Connect with us

Cotedivoirenews

Réforme hospitalière – Aka Aouélé: « Les CHU ne sont pas privatisés »

Published

on

Aka-Aouele-les CHU ne sont pas privatisés

Côte d’Ivoire – Santé – Le ministre Ivoirien de la Santé et de l’hygiène publique, Aka Aouélé, a indiqué que l’avant-projet de loi portant réforme hospitalière adopté ce mercredi, en Conseil des ministres, ne privatise pas les structures de santé publiques.

Suite à ce projet de loi pris en conseil des ministres, des rumeurs s ont laissé croire que l’État se retirait de la gestion des Etablissements sanitaires au profit du privé.

Pour le ministre  Aka Aouélé, les CHU ne seront pas privés.

Cette réforme vise plutôt à une meilleure gestion des Chu, Chr et des hôpitaux généraux.

« En devenant des Établissements Publics Hospitaliers (EPH), cette mesure vise à une gestion administrative et financière plus autonome des structures de santé » explique le ministre de la santé et de l’hygiène publique, Aka Aouélé.

Avant d’indiqué que l’adoption de ce projet de loi vient mettre fin à une lourdeur dans la gestion des structures de santé. Une insuffisance dans les prestations de soins.

« Il n’est nullement question de privatisation des structures de santé publiques. Mais d’un nouveau mode de gestion pour se conformer aux normes pour une offre de soins de qualité », a rassuré le ministre.

A en croire le ministre de la Santé, Aka Aouélé, cette nouvelle organisation financière et comptable garantit une fiabilité des opérations économiques et la gestion optimale du patrimoine.

Il a également rassuré la population sur les tarifs des prestations demeurent en l’état.

L’EPH, est une personne morale de droit public disposant de l’autonomie administrative et financière dont la vocation est sociale.

© Côte d’Ivoire News avec La Régionale

Lire Plus
Clickez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cotedivoirenews

Concours d’Art Oratoire: L’Ivoirien Marceau Angui, champion d’Afrique francophone

Published

on

L'Ivoirien Marceau Angui, champion d'Afrique Francophone d'Art Oratoire

Côte d’Ivoire – Culture – L’Ivoirien Marceau Angui a décroché la médaille d’or dans la compétition du District 94 de Toastmasters international, un concours d’art oratoire, qui s’est déroulé le 04 mai à Bamako (Mali).

“Je suis très content d’avoir décroché une médaille d’or lors de ce championnat et fier d’avoir fait honneur à mon pays”, a fait savoir Marceau Angui. Selon lui, le public et le jury composé d’experts internationaux ont été séduit par son discours intitulé ” levez-vous” . Ce discours de motivation a pour but d’inciter les uns et les autres à reprendre leurs vies en main et à courir après la poursuite de leurs rêves.

Marceau Angui n’en est pas à son premier fait d’arme en la matière. En effet depuis 2017, ce brillant orateur n’a pas manqué un seul grand rendez-vous de Toastmasters International. En Mai 2017, après avoir remporté le titre national puis régional, Marceau Angui remportait le titre de champion du District 94 dans la catégorie discours Improvisé. Début 2018, il a réussi à conserver son titre au plan régional. En Mai 2018, c’est encore lui qui avait défendu les couleurs de la Cote d’Ivoire et qui était revenu d’Accra avec le titre de vice-champion dans la catégorie discours International.

Qui est l’Ivoirien Marceau Angui?

Employé d’un organisme international, Marceau Angui , en plus d’être un orateur chevronné et un champion multirécidiviste est aussi un Coach en Communication sollicité et un motivateur hors pair qui ne cesse de gagner en notoriété, au-delà de sa simplicité et sa légendaire discrétion. Fidèle à son adage qui est de dire que «L’argent n’aime pas la bruit, les artifices peuvent freiner le succès et la gloire s’épanouit mieux à l’ombre des projecteurs», Marceau n’hésite pas à soutenir de nombreux projets sociaux qui lui tiennent à cœur à l’instar de ALDEN, une association qui lutte contre le diabète des enfants et dont il est l’un des ambassadeurs.

©CotedivoireNews avec AIP

Lire Plus

Cotedivoirenews

Côte d’Ivoire – Filière palmier à huile: Les coopératives de producteurs ménacent de bloquer la production

Published

on

filière palmier à huile - FENACOPAHCI

Côte d’Ivoire – Face à la dégradation des conditions de vie des producteurs de palmiers à huile, pour cause du mauvais paiement de leurs productions, ces derniers, lors d’un point de presse ce vendredi 24 mai, ont lancé un cri du cœur au gouvernement ivoirien.

Selon le secrétaire exécutif de la Fédération Nationale des Unions de Sociétés Coopératives et Sociétés de Coopératives de Planteurs de Palmiers à Huile de Côte d’Ivoire (FENACOPAHCI) Kogbo Douoba, les producteurs de palmier à huile se trouvent face à un gros souci, quant à la fixation du prix du régime de palme et de l’huile brut.

« Il faut savoir que 23 ans après la privatisation de la filière, les planteurs de palmier à huile gagnent nettement moins par tonne de régimes vendues, si l’on prend en compte l’inflation du coût des différents intrants c’est-à-dire engrais, outillages, pesticides, carburants sans oublier la main d’œuvre. Cela revient à comprendre que les producteurs que nous sommes, vivons une situation très pénible. Raison pour laquelle, nous lançons un cri de détresse aux autorités gouvernementales dont on comprend la promptitude à protéger le panier de la ménagère en plafonnant les prix du régime de palme et de l’huile de palme brutes lorsque le marché internationale connait une embellie, comme ce fut le cas en 2011 et 2017.

Nous, producteurs de palmier qui avons accepté ce plafonnement, déplorons aujourd’hui qu’aucune autorité ne se soucie de notre pouvoir d’achat. Car, nous sommes des citoyens ivoiriens qui n’arrivons plus à vivre des revenus de notre travail », a laissé entendre les responsables de la filière palmier à huile de Côte d’Ivoire.

Au vu de ce qui précède, les planteurs lancent un appel à la responsabilité de tous les acteurs de la filière. Ils invitent par ailleurs tous les acteurs de l’Interprofession et également l’Etat Ivoirien qui vient d’installer le conseil Hévéa-Palmier à huile, à mettre ensemble leurs expériences ainsi que leur moyen en exergue pour trouver des solutions adéquates dans les plus brefs délais afin d’éviter d’éventuels désagréments.

« Tout retard dans le règlement de cette situation pourra exacerber le mécontentement des producteurs qui useraient alors de moyens légaux appropriés pour exprimer leur détresse », a fait savoir les responsables de la filière palmier à huile.

Que reclame les coopératives de plateurs?

Pour rappel la FENACOPAHCI, fait savoir que le mécanisme actuel de fixation des prix est basé sur des paramètres dont certains sont variables:

 Les cours mondiaux de l’huile de palme brute fixés à Rotterdam;

 La parité US dollar par rapport au FCFA ;

 Le taux d’extraction en huile de palme et en amandes de palmistes ;

 Le prix de vente des amandes de palmistes, etc.

Depuis 2009, année de la dernière version du mécanisme, le taux d’extraction de l’huile de palme est maintenu à 21,5 % alors qu’il est en réalité à plus de 22,5 % et le prix de la tonne d’amande de palmistes à 85.000 F CFA, alors qu’il avoisine 150 000 FCFA.

Lorsque la fédération des plateurs réclament la tenue d’un atelier pour réviser et actualiser le mécanisme, elles butent sur un mur d’incompréhensions de la part des usiniers.

Par ailleurs, les usiniers de la deuxième transformation achètent l’huile de palme brute sur lemarché local à un prix nettement inférieur au prix de l’huile qu’ils importent, fait remarquer la FENACOPAHCI.

©CotedivoireNews

Fulbert KOFFI

Lire Plus

Cotedivoirenews

Emission »La RTI reçoit »: L’intégralité vidéo des propos de Siaka Ouattara

Published

on

L’intégralité vidéo des propos de Siaka Ouattara - RTI RECOIT

Lire Plus
Advertisement Enter ad code here

Tendances

Copyright © 2019 By ZKF Agency - +225 07 34 0909 6 Tous droits réservés