Connect with us

COTEDIVOIRE.CI

Ramadan 2020: L’ONG « Foi Pour Servir » fait aux côtés des familles vulnérables d’Adjamé

Published

on

ong foi pour servir fait don

Côte d’Ivoire – Après la distribution de kits sanitaires en cette période de crise liée à la pandémie du Coronavirus, l’ONG Foi Pour Servir, a procédé ce jeudi 21 mai 2020, à la distribution de kits alimentaires à plusieurs familles défavorisées du quartier de Williamsville dans la commune d’Adjamé. 

Ce sont plus de 100 kits alimentaires qui ont été distribués par les membres de l’ONG Foi Pour Servir à plus de 100 familles démunies. Ce don d’une valeur de plus d’un million de FCFA, est composé de sacs de riz, de bidons d’huile et de poulets. 

Konaté Aïcha Sylla, présidente de l’ONG Foi Pour Servir, a indiqué que ce don tenu sur fonds propre de la structure aidé par des généreux donateurs qui veulent s’acquitter de leurs zakat el Fitr ou l’aumône de purification, a pour objectif de permettre aux populations vulnérables et défavorisées de la commune d’Adjamé de pouvoir mieux passer la fête de Ramadan. 

Par ce geste, la présidente de l’ONG espère soulager et soutenir les familles défavorisées qui ont été durement impactées par les conséquences de la crise sanitaire.  Cette opération fait suite à la distribution de don en vivres et non vivres aux habitants de la commune d’Abobo, entamée depuis le début du mois béni de Ramadan par l’ONG Foi Pour Servir.

L’ONG « Foi Pour Servir » fait aux côtés des familles vulnérables d’Adjamé

« C’est l’occasion pour nous de dire merci à tous nos donateurs, ainsi qu’a notre parrain spirituel en la personne du Cheikh Malick Konaté et aux personnes de bonne volonté. Nous espérons pouvoir contribuer aux charges de la fête que ces familles auront à faire face » a affirmée Konaté Aïcha. Avant d’appeler la population à l’observation des mesures barrières à l’occasion de la célébration de la fête de l’Eid el Fitr ou la fête marquant la rupture du mois de ramadan. Ces mesures qui sont en autres, le port du masque, tousser ou éternuer dans le pli du coude ou dans un mouchoir, le lavage fréquent des mains et éviter les grands rassemblements. 

Kamagaté, 4e adjoint au maire de la commune d’Adjamé, représentant le maire Farikou Soumahoro, a salué cette action sociale et humanitaire à l’endroit des plus démunis de sa commune et ce, à quelques heures de la célébration de la fête de Ramadan. En outre, il a remercié celle qu’il qualifie de « vagabonde de la charité », la présidente Konaté Aïcha Sylla et le parrain de l’ONG, Cheick Malick Konaté pour l’attention qu’ils portent aux couches vulnérables de la société.

Même son de cloche de la part des récipiendaires qui ont tous remerciés l’ONG pour ce don, avant de formuler des prières et des bénédictions à l’égard des donateurs. 

Il faut noter que l’ONG « Foi pour Servir » existe depuis Mars 2018 et compte de nombreuses actions dans le domaine de la santé, de l’éducation et du bénévolat.

©CotedivoireNews 

Akinbola Djamal

Lire Plus
Clickez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COTEDIVOIRE.CI

Côte d’Ivoire – Sénat: Un projet de loi portant régime juridique des jeux de hasard adopté en commission

Published

on

projet de loi

Publié ce samedi 16 mai 2020, à 09h32min (Temps de lecture: 1min)

Côte d’Ivoire – La commission des Affaires Économiques et Financières du Sénat, présidée par M. KOUMOUÉ Koffi Moïse, a procédé ce vendredi 15 mai 2020, à l’adoption du projet de loi portant régime juridique des jeux de hasard en Côte d’Ivoire.

En effet, objet de réunion tenue à la Fondation Félix Houphouet-Boigny de Yamoussoukro, pour l’examen, le projet de loi portant régime juridique des jeux de hasard en Côte d’Ivoire a été adopté à l’unanimité des membres de la Commission des Affaires Économiques et Financières du Sénat.

Pour le ministre Adama Coulibaly, ministre de l’Economie et des finances, il est nécessaire de doter le secteur des jeux de hasard d’un nouveau cadre juridique et institutionnel qui prend en compte toutes les nouvelles réalités.

Ledit projet de loi a pour but de permettre à l’État de Côte d’Ivoire d’accroître son contrôle sur le secteur des jeux par l’adoption de mesures vigoureuses contre les opérateurs de jeux peu scrupuleux.

©CotedivoireNews

Abran Saliho

Lire Plus

COTEDIVOIRE.CI

Côte d’Ivoire: « Racket organisé des prisonniers » de la Maca, un journaliste tabassé par des gardes pénitentiaires

Published

on

MACA-maison-d'arret-prisonniers

Côte d’Ivoire – Ministère de la justice – Un journaliste du quotidien l’intelligent d’Abidjan en activité a été molesté et battu le mercredi 06 mai 2020 par plusieurs gardes pénitentiaires devant la maison d’arrêt et de correction d’Abidjan – Yopougon. En contact avec le directeur de la prison il voulait interroger des agents cités dans un réseau de racket sur lequel il enquête.


Selon des informations recueillies à la suite de plusieurs jours d’enquêtes, les 7.533 pensionnaires (à la date du mercredi 29 avril 2020) sont illégalement et régulièrement soumis à des taxes sonnantes et trébuchantes, dont le cerveau et bénéficiaire a été identifié comme étant Koné Kassoum dit ‘’La Machine’’, un agent d’encadrement craint au sein de la prison, et réputé avoir le soutien de ses supérieurs hiérarchiques.


Dans la matinée du vendredi 1er mai 2020, nous avons appelé Koné Kassoum dit ‘’La Machine’’. Quand nous lui avons exposé les raisons de notre coup de fil, il a réagi par des menaces : « Qui t’as donné mon numéro hein. Si jamais tu veux fourrer ton nez dans nos affaires, tu vas voir avec moi. D’ailleurs, je dis qui t’a donné mon numéro et puis tu me déranges … ».


Le lundi 4 mai 2020, nous entrons en contact avec Hincleban Koné, le Régisseur de la MACA. Nous l’informons des menaces dont nous avons été l’objet de la part de son collaborateur, avant de lui soumettre les résultats de nos investigations, au terme de nos échanges téléphoniques.
L’homme s’excuse de l’attitude du chef des gardiens de prison, puis demande de lui envoyer notre préoccupation pour réaction, rassure-t-il, en nous faisant parvenir son adresse électronique sur laquelle, nous envoyons le message ci-dessous :

« Bonjour Monsieur HINCLEBAN KONÉ , Régisseur de la MACA ; Comme je vous annoncé lors de nos échanges téléphoniques de ce lundi 4 mai 2020, à 14H 02 mn. Nous menons une enquête au sein de la MACA, structure dont vous avez la charge et celle-ci révèle que depuis fin janvier 2020 :
Avec votre soutien et celui du Directeur de l’Administration pénitentiaire,
Koné Kassoum dit ‘’La Machine’’, Agent d’encadrement prélève la somme de (dix mille) par semaine, précisément tous les lundis, aux différents chefs de chambres.
Bâtiment A constitué de 68 chambres,
Bâtiment B constitué de 68 chambres
Bâtiment C : 45 chambres, pour1544 prisonniers
Le bâtiment des Assimilés de 22 chambres
En plus, tous les détenus détenteurs de frigo pour la conservation de leurs aliments doivent payer la somme de 5000 par semaine, soit 20 000 Francs dans le mois

Pour loger au Bâtiment des Assimilés, il faut débourser la somme de 100 mille francs.


Pour être autorisé à pratiquer le sport, les détenus sont priés de débourser la somme de 3000 Francs


Lors de nos échanges, vous avez dit vouloir vérifier les faits pour me revenir. Tout en espérant vivement votre réaction, je vous prie de recevoir mes sincères salutations.
Claude Dassé, journaliste professionnel, responsable du département Grand GENRE de L’Intelligent d’Abidjan

Quelques instants après, Koné Kassoum dit ‘’La Machine’’ nous joint au téléphone, au nom de son « patron », pour s’excuser pour son comportement et solliciter une rencontre le même jour lundi 4 mai 2020, ou le lendemain mardi 5 mai 2020 , ‘’pour répondre à toutes les questions’’.


Le rendez-vous est pris finalement pour le mercredi 6 mai 2020, à 11H, devant l’entrée de la MACA. Le Régisseur de la MACA est aussitôt informé de la rencontre par nos soins : « Malheureusement, je ne serai pas là parce que je vais au Plateau pour une réunion. Dès que vous finissez avec lui (Koné Kassoum : Ndlr), appelez-moi », rassure monsieur Koné , Régisseur de la MACA.
À notre arrivée sur les lieux du rendez-vous, point de Koné Kasoum qui se présente à nous une heure après. Dès que nous abordons le sujet, il se met dans tous ses états, puis arrache notre téléphone portable.
En compagnie de ses hommes, ils me portent de violents coups au niveau de l’abdomen. Ensuite, toujours avec ses hommes dont Démbélé dit ‘’Le Chinois Black’’, ils me prennent par la ceinture pour me conduire avec brutalité sous l’une des bâches à l’entrée de la prison devant un public amusé.
C’est alors le début d’un calvaire moral , d’une torture psychologique et d’une tentative d’intimidation avec injures durant près de trois heures.
NB : Je vous signale que j’ai joint au téléphone le vendredi dernier, votre collaborateur Koné Kasoum, la principale personne citée dans l’affaire. Il a choisi de proférer des menaces ».
En retour , le régisseur de la Maca a répondu, par mail : «Ok, reçu. Merci, je vous reviens ».Quelques instants après, Koné Kassoum dit ‘’La Machine’’ nous joint au téléphone, au nom de son ‘’patron’’, pour s’excuser pour son comportement et solliciter une rencontre le même jour lundi 4 mai 2020, ou le lendemain mardi 5 mai 2020 , ‘’pour répondre à toutes les questions’’.
Le rendez-vous est pris finalement pour le mercredi 6 mai 2020, à 11H, devant l’entrée de la MACA. Le Régisseur de la MACA est aussitôt informé de la rencontre par nos soins : « Malheureusement, je ne serai pas là parce que je vais au Plateau pour une réunion. Dès que vous finissez avec lui (Koné Kassoum : Ndlr), appelez-moi », rassure monsieur Koné , Régisseur de la MACA.


À notre arrivée sur les lieux du rendez-vous, point de Koné Kasoum qui se présente à nous une heure après. Dès que nous abordons le sujet, il se met dans tous ses états, puis arrache notre téléphone portable.
En compagnie de ses hommes, ils me portent de violents coups au niveau de l’abdomen. Ensuite, toujours avec ses hommes dont Démbélé dit ‘’Le Chinois Black’’, ils me prennent par la ceinture pour me conduire avec brutalité sous l’une des bâches à l’entrée de la prison devant un public amusé.


C’est alors le début d’un calvaire moral , d’une torture psychologique et d’une tentative d’intimidation avec injures durant près de trois heures.

« Tu as la chance, mes supérieurs ont demandé de te libérer, tiens ton portable. Sinon on allait t’allumer (recevoir des tirs : Ndlr) et il n’y aura rien parce que tu es venu nous provoquer. Tu es un espion…imbécile… », dit-il pour mettre fin à la séquestration assuré de bénéficier d’une impunité totale face à cette inqualifiable opération de séquestration en bande organisée par des agents publics.


L’essentiel est fait malgré la tentative avortée d’intimidation : les ivoiriens et le monde entier sont désormais informés des pratiques de rackets au détriment des prisonniers, sans que les mis en cause aient accepté de donner leur version.

Dommage !

Claude Dassé

©CotedivoireNews ( Le titre et le chapeau sont de la rédaction)

Lire Plus

COTEDIVOIRE.CI

Côte d’Ivoire: Communiqué du conseil des ministres du mercredi 22 avril 2020

Published

on

Publié ce jeudi 23 avril 2020, à 09h05min (Temps de lecture: 8min)

Côte d’Ivoire – Politique – Comme chaque mercredi, le gouvernement Ivoirien s’est réuni en conseil des ministres ce mercredi 22 mars 2020. Plusieurs décisions ont été prises à cette occasion. Ci-après l’intégralité du compte rendu.

Le mercredi 22 avril 2020, un Conseil des Ministres s’est tenu de 10h00 à 13h40, au Palais de la Présidence de la République à Abidjan, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République, Chef de l’Etat.

L’ordre du jour de cette réunion comportait les points suivants :

A/-Mesures Générales

– Projets de loi et d’ordonnances

– Projets de décrets

B/-Mesures Individuelles

C/-Communications

D/-Divers

A/– MESURES GENERALES

PROJETS DE LOI ET D’ORDONNANCES

1- Au titre du Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural, en liaison avec le Ministère de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat;

Le Conseil a adopté une ordonnance portant appui aux exportateurs nationaux de cacao, ainsi que son projet de loi de ratification.

2- Au titre du Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural, en liaison avec le Ministère de l’Economie et des Finances, le Ministère du Commerce et de l’Industrie et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat;

Le Conseil a adopté une ordonnance portant appui aux transformateurs nationaux de cacao, ainsi que son projet de loi de ratification.

Ces différentes ordonnances visent à garantir la présence et la compétitivité, dans ces filières importantes de l’économie cacaoyère, des acteurs nationaux menacés de disparition du fait de difficultés majeures.

3- Au titre du Ministère des Ressources Animales et Halieutiques ;

Le Conseil a adopté un projet de loi portant Code de la Santé Publique Vétérinaire.

Ce projet de loi vise à prévenir la propagation des agents pathogènes émergents et ré-émergents qui constituent un défi de santé publique. Ainsi, ce projet de code est constitué de dispositions composites relatives notamment à la santé animale, à la pharmacie vétérinaire, au bien-être animal, à la sécurité sanitaire des denrées alimentaires d’origine animale et à l’organisation de la profession vétérinaire. Il intègre non seulement les évolutions internationales et régionales en matière de normes des services vétérinaires, mais il prévoit également des mécanismes pour la surveillance, le contrôle et l’inspection aussi bien des médicaments vétérinaires, des denrées alimentaires d’origine animale que du bien-être animal.

PROJETS DE DECRETS

1- Au titre du Ministère des Affaires Etrangères, en liaison avec le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, le Ministère de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat;

Le Conseil a adopté un décret portant ratification de la Convention de crédit N° CCI 1679 01 T d’un montant de dix-huit millions sept cent mille (18 700 000) EUR, soit douze milliards deux cent soixante-six millions trois cent quatre-vingt-quinze mille neuf cents (12 266 395 900) francs CFA, conclue le 10 mars 2020, entre l’Agence Française de Développement (AFD) et la République de Côte d’Ivoire, en vue du financement du Projet « African Center of Excellence (ACE) ».

Quatre (04) Centres d’excellence nationaux, dont deux (02) issus de l’Institut National Polytechnique Félix Houphouët-Boigny (INP-HB) et deux (02) de l’Université Félix Houphouët-Boigny évoluant dans les domaines des mines, de la biodiversité, des statistiques et de la valorisation des déchets en produits à haute valeur ajoutée, bénéficieront de ce financement en vue de consolider la qualité des programmes de recherche et de formation, et d’accroître les productions scientifiques et technologiques à fort impact sur le développement socio-économique.

2- Au titre du Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique, en liaison avec le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, le Ministère de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat;

Le Conseil a adopté un décret portant réglementation des essais cliniques.

Ce décret renforce le dispositif encadrant les conditions d’autorisation et de déroulement des essais cliniques en Côte d’Ivoire. Il met un accent particulier sur les mesures de vigilance, notamment les règles éthiques en la matière, et édicte des principes nouveaux de protection en vue de garantir les droits, ainsi que les conditions matérielles et techniques adaptées aux exigences de rigueur scientifique et de sécurité des volontaires qui se prêtent aux essais cliniques.

Ainsi, aucun essai clinique ne peut être effectué en Côte d’Ivoire s’il n’a été préalablement autorisé par l’autorité compétente au plan national, à savoir le Comité National d’Ethique, et s’il ne se fonde sur une expérimentation préclinique suffisante de nature à réduire significativement les risques prévisibles chez l’homme.

3- Au titre du Ministère des Mines et de la Géologie, en liaison avec le Ministère de l’Economie et des Finances, le Ministère de l’Environnement et du Développement Durable et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat;

Le Conseil a adopté un décret portant attribution d’un permis de recherche minière valable pour l’or, à la société « SHARK MINING-CDI SARL » dans le département de Korhogo. Ce permis est valable pour une durée de quatre (04) ans.

4- Au titre du Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat;

Le Conseil a adopté un décret fixant les modalités de saisine et les procédures d’instruction, de prise de décisions et d’avis des organes de recours non juridictionnel de l’Autorité Nationale de Régulation des Marchés Publics (ANRMP).

L’ordonnance n° 2018-594 du 27 juin 2018 portant création, organisation et fonctionnement de l’ANRMP a institué au sein de cet organe deux (02) mécanismes de recours non juridictionnel en matière de commande publique, à savoir la Cellule Recours et Sanctions, et le Comité de Règlement Administratif.

Le premier, doté d’un pourvoir de sanction des acteurs privés, est chargé du règlement du contentieux opposant l’Administration publique au secteur privé.

Le second, chargé du contentieux interne à l’Administration, propose aux autorités administratives compétentes des sanctions contre les acteurs publics en porte-à-faux avec les règles des marchés publics.

Ainsi, le présent décret organise les modalités de fonctionnement des mécanismes sus décrits.

B/– MESURES INDIVIDUELLES

Le Conseil a donné son accord en vue de la nomination:

· Du Général de Corps d’Armée TOURE Sékou, en qualité d’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République de Côte d’Ivoire près la République de Cabo Verde, avec résidence à Dakar ;

· De Monsieur Ali Ahmed ARAIN, en qualité d’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République Islamique du Pakistan près la République de Côte d’Ivoire, avec résidence à Dakar ;

· de Monsieur Carlos Moya Ramos, en qualité d’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République de Cuba près la République de Côte d’Ivoire, avec résidence à Conakry ;

· de Monsieur Grégory Williamson Andrews, en qualité d’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire du Commonwealth d’Australie près la République de Côte d’Ivoire, avec résidence à Accra ;

· de Monsieur Ingo HERBERT, en qualité d’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République Fédérale d’Allemagne près la République de Côte d’Ivoire, avec résidence à Abidjan ;

· de Monsieur Mohammed Abdullah AL-KHALIDI, en qualité d’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de l’Etat du Koweït près la République de Côte d’Ivoire, avec résidence à Accra.

C/– COMMUNICATIONS

1- Au titre du Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique, en liaison avec le Ministère de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat;

Le Conseil a adopté une communication relative à la mise en œuvre du plan de riposte sanitaire et du plan de riposte économique, sociale et humanitaire à la pandémie de COVID-19.

Dès le début de la crise sanitaire, le Gouvernement a mis en place un plan national de riposte intégrant les dimensions sanitaire, économique, sociale et humanitaire de la crise. Dirigé au plus haut niveau par le Président de la République, à travers le Conseil des Ministres et le Conseil National de Sécurité, le dispositif mis en place fonctionne comme prévu. Ainsi, dans sa dimension sanitaire, le plan de riposte a permis d’identifier et de suivre, depuis le 11 mars 2020, 1 540 cas contacts dont 212 ont été déclarés positifs et pris en charge, avec un taux de guérison enregistré d’environ 30% contre un taux de létalité de 1%.

A ce jour, le dispositif a permis de contenir globalement la pandémie à Abidjan, qui regroupe environ 93% des cas positifs. Le pays se situe, à ce stade de la riposte, parmi ceux qui déploient une bonne résilience contre la pandémie de COVID-19.

Dans cette dynamique, la sensibilisation a été renforcée et se poursuit, à travers les médias traditionnels et les nouvelles technologies de l’information et de la communication, avec un accent particulier sur le respect des mesures relatives à la distanciation sociale et le port obligatoire du masque, notamment dans le Grand Abidjan.

Relativement au dépistage et à l’identification des cas positifs, déterminants pour la riposte, les capacités des équipes d’intervention de collecte des échantillons auprès des populations ont été renforcées avec la mise à disposition de 40 ambulances et de 48 autres véhicules réquisitionnés sur le parc automobile de l’Etat. La montée progressive des capacités de dépistage permettra d’atteindre au moins 1 500 tests par jour, avec pour conséquence, l’augmentation probable du nombre de cas positifs dans le pays. Toutefois, ce système de détection rapide des personnes suspectes et des malades devrait permettre de les prendre en charge avant que la maladie n’atteigne un seuil critique.

Dans le cadre des dimensions économique, sociale et humanitaire prévues pour atténuer l’impact de la crise sur les populations, notamment celles vulnérables et soutenir l’outil de production, le plan de riposte est également en cours d’exécution. Plusieurs fonds d’aide et de soutien aux personnes vulnérables, ainsi qu’aux entreprises ont été créés. La prise en charge par l’Etat des factures d’eau et d’électricité pour les abonnés sociaux est effective. Aussi, le moratoire sur le paiement des factures d’eau et d’électricité est en vigueur, de même que l’ensemble des meures d’exonération des droits et taxes de douanes prises dans le cadre de la lutte contre la pandémie.

Le Conseil se félicite de l’effort constant et soutenu de tous les acteurs impliqués dans la gestion de cette crise sanitaire, et réitère son appel à la responsabilité, au civisme et à la discipline par l’application des mesures de prévention, en vue de contrer la propagation de la maladie et de vaincre la pandémie de COVID-19.

2- Au titre du Ministère de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de la Lutte contre la Pauvreté, en liaison avec le Ministère de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat ;

Le Conseil a adopté une communication relative à l’opérationnalisation du Fonds National de Solidarité et de Soutien Humanitaire, COVID-19.

Ce fonds spécial, dédié aux personnes vulnérables, entrera dans sa phase opérationnelle dès le 23 avril 2020 dans le Grand Abidjan, épicentre de la pandémie, pour s’étendre à l’intérieur du pays à partir du mois de mai 2020. Suivant les bases de données disponibles des ménages vulnérables, couplées avec un ciblage communautaire inclusif et participatif, visant à garantir plus d’équité et de transparence, 177 198 ménages ont été identifiés pour bénéficier de cette assistance humanitaire, à raison de 75 000 francs CFA par trimestre pour un coût global de 13,3 milliards de francs CFA.

Dans le contexte actuel de la crise sanitaire, l’option de la distribution électronique de l’aide par transferts monétaires a été préférée afin de minimiser au maximum la distribution physique des vivres et non vivres et d’éviter des attroupements qui sont des vecteurs de propagation de la maladie. Ainsi, la distribution en vivres et non vivres se fera avec le concours des comités de veille sanitaire qui existent sur l’étendue du territoire national. Ces comités sont composés des Préfets, des Sous-préfets, des élus locaux, des leaders communautaires, ainsi que des représentants des Ministères techniques.

Relativement au soutien psychologique prévu dans le cadre de cet élan de solidarité nationale, un centre d’appel animé par une équipe de psychologues, de psychiatres et de travailleurs sociaux sera ouvert et fonctionnel 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

D- DIVERS

– Le Président de la République prendra part, par visioconférence, le jeudi 23 avril 2020, à un Sommet extraordinaire de la CEDEAO consacré à la crise sanitaire liée à la maladie à coronavirus.

– Le Président de la République, Président en exercice de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’UEMOA, présidera, par visioconférence, le lundi 27 avril 2020, un Sommet extraordinaire de l’UEMOA.

                                                       Fait à Abidjan, le 22 avril 2020

                                                                     Sidi Tiémoko TOURE

                                            Ministre de la Communication et des Médias,

                                                           Porte-parole du Gouvernement    

                                                     porteparolat@communication.gouv.ci

Lire Plus
Advertisement Enter ad code he
re

Tendances

Copyright © 2019 By ZKF Agency - +225 07 34 0909 6 Tous droits réservés