ai coupé le robinet. Depuis lors, je n’ai plus donné un seul centime au PDCI.

C’est certainement la nostalgie du passé qui fait dire aux responsables du PDCI que nous continuons de les financer.

Au demeurant, comment pourrais-je donner au PDCI-Daoukro 5 millions de Francs CFA, pour organiser un meeting contre le RHDP, dont je suis un intrépide défenseur, au moment où, à 80 kilomètres de Yamoussoukro, dans la ville de Sinfra, je répondais justement aux allégations mensongères du Président Bédié ?

Comment comprendre aussi, qu’un parti qui aurait envoyé des espions en mission commandée dans un autre parti, comme le PDCI-Daoukro le prétend, puisse en même temps être le premier à dénoncer ses espions-là qui sont dans le camp ennemi ?

Ici, le bon sens voudrait que le PDCI couvre ses agents infiltrés si tel était vraiment le cas, or que constatons-nous ?

Le PDCI-Daoukro met en mission, selon lui, des prétendus espions, pour infiltrer les rangs du RHDP et est prompt à les dénoncer en les révélant au grand jour. Quel paradoxe !

Vous comprenez donc que l’objectif de ces basses manœuvres est de nous exposer, de nous livrer à la vindicte des militants du RHDP et de créer la confusion au sein de notre parti.
Si la volonté du PDCI c’est de nous voir exclus du RHDP, pour un éventuel retour au PDCI-RDA, alors ils ont « tapé poteau » comme disent les jeunes et c’est peine perdue.

Car, nous au RHDP, nous avons un chef qui est d’une grande lucidité et qui ne se fait pas piéger par ces manœuvres indélicates qui sont certainement le fruit d’un rêve mal dimensionné que le Président Bédié et ses sbires prennent pour la réalité.

Mais, pour leur propre gouverne, je voudrais les rassurer que nous sommes au RHDP pour de bon. Jamais il ne nous viendra à l’esprit de revenir au PDCI-Daoukro, qui est un parti qui cherche ses marques dans les confins des sphères brumeuses dont ils ont de la peine à se défaire.

Par ailleurs, si le PDCI-Daoukro, par ce moyen détourné voudrait solliciter de notre part des moyens, comme par le passé, qu’il le dise clairement, sans passer par une subtile échappatoire dont la perfidie n’a d’égale que leur farouche volonté de nuire à des personnalités politiques résolument engagées, pour défendre et faire triompher les idéaux de l’houphouétisme.

Pour terminer, nous demandons aux dirigeants actuels du PDCI, de cesser de rêver debout en faisant ressurgir les mensonges qu’ils ont enfouis dans leur subconscient le plus profond.

COTEDIVOIRE.CI

Ferké: Les forces de sécurité relèvent un bilan sécuritaire positif en 2019

Published

on

Bilan sécurité 2019 à Ferké

Publié ce mardi 21 janvier 2020, à 09h10min (Temps de lecture: 30″)

Côte d’Ivoire – Ferké – Les forces de défense et de sécurité de Ferkessédougou ont relevé, lundi, à l’occasion de la cérémonie de présentation de vœux au préfet, un bilan positif de la situation sécuritaire du département pour l’année 2019.

Selon leur porte-parole, le capitaine Yao Jacob, au cours de l’année qui vient de s’achever, aucun cas d’attaque à main armée n’a été relevé, particulièrement, le phénomène de coupeurs de route, qui constituait dans un passé récent, un cauchemar pour les populations. Aussi, la ville a-t-elle enregistré une baisse sensible de vols à l’arrachée et des attaques de domiciles.

Ceci grâce aux actions menées par les forces de défense et de sécurité.

©CotedivoireNews  avec AIP

Lire Plus

COTEDIVOIRE.CI

Sport – Championnat national Badminton: La hiérarchie bouleversée avec le sacre de Akpa Agnimel et Océane Lœss

Published

on

Badminton

Publié ce lundi 13 janvier 2020 à 19h40min (Temps de lecture 1min)

Côte d’Ivoire – Le championnat national de Badminton s’est tenue le samedi 11 janvier 2020 à la salle polyvalente du parc des sports de Treichville. Un championnat qui a vu le sacre de Jérôme Agnimel Akpa, qui s’impose dans la catégorie simple seniors hommes et de Océane Lœss chez les dames.

Ce sont 115 badistes issus de 12 clubs d’Abidjan et de l’intérieur de la Côte d’Ivoire qui ont participés à ce championnat national 2019 du Badminton dans la catégorie minime, Benjamin, Cadet, junior et Senior. 

En l’absence de Alex Zolobé, champion incontesté de la catégorie simple senior homme, Jérôme Agnimel Akpa s’est adjugé le sacre en triomphant en 2 set 1 sur son adversaire du jour en la personne du vice-champion en titre de la catégorie, Ouedraogo Ousmane. Une victoire qui sonne comme une revanche pour Akpa Agnimel Jérôme qui a longtemps buté sur son bourreau d’hier. 

Chez les Dames, Océane Lœss a mit fin à l’hégémonie de la quadruple championne en titre de la catégorie simple senior dame. La sociétaire de Dabou Badminton Club, remporte l’Or en battant en finale en 2 sets 1, Ndia Aïcha. 

Dans la finale en double seniors hommes, la paire Ousmane Ouedraogo et Jérôme Agnimel Akpa se sont adjugés l’Or. Un exploit réalisé aussi chez les dames par la paire Ndia Aïcha et Océane Lœss.

Dans les autres catégories ce sont les badistes de Dabou qui se distinguent chez les Benjamines avec Brou Sarah, en minime  homme et dame avec Loua Beraka et Kpata Christ, de même que dans la catégorie cadet et junior où les badistes du club de Dabou ont raflés l’Or chez les dames et les hommes.

Des performances en constante amélioration qui souscrivent dans la démarche de développement de cette pratique sportive sur le territoire ivoirien entamée par le président de la fédération Ivoirienne de Badminton, Honoré Zolobé. À l’issue de ce championnat il s’est dit confiant concernant les performances des badistes de la Côte d’Ivoire lors des para-badminton en Ouganda et de la préparation des Jeux Olympiques de Tokyo 2020. 

Ce championnat a vu la présence de la représentante du ministère des sports, madame Gnekibo. La prochaine étape, la Coupe nationale le samedi 18 janvier 2020 dans le théâtre du parc des sports.

©CotedivoireNews 

Akinbola Djamal

Lire Plus

COTEDIVOIRE.CI

Promotion de la riziculture en Côte d’Ivoire: Le ministre Gaoussou Touré et la JICA signent le procès-verbal du proril 2

Published

on

Publié ce mardi 24 décembre 2019, à 8h20min ( Temps de lecture:1min)

Côte d’Ivoire – Dans le cadre de la mise en oeuvre de la deuxième étape du projet de promotion du riz local de Côte d’Ivoire (Proril 2), le ministre Ivoirien de la promotion de la Riziculture, Gaoussou Touré, et l’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICa) ont procédé ce lundi 23 décembre, à la signature du procès verbal pour la mise en oeuvre de ce projet.

Prévu pour avril 2020, le projet PRORIL, vise à augmenter les ventes de riz local de qualité à travers la mise en oeuvre de chaînes d’approviosionnement de riz local bancables.
Selon les initiateurs, ce projet consiste à renforcer 3 approches qui permettront de redynamiser la production et la distribution du riz local.

Il s’agit du renforcement de la chaîne de valeur du riz par la méthode  » de l’aval vers l’amont ». De mieux structurer le mécanisme durable du système de crédit et du service de mécanisation en partenariat avec le secteur privé et les institutions de micro finances sans oublier l’amélioration de la qualité du riz produit au plan national.

Le ministre Gaoussou Touré, a exprimé toute sa satisfaction quand à la mise en oeuvre du projet PRORIL, qui s’inscrit dans la droite ligne de ses ambitions pour le riz made in Côte d’Ivoire.

Abran Saliho

Lire Plus
Advertisement Enter ad code he
re

Tendances

Copyright © 2019 By ZKF Agency - +225 07 34 0909 6 Tous droits réservés