Connect with us

Cotedivoirenews

Procès du bombardement de Bouaké: l’honneur de la France est sauf mais des interrogations demeurent!

Published

on

bombardement de Bouaké

Côte d’Ivoire – Politique – Les lampions sont éteints à Paris sur le procès du bombardement par l’aviation ivoirienne du camp français à Bouaké en 2004, avec à la clé, neuf (9) soldats français et un civil américains tués.

Le verdict est connu : la condamnation à vie des trois pilotes absents dans le box des accusés. Il s’agit du Biélorusse Yury Sushkin et des officiers ivoiriens, Ange Gnanduillet et Patrice Oué.

Chacun en fonction de ses attentes y trouve certainement son compte. Les familles des soldats tués, peuvent se satisfaire d’avoir enfin obtenu que ce procès se tienne et certainement des dédommagements qui accompagneront. Les ministres De Villepin, Alliot-Marie et Barnier peuvent également se satisfaire de s’en être sorti à bon compte, en ayant conscience de n’avoir pas servi la vérité. Les ivoiriens de leur côté, se satisferont de voir le président Gbagbo lavé de l’opprobre qu’on a voulu mettre sur lui.

Enfin, l’Etat français peut certainement se réjouir d’avoir sauvé les meubles et de sortir de ce bourbier, l’honneur sain et sauf sans que sa responsabilité dans cette scabreuse affaire n’ait jamais été évoquée.

Finalement « tout le monde il est content, tout le monde il est gentil ».

Mais à l’analyse, ce procès n’a rien apporté de nouveau qu’on ne sache déjà. Tout au contraire les zones d’ombre et les nombreuses interrogations qu’on avait avant, demeurent toujours ; et la principale interrogation n’a pas eu de réponse : qui a donné l’ordre de prendre pour cible le local qui abritait les soldats français ?

La présence effective des pilotes biélorusses et ivoiriens à ce procès aurait permis d’avoir une réponse à cette violente question. Mais voulait-on vraiment savoir à ce procès de qui émanait cet ordre ?

Une autre incongruité qu’on a décelée dans ce procès, c’est la convocation à la barre, de l’officier ivoirien, co-pilote du Biélorusse Yury Sushkin, Ange Gnduillet. Il est de notoriété publique, que ce dernier est décédé depuis des années. Comment les autorités judiciaires françaises peuvent convoquer un mort à la barre ?

A qui ont-ils remis la convocation ? Ou ont-ils vraiment convoqué les pilotes ? Si elles ont fait cette démarche pourquoi ne se sont-elles pas rendu compte que l’officier ivoirien n’est plus de ce monde ?

Cet état de fait démontre à souhait que ce procès est une parodie trouvée pour contenter les familles des victimes et calmer leur colère.

A ce procès, il a été également donné de voir le spectacle pathétique et désolant des tout-puissants ministres de Chirac, De Villepin, Alliot-Marie et Barnier, allant de parjure en parjure, se renvoyant les responsabilités comme des élèves du primaire, dans la droite ligne de : « Monsieur ce n’est pas moi, c’est lui-là ! ». Finalement aucun d’entre eux n’est responsable de quoi que ce soit.

Les officiers militaires ne sont pas en reste. Si ces derniers sont formels que l’ordre de bombarder le camp français n’émanait pas du président Gbagbo, certains d’entre eux ont essayé de ressusciter le story telling qui était le leur en 2004. Pour ceux-ci, l’entourage « radical » du président Gbagbo, conscient de l’échec de l’opération « Dignité », a délibérément donné l’ordre aux pilotes du sukkhoï de s’en prendre au camp français, sans apporter ne serait-ce qu’un début de preuve à cette assertion qui pue le mensonge à mille lieux.

De nombreux observateurs de l’opération « Dignité » à cette époque, étaient tous unanimes pour reconnaître que les frappes aériennes avaient désorganisé le dispositif des rebelles à Bouaké et que ses principaux responsables avaient pris la clé des champs.

En tout état de cause, de ce procès on retient que les trois pilotes accusés sont condamnés à vie (certainement que l’officier Gnanduillet reviendra de l’au-delà pour purger sa peine). Mais les ministres et tous les responsables français qui ont facilité la fuite des pilotes biélorusses n’ont pas été et ne seront jamais inquiétés. Ils ont délibérément servi des mensonges éhontés et s’en sortent à bon compte. Les soldats tués ont eu droit à un procès et leurs familles seront certainement indemnisées. Mais les morts ivoiriens devant l’Hôtel Ivoire des suites de cette histoire de Bouaké, eux passeront par pertes et profit.

A la fin de ce procès, la France s’en sort avec l’honneur sauf et là se trouve l’essentiel !

Mais s’il y a eu un soir en Eburnie, il y aura assurément un matin et l’ivraie sera séparée du vrai.

©CotedivoireNews

Nazaire Kadia, Analyste Indépendant

 Suivez toute l’actualité IVOIRIENNE sur Côte d’Ivoire News

Cotedivoirenews

Côte d’Ivoire – Affaire des élèves gendarmes tabassent une journaliste: le général Apalo exprime ses regrets

Published

on

gendarmerie nationale

Côte d’Ivoire – Suite au comportement pas trop catholique des élèves-gendarmes qui ont molesté des honnêtes citoyens dans la commune d’Adjamé dont une journaliste, le commandant supérieur de la gendarmerie, a, dans un communiqué exprimé son indignation. Ci-après l’intégralité dudit communiqué.

Le dimanche 9 Mai 2021, un groupe d’élèves sous-officiers de première année de l’École de Gendarmerie d’Abidjan, ayant bénéficié d’une permission collective, a molesté sans aucune raison, d’honnêtes citoyens dont une journaliste dans la commune d’Adjamé.

Cet acte inqualifiable a gravement perturbé la quiétude des populations et créé une psychose en leur sein.

Informé de la situation, le Commandant Supérieur de la Gendarmerie Nationale s’est aussitôt rendu au chevet de la journaliste pour exprimer ses regrets et apporter à toutes les personnes victimes de ces désagréments, sa compassion ainsi que celle de l’Institution toute entière.

Les agissements de ces quelques élèves-gendarmes, contraires à l’éthique et au règlement militaire sont de nature à jeter le discrédit et ternir l’image de la Gendarmerie nationale dont la mission première consiste à protéger les personnes et leurs biens.

Des patrouilles projetées ont permis d’interpeller certains de ces fauteurs de troubles et une enquête a été ouverte à l’effet d’identifier leurs complices.

Tous ces individus encourent les sanctions disciplinaires prévues dont la radiation des effectifs de la Gendarmerie nationale, conformément au Code de la fonction militaire.

La Gendarmerie Nationale tient à rassurer les populations que toutes les dispositions seront prises pour que de tels agissements ne se reproduisent plus.

Fait à Abidjan, le 10 Mai 2021,

                     Le Général de Corps d’Armée ALEXANDRE APALO TOURE

Commandant Supérieur de la Gendarmerie Nationale;

©CotedivoireNews

Abran Saliho

 Suivez toute l’actualité sur Côte d’Ivoire News

Lire Plus

Cotedivoirenews

Côte d’Ivoire: Entre réconciliation, délestage, pénurie d’eau et intimidations

Published

on

pénurie d'eau, délestage, réconciliation

Côte d’Ivoire – La Côte d’Ivoire vit au rythme d’une décrispation souhaitée et attendue de tous. De nombreux exilés de la crise postélectorale ont regagné depuis peu leur pays natal. Ceux restés au pays vivent dans l’effervescence des préparatifs et dans l’expectative du retour du président Laurent Gbagbo.

Le peuple ivoirien dans son entièreté et dans sa diversité, se met à rêver et à croire à une véritable réconciliation où les ivoiriens ne se regarderont plus en chiens de faïence.

Mais dans cette atmosphère d’attente, le quotidien des ivoiriens rime avec les interruptions intempestives d’électricité et une pénurie d’eau dans plusieurs quartiers d’Abidjan et des villes de l’intérieur du pays. Quand prendra fin cette situation ? Bien malin celui qui répondra à cette question.

En attendant des jours meilleurs, deux faits retiennent l’attention. On se rappelle il y a peu, que dans la mouvance des blagues auxquelles donne droit le début du mois d’avril, un enseignant avait publié sur sa page Facebook que la ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation, Mariatou Koné avait donné sa démission du gouvernement.

Aussitôt, le service de communication dudit ministère, à travers un communiqué avait démenti l’information qu’il avait qualifiée de mauvais goût. On croyait qu’après ce démenti, tout était rentré dans l’ordre, quand une information récurrente circule sur les réseaux sociaux, faisant état de l’arrestation de l’enseignant auteur de la blague. Si cette information s’avérait, il n’y a plus qu’à désespérer de notre pays et de ses dirigeants. Et de nombreuses questions taraudent l’esprit.

En quoi cette plaisanterie, fut-elle de mauvais goût, à une période prévue à cet effet, nuit-elle objectivement à madame la ministre ?

Que recherche-t-on en donnant une suite (peut-être judiciaire) à une affaire que les ivoiriens auraient oublié deux jours après ?

A-t-on anticipé la réaction des syndicats des enseignants si d’aventure l’enseignant venait à être condamné ?

Dire qu’une ministre a démissionné, alors qu’en réalité il n’en est rien, pouvait être royalement ignoré et personne ne se serait souvenu deux jours plus tard et la vie aurait continué comme si de rien était !

Autre lieu, autre convocation à la police.

Damana Pickass, à peine rentré d’exil a été convoqué à la police pour y être entendu sur des propos qu’il a tenus devant les militants de son parti à Yopougon. Voici ses propos : « …Nous revenons de loin parce que nous avons voulu modernisé notre pays. Nous avons voulu développer notre pays, nous avons voulu travailler pour que la Côte d’Ivoire qui est un pays riche, que cette richesse puisse impacter la vie des ivoiriens, et chaque ivoirien, y compris ceux que nous avons hébergés en toute hospitalité sur ce territoire puisse vivre décemment, en paix. Ça a été notre erreur, ça a été notre crime. Un matin du 19 septembre 2002, une horde d’assaillants a envahi notre pays, a commencé à massacrer les ivoiriens… ».

A LIRE AUSSI// Problème d’électricité en Côte d’Ivoire: Le directeur de la production à la CIE donne tous les détails

Cette déclaration a donné une véritable poussée d’urticaire à certains ivoiriens qui ont embouché la sempiternelle litanie de la xénophobie et s’offusquent que Pickass revienne sur le passé.

D’autres encore, affirment que le retour au bercail des exilés est une faveur à eux faite par M. Ouattara et par conséquent, il serait judicieux par reconnaissance, que ces exilés se taisent. Cette même faveur est étendue au président Gbagbo qui bientôt foulera le sol ivoirien. C’est le lieu de rappeler à ceux qui ne le savent pas, que c’est le président Gbagbo qui a levé le mandat d’arrêt qui pesait sur M. Ouattara et lui a permis de rentrer au pays. Il n’en tire aucune fierté parce qu’il n’a fait qu’appliquer la constitution ivoirienne qui stipule qu’aucun ivoirien ne doit être contraint à l’exil !

Ces deux affaires sont de toute évidence des messages subliminaux envoyés aux ivoiriens, quant à ce que les gouvernants leur réservent, s’ils ne se tiennent pas droit et s’ils pensent user de leur liberté d’expression. Il s’agit d’envoyer un signal fort à ceux qui croient disposer d’une liberté d’expression et de pensée autre que celle qui sied au pouvoir. Mais en réalité ce ne sont que des intimidations qui assurément ne pourront pas prospérer.

En attendant, le souci actuel des ivoiriens est de se sortir des affres du délestage et de la pénurie d’eau dont on veut les détourner…

S’il y a eu un matin en Eburnie, il y aura un soir et l’ivraie sera séparée du vrai.

©CotedivoireNews

Nazaire Kadia, Analyste Indépendant

 Suivez toute l’actualité IVOIRIENNE sur Côte d’Ivoire News

Lire Plus

Cotedivoirenews

Mairie d’Adjamé: Les agents formés sur les procédures de rectification de rétablissement et d’annulation d’actes d’état civil

Published

on

agents de la mairie d'Adjamé formés

Côte d’Ivoire – « Les Procédures de Rectification de Rétablissement et d’annulation d’Actes d’état civil ». C’est le thème du séminaire organisé sous la férule du Ministère de la Justice et des Droits de L’Homme – Direction du Contrôle de l’État Civil et des Archives (DECA) – dans les locaux de la Mairie d’Adjamé le mercredi 5 mai 2021. 

Le Procureur Rigobert Zeba, Conférencier pour l’occasion, a instruit les récipiendaires suivant plusieurs axes émanents des  »Procédures de Rectification » et des nouvelles dispositions de  »Rétablissement et d’annulation d’actes d’état civil ». Mais encore, la délivrance des copies et extraits d’acte d’état civil ainsi que la conservation des données civiles etc.

Au terme de ce séminaire, des agents ont manifesté la joie d’acquérir ces dispositions actualisées desdites  »Procédures » de l’état civil et tous ses compartiments.

« C’est une très bonne chose et c’est une opportunité pour nous. Cela nous permet de mieux faire notre travail et de pouvoir être en phase avec les usagers afin que tout le monde soit satisfait au niveau de l’état civil », a dit Koné Yacouba chef du service informatique de la Mairie d’Adjamé.  

Au sortir de ce séminaire, le Magistrat Rigobert Zeba a eu une audience avec le Député-Maire Farikou Soumahoro avant de prendre congé de ses hôtes.

©CotedivoireNews

Abran Saliho avec SERCOM

 Suivez toute l’actualité des MAIRIES sur Côte d’Ivoire News

Lire Plus
Advertisement Enter ad code he
re

Tendances

Copyright © 2019 By ZKF Agency - +225 07 34 0909 6 Tous droits réservés